Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Route solaire: réelle avancée ou simple effet d'annonce?

Dans Ecologie / Electrique / EcoloFrance

Ce jeudi matin, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal inaugurait le premier tronçon de route solaire, en l’occurrence 1 km de voirie permettant d'alimenter l’éclairage public d’une commune de 5000 habitants. Mais au-delà de l’effet d’annonce, une telle technologie est-elle réellement viable ?

Objectif des pouvoirs publics: 1000 km de routes solaires en France d'ici 5 ans.
Objectif des pouvoirs publics: 1000 km de routes solaires en France d'ici 5 ans.

Ce matin, Ségolène Royal a mis le cap sur la commune de Tourouvre, dans l’Orne (61), pour inaugurer la première route solaire de France. Sur 1 km de long et 2 mètres de large, un tronçon de la RD5 se voit recouvert de dalles photovoltaïques, en l’occurrence des panneaux solaires enchâssés dans un millefeuille de résine et de polymères leur permettant de résister à la circulation des poids lourds. Selon l’entreprise de BTP Colas (groupe Bouygues), en charge de l’industrialisation du projet via sa filiale Wattway, il y a là de quoi assurer l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants. On retient également que 20 m2 de dalles solaire suffisent à alimenter en électricité un foyer (hors chauffage).

Route solaire: réelle avancée ou simple effet d'annonce?

Le tronçon de la RD5 s'étend sur 1 km de loing et 2 mètres de large.

Cette innovation 100% made in France s’inscrit dans un contexte forcément porteur : il est en effet question de croissance verte, d’innovation technologique et de création d’emplois (les dalles sont fabriquées à Tourouvre par SNA, une société coopérative de production), autant de termes qui résonnent agréablement aux oreilles.

Pour autant, quelques écueils demeurent. A commencer par celui du prix de cette route solaire, pour laquelle l’Etat aura consenti un investissement de 5 millions d’euros. Même si ce montant élevé s’explique par le fait qu’il s’agit encore d’un prototype, avec la perspective d’une montée en cadence de la production qui fera forcément chuter les coûts, on se dit que l’objectif annoncé de 1000 km de routes solaires risque de coûter aux pouvoirs publics. Se pose en parallèle la question du rendement énergétique de ce procédé, avec un prix du watt-crête (puissance maximale) raccordé qui s’élève à 17 euros, contre 1,30 euro pour le photovoltaïque posé sur une toiture. L’objectif n’est toutefois pas de remplacer les autres moyens de production, mais de proposer une solution complémentaire viable et, il faut l’espérer, de moins en moins onéreuse.

Pas de quoi tempérer les ardeurs des pouvoirs publics, donc. Ségolène Royal a d’ailleurs annoncé ce matin le programme de déploiement de cette technologie sur 4 ans: les prochaines étapes seront la couverture d’un tronçon de la RN164 en Bretagne,  l'aménagement de places de parking sur l’aire de repos de Marzan sur la RN165 reliant Nantes à Brest, ainsi qu’une expérimentation conduite en 2017 dans le Grand Port Maritime de Marseille.

Route solaire: réelle avancée ou simple effet d'annonce?

Les dalles mesurent 15x15 cm, et leur épaisseur s'établit à 0,7 cm. Elles sont collées sur les chaussées existantes.

Portfolio (1 photos)

Commentaires (42)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je me pose des questions sur le véritable bilan écologique de cette idée.

Sur le papier, c'est peut-être sympa, mais il faut les produire, ces panneaux, si ça se développait. Et de ce que j'avais lu il y a quelques temps, c'est une production qui est très très loin d'être verte...

Par

La Terre a-t-elle la quantité de matières premières suffisantes pour ce genre de chose?

Par

En réponse à king crimson

Je me pose des questions sur le véritable bilan écologique de cette idée.

Sur le papier, c'est peut-être sympa, mais il faut les produire, ces panneaux, si ça se développait. Et de ce que j'avais lu il y a quelques temps, c'est une production qui est très très loin d'être verte...

quand la chaussé sera dégradé et que le bilan va coûter plus cher que les économies qu'il font réaliser on en parlera parce que personne ne sait actuellement ce que cela va donner dans le temps :oui:

ça c'est mieux :bien:

http://www.ddmagazine.com/2237-Les-TGV-a-lenergie-solaire-faisable-ou-utopie.html

Par

En réponse à ZYXW

La Terre a-t-elle la quantité de matières premières suffisantes pour ce genre de chose?

Non, trop de matière premières extraits, d'ou l'avenir du mix mogette/tournesol/mais (bio bien sur) :bien:

Par

Ils peuvent pas faire des routes à récupération d'énergie plutôt, ça sera surement moins coûteux, mais rentable que sur les routes les plus fréquentés.

Par

C'est clair que L'Orne est bien connu pour son taux d'ensoleillement...

Par

En réponse à christiandunord

C'est clair que L'Orne est bien connu pour son taux d'ensoleillement...

:biggrin::biggrin::biggrin:

Par

En réponse à zemik

quand la chaussé sera dégradé et que le bilan va coûter plus cher que les économies qu'il font réaliser on en parlera parce que personne ne sait actuellement ce que cela va donner dans le temps :oui:

ça c'est mieux :bien:

http://www.ddmagazine.com/2237-Les-TGV-a-lenergie-solaire-faisable-ou-utopie.html

Encore de l'argent public bien dépensé :pfff:

Par

et ben çà les gars c'est le résultats entre les pros et les crétins qui s'y croient ,

les crétins font çà ,

et les pros préfèrent comme en Angleterre des routes à inductions avec compensateurs énergétique

afin de compenser la déperdition du système

Par

si je cromprends bien, cette route servira à éclairer la commune le jour !

et la nuit c'est la lune qui prend le relais :ddr:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire