Fabian, ingénieur parisien de 41 ans, en avait assez que sa Nissan Micra, dont il n’avait quasiment aucun usage, ne soit qu’un poste de dépense. Au printemps 2014, Il a donc décidé de proposer celle-ci sur une plate-forme internet de location de voitures entre particuliers, à un prix moyen de 25 € par jour. En un an, notre homme a loué sa citadine à près d'une centaine de reprises : « J’étais un peu anxieux la première fois, mais maintenant je recommande vivement ce système. Le côté administratif prend un quart d’heure au départ, un quart d’heure au retour de la voiture, et c’est tout ! L’été dernier, il y a eu important appel de charges de copropriété dans mon immeuble, équivalent à un mois de salaire. Et cette somme, je l’ai en grande partie couverte avec la location de ma Micra ! »


Comme Fabian, un nombre croissant de Français mettent leur voiture à disposition de leurs contemporains, s’inscrivant ainsi dans ces nouveaux usages collaboratifs de l’automobile, dans lesquels on peut aussi classer les systèmes de covoiturage et autres véhicules de tourisme avec chauffeur qui concurrencent les taxis.

Drivy, la plate-forme leader de la location entre particuliers dans l’Hexagone, compte actuellement 500 000 membres et regroupe 26 000 voitures (OuiCar, numéro deux du secteur, revendique 15 000 voitures). Environ 3 000 d’entre elles prennent la route chaque week-end, un chiffre qui pourrait augmenter de deux tiers lors des pics estivaux des 14 juillet et 15 août. On est encore loin du phénomène de masse, mais la croissance est rapide et la plupart des particuliers-locataires se disent séduits par l’expérience. A l’argument tarifaire s’ajoutent ceux de la proximité - on peut choisir une voiture dans sa ville ou son quartier - et de la souplesse des horaires de départ et de retour.

Profil-type de clientèle ? « La moyenne d’âge est de 35 ans, ce sont souvent de jeunes actifs urbains qui ont décidé de privilégier l’usage d’une voiture à sa possession. Quant aux loueurs, ce sont généralement des gens qui habitent en périphérie, plutôt des classes moyennes qui cherchent à couvrir les prix d’entretien de leur voiture », détaille Paulin Dementhon, patron-fondateur de Drivy. Le service fonctionne dans toutes les grandes villes de France, avec toutefois une surreprésentation de l’Ile-de-France. Dementhon, toujours : « plus il y a de monde, plus il y a de bouche-à-oreille et plus le service va fonctionner. Et plus on est connus, plus nombreux seront les propriétaires de véhicules neufs récents qui oseront franchir le pas et mettre leur voiture en location. Dans les cinq ans à venir, l’écosystème de l’automobile va profondément se modifier. » En attendant, les professionnels de la location courte durée observent de près l’émergence de cette concurrence que certains qualifient de déloyale : « ces sociétés doivent être traitées de la même manière que les sociétés de location de voiture au niveau administratif, légal et fiscal, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui » prévient André Gallin, président de la branche location de courte durée du Centre national des professionnels de l'automobile (voir notre vidéo).


Exemple de tarification pour une citadine au départ de l'aéroport de Bordeaux le week-end du 1er mai 2015

(du jeudi 30 avril 17h au lundi 4 mai 8h)


Prix moyen chez un loueur professionnel type Avis, Hertz ou Rent A Car,pour 750 km Prix moyen pour une location entre particuliers (moyenne des tarifs des dix premières voitures disponibles sur Drivy)


Prix moyen pour la location d’une citadine type Opel Corsa



226 €


106 €



Différence : -53 %

Avantages

- Voiture très récente et climatisée

- Départ et arrivée

à l'agence de l'aéroport

- Tarif imbattable

- Souplesse horaire arrivée/retour que ne permet pas forcément le loueur professionnel


Inconvénients

- Tarif très élevé

- Voiture pas forcément récente ni climatisée

- Voiture pas forcément disponible à l'aéroport (il faut s'arranger avec le propriétaire pour qu'il vienne vous chercher ou que vous le rameniez chez lui s'il vient à vous ; mais ce problème ne se pose pas dans le cas d'une location démarrant en centre-ville)

- Choix de véhicule (catégorie, type de carrosserie, équipement) généralement plus limité que chez un professionnel




Cette économie collaborative crée aussi de nouvelles opportunités de business pour les particuliers-loueurs. Certains développent ainsi une véritable activité parallèle, comme Mario (son prénom a été changé à sa demande) qui dispose de trois voitures, dont deux qu’il a achetées neuves avec un contrat d’entretien, à des fins uniquement locatives. En un an, sa première auto achetée neuve 14 000 € lui aura rapporté un peu plus de 5 000 €, et la seconde, achetée 17 500 €, lui aura rapporté 3 000 € en six mois. « J’ai trois enfants, et j’ai décidé d’acheter trois voitures plutôt que de laisser cet argent dormir à la Caisse d’Epargne avec un taux complètement nul. Avec ce système, ce sont les locataires qui finalement achètent la voiture pour moi. » Précisons qu’avec Drivy, 70 % du prix de la location revient au particulier. Les 30 % restants sont prélevés par le site, et la moitié de cette somme sert à payer les frais d’assurance.

