Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Yea!, la voiture en libre-service et sans contraintes, arrive à Toulouse

Dans Economie / Politique / Budget

La Ville rose va se doter, dès le mois de mai, d’un nouveau système de véhicules en libre-service bien plus flexible. Avec les voitures « Yea!», des Smart ForFour, plus de réservations, ni de stations dédiées, le consommateur est totalement indépendant.

Yea!, la voiture en libre-service et sans contraintes, arrive à Toulouse

Le système d’autopartage tel qu’il existe à l’heure actuelle permet à un abonné de récupérer un véhicule dans une station identifiée, de l’utiliser pour un temps donné et de la restituer dans sa station d’origine ou dans une autre station. Un fonctionnement en circuit fermé qui a déjà fait ses preuves un peu partout dans les grandes agglomérations françaises mais la coopérative d’autopartage Citiz va plus loin en proposant désormais une formule en libre accès.

Dès le mois prochain, les 20 Smart Forfour rouges badgées Yea ! seront disséminées dans le centre-ville de Toulouse, sur des places de parking classiques. Grâce à une application smartphone, l’utilisateur pourra géolocaliser 24h/24, le véhicule le plus proche. La réservation pourra se faire le temps de s’en approcher. L’ouverture du véhicule se fera grâce à un badge ou à l’application de son téléphone. Pour quelques minutes, ou pour quelques jours, le conducteur prend le volant pour des trajets illimités, à Toulouse, en France voire à l’étranger.

Un badge permet de déverouiller la voiture
Un badge permet de déverouiller la voiture

La restitution du véhicule peut se faire sur n'importe quelle place de stationnement au sein d'un périmètre défini dans Toulouse, le prix du parcmètre étant inclus. Il suffit de badger pour la rendre disponible pour le suivant.

Différentes formules seront proposées aux utilisateurs comme par exemple la formule « fréquence» qui coûtera à l'utilisateur 2,50 euros de l'heure et 0,35 centime par kilomètre avec une limite de 25 € par jour et 0,17 €/km au-delà de 100. Carburant, assurance, entretien : tout est compris.

Le système Yea ! est implanté depuis mai 2015 à Strasbourg. Jean-François Virot-Daub, directeur adjoint chez Citiz Alsace expliquait au Figaro que le système a déjà fait ses preuves. « On enregistre de plus en plus d'utilisateurs chaque mois. Les utilisateurs strasbourgeois qui souhaiteront utiliser Yea! à Toulouse le pourront, et inversement» assure-t-il. Selon le responsable, le système pourrait s'implanter dans plusieurs grandes villes.

 

 

Portfolio (1 photos)

Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

le principe rappelle Car To Go qui fut implanté un temps avant que Bolloré ne l'évince ... via une pirouette juridique et judiciaire

Par

pollution en centre ville :bah:

Par

On rachète les licences de taxi, mais dans le meme temps nos communes creent un service de substitution aux taxis! Le tout avec l'argent public... On marche sur la tete...

Par

En réponse à Arnime

On rachète les licences de taxi, mais dans le meme temps nos communes creent un service de substitution aux taxis! Le tout avec l'argent public... On marche sur la tete...

vaut mieux racheter les licences de taxis pour mettre ce genre de système dans les villes que de le mettre et d' empiéter sur leur marché :bien:

Par

En réponse à Arnime

On rachète les licences de taxi, mais dans le meme temps nos communes creent un service de substitution aux taxis! Le tout avec l'argent public... On marche sur la tete...

c'est logique car à la fin c'est le meme qui paie

Par

donc 25 euros la journée pour 100 bornes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire