Depuis plusieurs années, la France a mis en place des politiques afin de réduire la mortalité routière. Les résultats ont été probants même si cela s’est traduit par une augmentation importante de la répression. Pourtant la situation est loin d’être identique dans le monde.
 
1,3 million de morts et 50 millions de blessés par an", c’est le triste bilan de l’accidentologie mondiale. Difficile de légiférer à l’échelle mondiale, pourtant la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), plus connu pour gérer le sport automobile a décidé de prendre le problème à bras le corps. Ainsi, Jean Todt estime que  "Si des actions vigoureuses ne sont pas faites à tous les niveaux, il y aurait en 2020, pratiquement 2 millions de morts et 80 millions de blessés.
Ainsi, l’ancien patron de la Scuderia Ferrari est conscient qu’il existe de très nombreuses disparités. « Dans les pays développés, compte-tenu de l'éducation, de l'application des lois avec les contrôles des réseaux routiers, de la technicité des voitures, c'est en baisse. Mais dans les pays en voie de développement qui correspondent à peu près 90 % des cas, les accidents augmentent" Par conséquent, La FIA a donc lancé une campagne de sensibilisation en lien avec celle menée par les Nations unies et baptisée la Décennie des Nations Unies de l'Action pour la Sécurité Routière.