La citadine la plus chic et branchée du moment se découvre. Mais ne vous y trompez pas, la 500 C n’est pas un cabriolet comme vous l’entendez… Un caprice de star qui se monnaye au prix fort.

Essai vidéo - Fiat 500 C : braquage à l'italienne

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Fiat 500

88 g/km - Bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Fiat 500 (2e Generation)

Juin 2009



La 500 est bien plus qu’un modèle pour Fiat. « C’est une marque à l’intérieur de la marque », concède Hervé Aboab, secrétaire général de Fiat France. La petite citadine néo-rétro a conquis l'Europe en moins de deux ans grâce à sa ligne sexy et son programme de personnalisation très complet. Près de 360 000 exemplaires ont trouvé preneur, relevant par la même occasion les ventes du groupe Fiat. Des ventes soutenues également, il ne faut pas l’oublier, par l’honorable carrière de la Panda. La 500 a donc entamé sa mutation voilà un an, avec la version sportive Abarth. Aujourd’hui les projecteurs se tournent sur le cabriolet, avant les arrivées programmées du break "Jardinière" et d’un 4x4. Un vaste programme de déclinaison qui s’échelonnera au rythme d’un par an, avec pour but d’entretenir un filon en or massif.
Essai vidéo - Fiat 500 C : braquage à l'italienne
A l’image de son ancêtre des années 60, la Fiat 500 C n’est pas un vrai cabriolet. C’est une découvrable. Une nuance de poids. Fiat a choisi de conserver les montants de toit et d’y implanter un toit souple en toile qui coulisse. Un peu sur le même principe que la Citroën C3 Pluriel. C’est un choix rationnel puisque en plus de conserver une ligne sexy, ce système permet au véhicule de conserver son habitabilité aux places arrière ainsi que son volume de coffre, déjà étroits. Sans oublier des économies de productions. Non négligeables en ces temps de crise.
2800 € d'écart avec la berline
Essai vidéo - Fiat 500 C : braquage à l'italienne
Cette capote se commande électriquement, soit depuis l'habitacle, soit à distance via la clé. Un gadget idéal pour la frime, qui démontre très vite ses limites puisque la clé commande uniquement l’ouverture…pas la fermeture. Ce système d’ouverture électrique est livré de série sur la 500C. Un minimum compte tenu d’un surcoût estimé à 2800 € par rapport à la berline ! Le décapotage en deux parties, nécessite au total 25 secondes. Dans un premier temps, la capote se rabat jusqu’à la lunette arrière pour enfin se replier sur celle-ci. Une opération qui peut s’effectuer jusqu’à 60 km/h. Le ciel s’offre à vous pour une escapade.
Le volume de coffre déjà mini (182 litres), reste inchangé grâce à cette configuration de toit. En revanche Fiat "facilite" l'accès au coffre en y implantant une sorte de trappe qui s'ouvre à la verticale. l'ouverture est simple mais l'accès délicat compte tenu du dessin.

Nos versions préférées

  • Fiat 500 C 1.4 T-Jet 100 ch BVM Lounge