Sans aller jusqu’à monter une « micro-entreprise » de location, un particulier vivant dans une grande ville peut espérer couvrir tout ou partie de son budget automobile annuel, ce qui est déjà beaucoup. Bien sûr, l’usure du véhicule reste à la charge du loueur : le budget d’entretien augmente à proportion des kilomètres parcourus, et il est important, si l’on veut continuer à être bien noté par la communauté, de proposer un véhicule dans un bon état de présentation et de fonctionnement. Par ailleurs, bien que l’assurance des plates-formes internet prenne le relais de la vôtre dans le cas d’une mise en location (en cas d’accident ou besoin d’assistance), les spécialistes vous incitent à jouer la transparence auprès de votre compagnie : « Avant de vous abonner à un service d’autopartage, consultez toujours les conditions générales d’accès et d’utilisation. Lisez bien toutes les clauses concernant l’assurance : les garanties, leurs champs d’application, les exclusions, plafonds d’indemnisation, franchises, procédures à suivre en cas d’accident. Si vous souhaitez louer votre voiture à des particuliers, contactez votre assureur et revoyez avec lui ce que contient déjà votre contrat : ce qu’il couvre, ce qu’il ne couvre pas » résume Jérôme Chasques, directeur général d’Hyperassur.com, comparateur d’offres d’assurance.

En respectant quelques précautions d’usage qui tiennent du bon sens, il semble donc que le système tienne ses promesses. Surtout, il amène à repenser notre rapport à l’automobile, où l’on privilégierait l’usage à la possession, avec pour corollaire de possibles chamboulements pour l’industrie entière. Dans une interview à Télérama, l’économiste américain Jeremy Rifkin avance l’hypothèse suivante : « Pour chaque voiture partagée, quinze voitures sont éliminées de la chaîne de production. Or, une étude a montré que dans une petite ville américaine, en gérant bien le partage de voitures, vous pouvez garantir à chacun à la fois mobilité et fluidité tout en réduisant de 80 % le nombre de véhicules sur la route. Il y a 1 milliard de véhicules en circulation dans le monde. Retirez 80 % d'entre eux, et faites vous-mêmes le calcul. »

 

Les 10 principaux points à retenir sur la location entre particuliers

  • tout particulier peut louer une voiture à un autre particulier s'il est âgé d'au moins 21 ans et dispose de son permis depuis plus de deux ans
  • on peut trouver une voiture à louer dans sa ville, son quartier, et même sa rue, puis la récupérer ou la rendre à des horaires souples à définir avec le particulier-loueur
  • le tarif de location est fixé librement par le propriétaire, qui perçoit en retour 70 % de celui-ci ; le reste sert à rémunérer la plate-forme de location et à payer l'assurance
  • le paiement de la location s'effectue par CB via Internet
  • le véhicule loué est assuré par l'assurance-partenaire de la plate-forme web de location (ce contrat prend le relais de celui de la voiture durant la durée de location). Une franchise s'applique en cas d'accident.
  • la zone de circulation est généralement limitée à la France et aux pays limitrophes
  • en cas de non-paiement d'une contravention, le propriétaire peut dénoncer le conducteur fautif aux forces de l'ordre (comme le ferait un loueur professionnel)
  • le choix de véhicules haut de gamme est limité
  • un kilométrage est défini au départ de la location : si vous roulez moins ou plus, vous ajustez le tarif de la location via la plate-forme internet
  • ce peut être l'occasion de belles rencontres…


Les principaux sites de location entre particuliers


Drivy

Le numéro 1 du secteur a absorbé récemment Buzzcar, et revendique aujourd'hui 26 000 véhicules disponibles et 500 000 utilisateurs. Assurance partenaire: Allianz.

 

Ouicar

Le numéro 2, avec 15 000 véhicules. Assurance partenaire: L'équité.

 

Koolicar

High-tech: on accède au véhicule loué grâce à une carte de membre, sans forcément rencontrer le propriétaire. Assurance partenaire: Maif.

 

Livop

Le plus : accès au véhicule loué grâce à une clé virtuelle intégrée à votre smartphone. Assurance partenaire: MMA.