Après nous avoir dévoilé, il y a quelques semaines, la Yaris hybride, Toyota revient sur le devant de la scène en nous proposant la Prius +, le premier monospace full hydrid du marché.

Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Toyota Prius+

96 g/km - Bonus : 6 300 €*

* Pour les véhicules électriques, bonus de 6.300 € dans la limite de 27 % du prix TTC du véhicule incluant le coût des batteries.

Début de commercialisation du modèle :
Toyota Prius+

Avril 2012

En ce moment, on ne chôme pas chez Toyota ! Les lancements  de nouveaux modèles se succèdent.  Après la Yaris hybride, la Lexus GS450h, voici maintenant la Prius + et ce rythme va continuer puisque nous découvrirons dans quelques semaines la GT86 puis fin août la version rechargeable de la Prius.




Profitant de son expertise dans le monde de l’hybridation, Toyota développe désormais sa gamme de véhicules propres. Après avoir été  le premier constructeur à introduire sur le marché une citadine full hydrid, il réédite cette performance avec le segment des monospaces 7 places. Une proposition inédite qui confirme bien la volonté  de la marque de posséder une gamme complète de véhicules hybrides.
Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus
C’est vraiment de profil que l’on se rend compte des différences entre la Prius + et la Prius « traditionnelle »


EN BREF
Toyota Prius +
4,62 m
272 – 784 et 1 750 litres de coffre
Surfant sur le succès de la 3e génération de sa Prius, la firme japonaise souhaite désormais séduire les pères de famille. Dès le premier coup d’œil, l’appartenance à la famille Prius est évidente avec une face avant quasi similaire à la berline. Sans surprise, les changements portent sur le profil qui abandonne la chute de pavillon pour adopter une forme  monovolume typique de la catégorie. L’autre nouveauté réside dans les dimensions. Ainsi, la longueur augmente de 13 cm par rapport à la Prius « classique » pour atteindre 4,62 m. Même constat pour la hauteur qui progresse de 8 cm (1,58 m) et la largeur qui croît de 3 cm (1,78 m). Bien évidemment, tout cela a des répercussions sur l’habitabilité. Dans ce domaine, la Prius + se révèle très accueillante et pratique. En effet, en raison de l’empattement qui gagne 8 cm, l’espace aux genoux au niveau de la seconde rangée progresse de 25 mm, mais ce n’est pas tout puisque toutes les cotes évoluent avec par exemple 75 mm de plus pour la garde au toit et 59 mm pour la largeur aux épaules. Et il faut noter que ces mêmes sièges sont coulissants et inclinables individuellement.




Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus
Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus
Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus
Contrairement à la version  commercialisée aux USA qui est vendue uniquement en 5 places, la Prius est disponible exclusivement en 7 places en France. Une différence qui s’explique par une vraie innovation puisque Toyota a choisi d’implanter la batterie lithium ion (une première sur une Prius), non pas derrière les sièges arrière mais entre les deux places avant, sous la console centrale. De ce fait, on bénéficie de deux sièges supplémentaires escamotables et surtout d’un volume de chargement plus conséquent. Toutefois, il faut avouer  que ces sièges peuvent servir uniquement en dépannage ou pour des enfants car l’espace aux jambes est insuffisant pour des adultes.  Le coffre marque une vraie progression par rapport à la Prius avec un volume de chargement qui oscille entre 272 – 784 et 1 750 litres suivant la configuration choisie. Des données tout à fait conformes au segment des monospaces 7 places déjà présents sur le marché.  Toutefois, si l’accès au coffre est aisé, on regrettera tout de même que le seuil de chargement soit élevé.    
Essai vidéo - Toyota Prius + : monsieur plus
Peu d’évolutions au niveau de la présentation. Le volant demeure inchangé mais la console centrale évolue en étant plus large mais son organisation est aussi transformée, notamment au niveau de l’emplacement du levier de vitesses ou de la taille de l’instrumentation toujours centrale. Statu quo en ce qui concerne la qualité des plastiques, loin d’être exceptionnelle mais rien à redire sur l’assemblage de bonne qualité.