Véritable bénédiction pour la marque italienne, la Fiat 500 connaît un très grand succès. Pour que celui-ci dure, Fiat va multiplier les variantes de sa petite auto. Ainsi, une version 'break' est à l'étude, elle arrivera dans deux ans.

Alors qu'il y a quelques mois encore Fiat était moribonde, aujourd'hui elle surfe sur la vague du succès. Cet exploit, elle le doit à plusieurs facteurs. Premièrement, son désengagement d'avec General Motors, qui ne voulant pas racheter la marque italienne a été contraint de lui verser un dédit de 1,55 milliard d'euros. Ce qui a permis au groupe italien de remettre ses finances à flot. Deuxièmement : la décision de se concentrer sur le segment des petites voitures, ce que Fiat fait le mieux, en présentant la Grande Punto qui a permis de relancer la production et les ventes. Troisièmement : en créant une vraie dynamique du succès, en dévoilant la Fiat 500 qui est amenée à devenir l'emblème de la marque italienne, dans et hors de ses frontières. Mais, rendons à César ce qui est à César, ce succès Fiat le doit aussi à deux hommes, Luca di Montezemolo et Sergio Marchionne, respectivement président et administrateur délégué de Fiat. Ce sont eux qui ont modifié en profondeur la marque en renouvelant plus de 90 % de ses cadres. Aujourd'hui il convient de transformer l'essai et pour cela la Fiat 500 pourrait bien aider la marque transalpine. Cette petite auto a un fort potentiel. Construite à Tychy en Pologne, la production par année pleine devrait avoisiner les 150 000 exemplaires, ce qui n'est pas rien. Mais cet objectif pourrait bien être dépassé, car Fiat voudrait multiplier les variantes de la mini-citadine. Ainsi après la version deux portes, il existera un modèle sportif Abarth, un cabriolet et un break. C'est ce dernier que nous avons choisi d'illustrer aujourd'hui. Ce modèle qui devrait reprendre le patronyme de Giardiniera (littéralement : jardinière), comme l'ancienne Fiat 500 Giardiniera de 1960.

Lire aussi

Forum