Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Suzuki : hybride pour tous - Vidéo en direct du salon de Monaco 2017

Dans Salons / Salon de Monaco

, , mis à jour

Suzuki est une marque qui excelle dans la fabrication de petites motorisations essence robustes et plutôt économiques. La marque japonaise a su montrer ces derniers mois qu’elle sait y faire quand il faut innover, en gardant toujours à l’esprit le côté accessible de ses autos.

Suzuki : hybride pour tous - Vidéo en direct du salon de Monaco 2017

En bref

Micro-hybridation sur Baleno

Technologies simples et peu coûteuses

 

En Europe, Suzuki est souvent considérée comme une marque low-cost. Or, il n’en est rien pour ce généraliste qui, il est vrai, est coutumier des automobiles simples et accessibles. La Swift, assemblée en Hongrie (pour l’Europe) en est le parfait exempleavec des motorisations particulièrement fiables et économiques en essence, qui équipent également les Baleno et Ignis. Mais depuis quelques mois sont apparues des nouveautés « écolos » chez Suzuki avec deux technologies.

 

 

La première, et la plus simple, est le « Dual Jet », une double injection sur le quatre cylindres 1.2 atmosphérique de 90 ch qui permet d’avoir un meilleur rendement à la combustion, en plus de solutions techniques intéressantes comme le refroidissement de la recirculation des gaz d’échappement (EGR), qui donne un mélange d'air/carburant moins chaud. L’autre est plus technologique puisqu’il s’agit du « SHVS », l’hybride simple maison qui associe un alternodémarreur au moteur essence de 90 ch avec deux petites batteries qui permettent de stocker de l’énergie et aider aux relances. Une bonne manière d’améliorer les moteurs et de les rendre moins gourmands sans pour autant faire exploser la facture.

 

Lors de son essai, notre essayeur Olivier Pagès avait en tout cas noté la réussite côté mécanique : "la Baleno est donc particulièrement à l’aise en ville et pas ridicule sur route, le système hybride se montrant complètement transparent à l’usage". Le seul bémol venant du comportement et du confort assez en retrait par rapport à la concurrence.

Suzuki : hybride pour tous - Vidéo en direct du salon de Monaco 2017
Suzuki : hybride pour tous - Vidéo en direct du salon de Monaco 2017

 

 

Lire notre essai de la Suzuki Ignis

Suzuki Ignis 2017 : objet de conquête

Lire nos essais de la Suzuki Baleno

Suzuki Baleno 1.0 Boosterjet : une niaque d'enfer

Suzuki Baleno : sushi goût tandoori

 

 

 

 

Commentaires (8)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Rien de nouveau dans cet article ... mais ceci-dit la technologie utilisée par Suzuki semble intéressante.

Pour ce qui est du positionnement, je n'ai jamais considéré ni entendu parler de Suzuki comme un constructeur Low-cost ! Vu de chez nous il peut passer pour un petit constructeur, un peu marginal, avec une légitimité dans le domaine du petit et moyen 4x4, proposant une gamme hétérogène tantôt banale (Celerio) tantôt originale (Ignis).

Fervant de la créativité, je regrette que tous les modèles ne possèdent pas une forte personnalité. Le gros point faible de Suzuki restant pour moi le traitement des intérieurs : planche de bord et sellerie sont souvent austères, démodées et "cheap" ; suffisant pour décourager un certain nombre d'acheteurs car une auto se conduit ... de l'intérieur ! L'ignis montre cependant que Suzuki peut faire un habitacle moderne et joli, même si les matériaux restent rustiques (la sellerie en particulier reste trop basique).

Par

Selon les tests de l'ADAC (mixte des cycles WLTC froid, WLTC Chaud et Autoroute), avec son 3 cylindres turbo, la Baleno Boosterjet émet juste 4250 fois plus de particules fines qu'une 208 BlueHDI100 ...

Ite misa est

Par

En réponse à ceyal

Selon les tests de l'ADAC (mixte des cycles WLTC froid, WLTC Chaud et Autoroute), avec son 3 cylindres turbo, la Baleno Boosterjet émet juste 4250 fois plus de particules fines qu'une 208 BlueHDI100 ...

Ite misa est

Et au test defapé après trois ans ça donne quoi :ange:

Par

A 160.000 kms, date possible de remplacement du FAP, la Baleno aura juste émis 640 Millions de fois plus de particules fines que la 208

Par

Ma société à acquis 4 de ces voitures récemment. Le gros point noir : un réservoir de carburant rikiki qui oblige à prévoir des détours courants à la pompe.... énervant à la longue.

Par

En réponse à ceyal

Selon les tests de l'ADAC (mixte des cycles WLTC froid, WLTC Chaud et Autoroute), avec son 3 cylindres turbo, la Baleno Boosterjet émet juste 4250 fois plus de particules fines qu'une 208 BlueHDI100 ...

Ite misa est

Sur ??

https://www.adac.de/_ext/itr/tests/autotest/AT5338_Peugeot_208_BlueHDi_100_STOP_START_Allure/Peugeot_208_BlueHDi_100_STOP_START_Allure.pdf

https://www.adac.de/_ext/itr/tests/Autotest/AT5493_Suzuki_Baleno_1_0_Boosterjet_Comfort/Suzuki_Baleno_1_0_Boosterjet_Comfort.pdf

Par

Cet article résume bien les qualités des Suzuki. Un bon point pour Caradisiac.

Les modèles à essence sont en effet excellents. J'espère que la suralimentation ne complique pas les entretiens, très bon marché en atmo. D'accord pour dire que les intérieurs doivent progresser en qualité, aved des matériaux plus valorisants.

La Baleno est plus jolie en réalité que sur photo. Heureusement ! Elle n'est pas mal, finalement.

Suzuki n'est pas un petit constructeur. C'est plus gros que Peugeot au niveau mondial.

Par

En réponse à ceyal

A 160.000 kms, date possible de remplacement du FAP, la Baleno aura juste émis 640 Millions de fois plus de particules fines que la 208

Les maths c'est pas ton truc on dirait...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire