Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Une affaire de "mouse-jacking" qui inquiète sur les professionnels

Dans Faits divers & Insolite / Justice

Une affaire de "mouse-jacking" qui inquiète sur les professionnels

Autrefois, on voulait une voiture en faisant une effraction. Avec l’avènement de l’électronique, on a cru dans un premier temps que le moment de la sécurité absolue était venu. Tout faux, et c’est même le contraire. Au point qu’un nouveau type de mode opératoire a fait florès : le « mouse-jacking ». Un piratage électronique qui pose d’autant plus question qu’il inquiète sur certains professionnels, complices quand ils ne sont pas auteurs. Dernier exemple en date, dans le Gard.

Le piratage électronique des systèmes de sécurité, appelé parfois "mouse jacking", représente une large majorité (68 %) des vols de voitures en France, selon une étude publiée fin novembre par l'association 40 millions d'automobilistes et le cabinet d'expertise automobile BCA Expertise. De quoi se poser des questions sur notre dévotion à la puce savante. Des interrogations qu’alimentera cette nouvelle affaire de voitures volées à grande échelle résolue dans le Gard, qui pourrait permettre d'élucider des milliers de vols de véhicules à travers la France.

Un réseau de douze personnes, interpellées depuis la fin novembre et mises en examen notamment pour association de malfaiteurs et vols et recels de vols en bande organisée. Huit d'entre elles ont été incarcérées. Âgés d'une trentaine d'années, la plupart des voleurs présumés étaient déjà connus pour des faits de petite délinquance. Mais pas seulement.

Les gérants d'un garage marseillais seraient aussi impliqués dans ce trafic international par piratage électronique. Spécialisés dans le diagnostic électronique des véhicules, il semblerait que les professionnels étaient parvenus à s'introduire dans des données informatiques pour récupérer le code individuel propre à chaque véhicule nécessaire à son démarrage. Grâce à ces codes, les véhicules pouvaient être dérobés en quelques minutes.

Au total, "plusieurs milliers de véhicules auraient été dérobés selon le même mode opératoire, sur le territoire national", a précisé la DDSP du Gard sur France Info Provence Alpes Côte d'Azur. Les véhicules de moyenne gamme volés étaient notamment revendus en circuit court, a précisé la même source proche. Les enquêteurs ont saisi 800 000 euros sur des comptes bancaires, des appartements, des véhicules, dont une Porsche, et "de nombreux objets de luxe", toujours selon la DDSP.

Commentaires (45)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Super ... j'ai migré pour cette région ! Mais mes véhicules ne doivent pas intéresser les voleurs :biggrin:

Par

Effectivement, pour être un expert informatique l'on peut faire de grandes choses avec bien peu de moyens. Un peu de lignes de codes, des failles non corrigées (le suivi du software est lamentable dans l'automobile, encore au tout début de la prise de conscience...) et tout devient possible à qui bidouille un minimum.

Cela est inquiétant.

Par

Les marques de luxe sont concernées, bien représentées dans les classements de vol par ce type de biais.

Sans grande surprise, car on va plus facilement déployer des moyens sur de belles voitures plutôt que pour voler des "Immondices" Rino and co, genre la Scénic à Jean-Patrick ou la Clio de Brandon.

Par

L'électronique communiquant grand public est généralement sécurisé avec les pieds, pas de raison que ça soit différent pour les bagnoles...

Et avec le n° de série de la voiture affiché en toutes lettres sur la vignette de pare-brise du CT, m'est avis que les vols de voitures de 4 ans deviendront de plus en plus courants dans les années à venir. Suffit d'attendre que les données citées dans l'article se retrouvent sur le Net (comme c'était le cas pour désimlocker les téléphones à une époque).

Je pense même qu'on verra fleurir des apps "scanne et roule"... :bah:

Par

En réponse à savoyard73000

Les marques de luxe sont concernées, bien représentées dans les classements de vol par ce type de biais.

Sans grande surprise, car on va plus facilement déployer des moyens sur de belles voitures plutôt que pour voler des "Immondices" Rino and co, genre la Scénic à Jean-Patrick ou la Clio de Brandon.

Si tu es expert informatique, ça explique qu'il soit aussi facile de piquer des voitures en les piratant ! Le niveau requis n'est visiblement pas très élevé...

Par

Si les constructeurs "n'arrivent" pas à résoudre le problème, c'est que quelque part c'est leur intérêt. Une voiture volée c'est une nouvelle vente en perspective. Idem pour les téléphones.

Par

Pendant ce temps là, on en est toujours à passer ses identifiants en clair sur caradisiac...

Par

En plusieurs décénnies qui a vu les constructeurs mettres des neiman sécurisé ? Des portières protégées ou on ne pouvait introduire un objet (style bande métallique ou ceintre...) ?

Ben une voiture volée, c'est une voiture à racheter...

Pas sûr qu'ils se fatigue réellement pour que les voitures soient bien mieux protégées niveau informatique....

Par

"Autrefois, on voulait une voiture en faisant une effraction"

moi pas comprendre :tourne:

Par

Avec le temps on peut raisonnablement espérer que les voleurs seront beaucoup plus doués en informatique et en électronique et seront devenus incapables de voler une vieille trapanelle en branchant deux fils.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire