Décidément, la morale fait rage en Formule 1 ces derniers temps. A l’issue du précédent GP disputé à Abu Dhabi, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen s’étaient vus tancer par la FIA qui avait jugé leur vocabulaire inadéquate à l’occasion d’une interview réalisée par l’ancien pilote David Coulthard. Dans le cadre du GP d’Austin disputé le week-end dernier, c’est avant même le début du GP que la polémique autour des casques de Hamilton et Vettel.


Lewis Hamilton arborait pour l’occasion un casque aux couleurs des Etats-Unis, sur lequel il avait pris soin d’ajouter un message, « H.A.M. ». Ces trois lettres n’ont pas tardé à attirer l’attention sur elles. Notamment celle de Tom Cary, journaliste pour le Telegraph, pour qui ce message était une réaction à l’affaire ayant suivi le GP d’Abu Dhabi, justement. Précisons que cet acronyme signifie couramment « hard as motherfucker »… qu’il n’est sans pas utile de traduire ici. Pour Nobert Haug, vice-président de Mercedes Motorsport et futur patron de Hamilton, ce message signifiait plutôt « hard as Mercedes ». N’empêche, Hamilton allait, d’un commun accord avec son écurie McLaren, recouvrir le message d’une bande de scotch rouge…
F1 - Le casque de Hamilton crée la polémique
Sebastian Vettel, pour sa part, arborait au sommet de son casque « Gives you wings » faisant implicitement la publicité de son employeur. Or, toute publicité au sommet du casque est prohibée en raison de la présence de la caméra embarquée. Là aussi le problème a été résolu grâce à l’ajout d’une bande adhésive.