En bref

Six portes

Plus longue et plus large

À partir de 22 900 €

Commençons par un peu d'histoire : la Mini Clubman, l'originale sortie en 1969, était une version cossue de la Mini qui ne se différenciait esthétiquement de cette dernière que par sa face avant plus carrée et sa calandre haute. Les versions breaks à deux portes s'appelaient, elles, Estate pour la Clubman, Traveller et... Countryman pour la Mini. Pour des raisons de droit sur le nom, BMW s'est donc un peu arrangé avec l'histoire en lançant en 2007 la version longue de la Mini ressuscitée et en la baptisant seulement Clubman. Ce n'était pas non plus un véritable « break de chasse » puisqu'elle présentait une troisième porte, côté passager et avec une ouverture antagoniste, facilitant l'accès à la banquette arrière. Retour au présent où cette nouvelle Mini Clubman s'éloigne encore un peu plus de ses aînées en rentrant totalement dans le rang par sa symétrie totale. Oubliez l'unique porte arrière à l'envers, la Clubman en a maintenant deux conventionnelles, plus classiques certes mais aussi plus pratiques. Elle garde cependant comme dernière vestige d'une jeunesse délurée les deux portes de son coffre s'ouvrant horizontalement à la façon d'un frigo américain.

Ne la voyez cependant pas comme une simple évolution break de la Mini 5 portes dont elle reprend la plateforme, puisqu'elle grandit par rapport à elle dans toutes les directions, que ce soit la longueur de désormais 4,25 m, soit 27 cm de plus (dont 10 cm rien que dans l'empattement) ou les 7 cm de largeur supplémentaire pour tenter de préserver des proportions similaires. Alors d'accord, cela promet une habitabilité et une capacité de chargement améliorées qui faisaient largement défaut à l'ancienne Clubman mais il y a un lourd prix à payer du côté de l'esthétique : la Mini franchit encore une étape après la 5 portes en perdant définitivement son côté jouet rondouillard et sympathique, mais ça reste toujours bien mieux qu'une Fiat 500 L par exemple. Sous certains angles, c'est tout à fait réussi, comme le trois-quarts arrière, mais vers l'avant distendu, c'est un peu plus difficile à apprécier.

À bord, la Clubman adopte une planche de bord inédite, un peu plus sobre que ce à quoi on est habitué dans une Mini ce qui n'est pas forcément un mal, mais il y a toujours quelques progrès à faire au niveau de l'ergonomie. L'originalité est toutefois préservée, avec cet écran central entouré d'un cercle lumineux et ces interrupteurs façon aviation. On sent en tout cas tout de suite l'augmentation du volume de l'habitacle surtout aux épaules à l'avant mais aussi à l'arrière, où, de plus, les 10 cm supplémentaires de l'empattement sont exactement ceux qui manquaient pour être véritablement à l'aise dans la version 5 portes. Pas de miracle cependant, seuls deux adultes peuvent y prendre place malgré les 7 cm de largeur en plus. Le coffre n'est pas en reste puisqu'il passe de 278 à 360 litres, soit plus qu'une Mercedes Classe A (341 litres) et presque autant qu'une Audi A3 Sportback (380 litres). Une fois le dossier 40/20/40 de la banquette arrière rabattu, la capacité de chargement passe à 1 250 litres.



Côté motorisations, la Mini Clubman reprend logiquement la structure de l'offre proposée par la version 5 portes avec six motorisations au choix : du côté des essences, les One et Cooper avec leur trois cylindres 1,5 l turbo de 102 et 136 ch et la Cooper S et son 4 cylindres 2,0 l de 192 ch et, du côté des diesels, plus puissants, la One D et son trois cylindres 1,5 l de 116 ch et les Cooper D et Cooper SD avec leur 2,0 l turbo diesel de 150 et 190 ch. Les tarifs démarrent à 22 900 € pour la One et montent jusqu'à 38 000 € pour la Cooper SD, mais il vous faudra probablement passer par les options pour compléter l'équipement, comme vous pourrez le lire à la page dédiée. Une boîte automatique est aussi proposée avec six rapports pour les 3 cylindres et huit pour les 4 cylindres.