Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

PSA dévoile son protocole de test de consommation en conditions réelles

Dans Economie / Politique / Marché

PSA dévoile son protocole de test de consommation en conditions réelles

PSA est le premier groupe automobile à jouer la transparence sur les consommations réelles de ses véhicules Peugeot, Citroën et DS avec des données déjà publiées. Le groupe français va encore plus loin en dévoilant le protocole complet utilisé lors de ces tests.

Début juillet, PSA créé une mini surprise en dévoilant les consommations en conditions réelles de 30 des modèles Citroën, Peugeot et DS. Une bonne façon de devancer toute la concurrence sur un sujet sensible depuis l'affaire des moteurs Volkswagen, mais aussi un moyen d'anticiper le test "RDE" (real driving emissions) qui devrait être incorporé au prochain cycle d'homologation européen des véhicules.


Aujourd’hui, PSA va un peu plus loin en dévoilant la totalité de son protocole de test. Le groupe français est le premier industriel de l'automobile à montrer l'envers du décor et à jouer la totale transparence, quitte à subir quelques critiques sur les méthodes employées...

 

Un protocole qui a du sens

Pour tester ses autos en conditions réelles, PSA n'a pas lésiné sur les paramètres à prendre en compte. Nous allons ici vous énumérer quelques-unes des contraintes dont à tenu compte PSA dans ses tests.

 

Le véhicule

Il doit avoir un kilométrage situé entre 3000 et 20000 km, avec possibilité d'essai sur des autos affichant 1000 km ou plus de 20000 km. Le plein est réalisé avec du carburant du commerce non modifié, et l'auto doit être à froid, capot ouvert pendant une heure. Des tests de base sont réalisés (vérification de l'état de la batterie, du niveau d'huile), mais si tout est bon, aucune modification ne doit être faite (pas de rajout d'huile, par exemple).

Le conducteur

PSA a recruté des conducteurs non spécialistes : "le but est de conduire comme le client". Aucune consigne n'est donc donnée aux essayeurs du jour, le seul objectif étant de rouler comme ils le feraient au quotidien. Un minimum de deux conducteurs par véhicule est requis afin d'affiner les tests et qu'ils ne soient pas dépendants du style de conduite d'un seul testeur. 

Les conditions

Les essais sont réalisés uniquement si la température extérieure est située entre 5 et 30 degrés, avec une hygrométrie inférieure à 95 %. Autant dire que cela couvre une très large partie des trajets réalisés en France, hors période estivale, évidemment, dans les régions chaudes. Le conducteur règle la climatisation sur 21 degrés si elle est automatique, ou bien de manière à ce que le confort soit optimum si elle est manuelle. Les feux sont quant à eux allumés.

Les tests

Le parcours est de type "RDE", le fameux test qui sera intégré au cycle d'homologation. Il se tient sur une centaine de kilomètres, alternant ville, autoroute et route. PSA précise que même "en cas de modification du parcours (tronçon fermé pour travaux…), le roulage reste valable en recalculant le mix VRA (ville route autoroute)." Il faut également noter que s'il y a régénération du filtre à particules (FAP) durant l'essai, il n'est pas enregistré, celui-ci ne pouvant être fiable.

 

 

Au final, la consommation est calculée en appliquant une corrélation entre les grammes de CO2 émis au kilomètre durant l'essai et la consommation au litre par 100 kilomètres, grâce à des constantes (Diesel : B7, le coefficient est de 26,2 - Essence : E10, le coefficient est de 22,6). Des corrections sont ensuite appliquées selon les paramètres enregistrés, comme la masse du véhicule mesurée à la fin de l'essai, avec le conducteur, la prise en compte précise des conditions météo, et bien d'autres choses.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les calculs, vous pouvez aller consulter le document complet du protocole de test réalisé, par ici.

Mots clés :

Peugeot

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (19)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Pas mal!

Mais il y quand même pas mal d'aléas pour être vraiment opposable.

Par

"Au final, la consommation est calculée en appliquant une corrélation entre les grammes de CO2 émis au kilomètre durant l'essai et la consommation au litre par 100 kilomètres, grâce à des constantes"

Oui, sinon ils connaissent le volume du réservoir, ils font un plein, ils font le test, refont le plein, et ils voient la différence, rapportée à la distance.

Se faire chier pour rien leur truc.

Mais au moins ils essaient d'être ouverts, c'est toujours ça.

Par

moi en 508 hdi de 170ch ... 5.5l/100 quand la conso moyenne est a 6.2 avec les autres chauffeurs

Par

En réponse à damon13

moi en 508 hdi de 170ch ... 5.5l/100 quand la conso moyenne est a 6.2 avec les autres chauffeurs

C'est parce que les autres ont la version de production qui est à 180ch ;-)

Par

Beaucoup de blabla pour pas grand chose: les journaux auto ont la plupart du temps ce même genre de tests, avec d'ailleurs pour certain une certification ISO, et ce depuis longtemps. Si chaque constructeur nous sort son propre protocole, on sera bien avancé. Sans compter que PSA biaise déjà car il se permet de prendre des voiture avec un kilométrage qui peut favoriser la consommation. On sait bien que après la période de rodage les valeurs de conso s'améliorent

Par

En réponse à Arnime

Beaucoup de blabla pour pas grand chose: les journaux auto ont la plupart du temps ce même genre de tests, avec d'ailleurs pour certain une certification ISO, et ce depuis longtemps. Si chaque constructeur nous sort son propre protocole, on sera bien avancé. Sans compter que PSA biaise déjà car il se permet de prendre des voiture avec un kilométrage qui peut favoriser la consommation. On sait bien que après la période de rodage les valeurs de conso s'améliorent

Biaise? Je ne trouve pas. Pourquoi se mettre dans un pire cas (rodage) qui ne dure pas bien longtemps par rapport a la duree de vie de la voiture?

De toutes facons, il n'y a pas de solution parfaite. C'est toute la problematique de l'homologation: il faut des conditions strictements reproductibles d'un test a l'autre. Et c'est pas simple. Les tests actuels sont reproductibles, mais au prix de concessions telles qu'ils ne sont pas representatifs!

En fait, il faudrait determiner le profil de l'utilisateur "moyen". Et que chacun sache se positionner par rapport a cet utilisateur "moyen".

Mais bon, ce genre de tests est deja un progres par rapport aux valeurs d'homologations. C'est toujours un pas dans le bon sens...

Par

En réponse à Arnime

Beaucoup de blabla pour pas grand chose: les journaux auto ont la plupart du temps ce même genre de tests, avec d'ailleurs pour certain une certification ISO, et ce depuis longtemps. Si chaque constructeur nous sort son propre protocole, on sera bien avancé. Sans compter que PSA biaise déjà car il se permet de prendre des voiture avec un kilométrage qui peut favoriser la consommation. On sait bien que après la période de rodage les valeurs de conso s'améliorent

En même temps je pense que pour le consommateur il est plus intéressant de connaître la valeur après rodage. A priori tu ne vas pas rouler avec une voiture non rodée bien longtemps, non?

Par

En réponse à Key

Biaise? Je ne trouve pas. Pourquoi se mettre dans un pire cas (rodage) qui ne dure pas bien longtemps par rapport a la duree de vie de la voiture?

De toutes facons, il n'y a pas de solution parfaite. C'est toute la problematique de l'homologation: il faut des conditions strictements reproductibles d'un test a l'autre. Et c'est pas simple. Les tests actuels sont reproductibles, mais au prix de concessions telles qu'ils ne sont pas representatifs!

En fait, il faudrait determiner le profil de l'utilisateur "moyen". Et que chacun sache se positionner par rapport a cet utilisateur "moyen".

Mais bon, ce genre de tests est deja un progres par rapport aux valeurs d'homologations. C'est toujours un pas dans le bon sens...

Définir l'utilisateur moyen, c'est pour le moins ardu... A vrai dire je pense que la seule façon d'avoir des résultats un tant soit peu représentatifs de ce fameux utilisateur moyen serait d'avoir une approche statistique.

En gros, il faudrait réaliser un grand nombre d'essais sur parcours type, avec à chaque fois un conducteur différent, pioché au hasard dans les employés de l'entreprise. Tant qu'à faire on pourrait faire ça dans différentes conditions climatiques, avec des véhicules différents... Mais bon, avec tout ça les coûts explosent donc on peut toujours rêver!

Par

"Carburant du commerce": standard ou type "Excellium"? Ce n'est pas precise, meme dans le protocole detaille.

Par

spritmonitor, qui n'est pas parfait, a encore de beaux jours devant lui...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire