Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Toyota Yaris 2 en occasion ?

Publié dans Guide fiabilité > Autres actu fiabilité

par

Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Toyota Yaris 2 en occasion ?

Dates clés

  • Date de commercialisation : décembre 2005
  • Version TS : février 2007
  • Restylage : janvier 2009

Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

La Toyota Yaris est, avec sa grande sœur la Corolla, ou la Honda Civic, une des japonaises les plus connues en France. Parce qu'elle s'y vend très bien, mais aussi, et surtout il faut le dire, parce qu'elle y est fabriquée, depuis 2001, dans l'usine du constructeur à Onnaing, près de Valenciennes. La première génération a beaucoup plu, de part sa compacité, ses aspects pratiques, ses mécaniques pétillantes, mais aussi pour sa robustesse et sa fiabilité, réputées sans faille (pas forcément vrai). La deuxième génération, celle dont nous allons parler ici, a pris le relais fin 2005. Elle existe en 3 et 5 portes, et une version sportive TS a vu le jour en 2007. Elle reprend les astuces de modularité de la première génération avec une banquette coulissante, et reste toujours compacte, à mi-chemin entre une mini citadine et une citadine polyvalente. En terme de fiabilité, elle a connu quelques soucis, mais rien de trop grave ou épidémique. Avec l'apparition de la dernière génération sur le marché, les cotes en occasion ont un peu baissé.

Caradisiac a aimé

  • Le gabarit compact
  • L'habitabilité
  • La modularité
  • Les aspects pratiques
  • La sécurité passive
  • Le rapport performances/consommation

Caradisiac n'a pas aimé

  • La finition
  • Des lacunes d'équipement
  • L'insonorisation
  • Le confort de suspension

Nos versions préférées

  • II 87 VVT-I SOL 5P
  • II 90 D-4D SOL 5P

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le gabarit compact : la Yaris est à mi-chemin entre une petite citadine type Twingo et une citadine polyvalente type Clio (3,75 m). Ce qui lui permet de se faufiler avec aisance en ville.
  • L'habitabilité : malgré son gabarit réduit, l'habitabilité pour 4 est fort correcte (plus proche d'une 207 que d'une 107 par exemple) et le volume de coffre, modulable, peut atteindre 363 litres.
  • La modularité : la Yaris a repris à son compte dès la première génération l'astucieux système de banquette coulissante, qui permet de moduler l'espace aux jambes à l'arrière, et favorise soit les passagers, soit le coffre.
  • Les aspects pratiques : outre la banquette coulissante, la Yaris dispose de nombreux et astucieux espaces de rangement et d'une double boîte à gant.
  • La sécurité passive : à sa sortie, la Yaris a obtenu les 5 étoiles au crash-test EuroNCAP. On fait mieux aujourd'hui bien sûr mais c'était excellent pour une si petite voiture.
  • Le rapport performances/consommations : quel que soit le moteur, la Yaris soit consomme très peu pour des performances moyennes, soit peu pour de bonnes performances. On n'est jamais floué donc.

Ce qui peut faire hésiter

  • La finition : c'est décevant de retrouver partout partout du plastique dur, même si c'est le cas chez certaines concurrentes. C'est surtout qu'il est sensible aux rayures. Trop. Les Clio et 207 présentaient bien mieux en tout cas. Heureusement le dessin n'est pas désagréable.
  • Certains équipements absents : régulateur de vitesse ou ESP sont restés respectivement soit indisponible soit réservé à de chères versions haut de gamme, et en option.
  • L'insonorisation : loin d'être excellente, c'est un point faible. Trains roulants, passages de roues, compartiment moteur laissent échapper de vilains décibels. Les trajets autoroutiers sont d'autant plus fatigants.
  • Le confort : ferme à basse vitesse, légèrement trépidant. La concurrence est plus moelleuse.

3. Budget

Achat / Cote :

À l'achat en neuf, la Yaris n'a jamais été donnée, et pas forcément souvent remisées. En occasion, elle tient bien la cote. Cette dernière n'a jamais été aussi soutenue que celle de la première génération, qui surcotait allègrement, mais elle reste solide, et les vendeurs gardent des prétentions élevées.

Consommation :

Que des bonnes surprises. Les blocs essence sont frugaux, quels qu'ils soient, même le sportif 1.8 VVTI. Le diesel est également très sobre. Et ce d'autant plus que les performances ne sont pas sacrifiées.

Assurance :

Pas de mauvaise surprise. Si la Yaris est plus chère à assurer qu'une Ford Fiesta, une Fiat Punto ou une VW Polo (étonnant d'ailleurs), elle reste dans la moyenne car équivalente aux Clio, 207 et C3, et moins chère qu'une Suzuki Swift par exemple…

Prix des pièces :

Le prix des pièces n'a jamais été un point fort chez les japonaises. La Yaris ne fait pas exception, les consommables sont encore dans la moyenne des prix, mais les plus grosses pièces (embrayage, amortisseurs) sont onéreuses. Cela dit, la longévité sans reproche rattrape un peu.

Entretien :

Les intervalles de vidange sont fixés à 15 000 km ou 1 an, et les entretiens complets tous les 30 000 km ou 2 ans. Tous les moteurs sont à chaîne de distribution donc on économise sur cette opération. Après les tarifs pratiqués dépendent de la concession. Cela va de correct à très cher, et c'est "en moyenne" moins économique que pour les citadines françaises.

4. Fiabilité

Description :

La Toyota Yaris, c'est une image de robustesse et de fiabilité sans faille. Seulement, des failles, concernant la première génération, il y en eu… même si c'était loin d'être la pire des citadines du marché. La deuxième génération, finalement, va faire mieux que la première. Elle est globalement sans gros souci, malgré des signalements d'avaries récurrentes dans certains domaines, vous le verrez plus bas… Cela dit la majorité des propriétaires sont satisfaits, n'ont expérimenté aucun aléa. Ce qui permet de conseiller sans arrière-pensée cette citadine en occasion. Il faut veiller toutefois à ce que l'entretien ait bien été suivi en concession car de nombreuses mises à niveau ont eu lieu dans le cadre de rappels. Un gage de sérieux finalement.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Pompe à eau. Sur le 1.0 VVTI 69 ch 3 cylindres, et dans une moindre mesure le 1.3 VVTI 87 ch, faiblesse récurrente et structurelle de la pompe à eau, jusqu'en 2009 au moins. Certains en sont à leur troisième, mais Toyota assume le plus souvent tout ou partie des frais.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Consommation d'huile. Sur le diesel D-4D, la consommation d'huile peut se révéler élevée. Elle reste toujours dans les tolérances, mais est toutefois anormale. Lorsqu'elle dépasse le litre aux 1 000 km, la solution consiste souvent en un remplacement du turbo, car c'est lui qui en "mange". Tous les signalements ont été pris en garantie.
  • Chaîne de distribution. RARE. Sur le D-4D, quelques signalements de chaîne de distribution bruyante. Une faiblesse des tendeurs en est la cause.
  • Roulements. Spécialement à l'arrière, ils ont une durée de vie courte. Certains propriétaires ont dû les remplacer avant 80 000 km
  • ABS. Allumage possible du voyant ABS/ESP, à cause de capteurs ABS fragiles ou souffrant de corrosion. Remplacement ou nettoyage de rigueur.
  • Pneus. Usure rapide constatée sur les montes d'origine (15 000 à 30 000 km maximum sur certaines marques). Après remplacement, c'est souvent bien mieux.

Aspect extérieur :

  • Peinture. De nombreux propriétaires se plaignent de sa fragilité et de sa sensibilité aux gravillons.
  • Carrosserie. Alignements irréguliers sur de nombreuses séries. Certains réglages peuvent être effectués. Par ailleurs, elle n'est pas protégée et reste soumise aux accrocs de la circulation et du parking.

Finition intérieure :

  • Finition. Unanimement reconnue comme étant bien légère. Les plastiques sont fragiles, sensibles aux rayures, et les ajustements pas toujours parfaits.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Tranquillité assurée à ce niveau-là.

Rappel de rectification en concession :

  • Avril 2007. Remplacement des supports d'appuie-tête à cause d'une faiblesse de leur ressort de maintien. 25 635 voitures concernées, fabriquées entre novembre 2005 et juillet 2006.
  • Septembre 2007. sur 4 779 voitures, sorties d'usine entre novembre 2005 et février 2006, remplacement des garnitures de siège avant pour remédier à une force de déploiement insuffisante des airbags latéraux.
  • Janvier 2009. ce sont 51 975 exemplaires qui retournent au garage pour vérification de la colonne de direction, qui peut quitter sa position. Dates de production : entre juin 2005 et septembre 2007
  • Janvier 2009 : au même moment, rappel de 46 389 exemplaires pour un risque de feu au niveau de l'isolant phonique des prétensionneurs de ceinture de sécurité. Modèles fabriqués entre le 13 juin 2005 et le 17 avril 2007.
  • Février 2010. Pose d'une cale sur le mécanisme de pédale d'accélérateur pour éviter qu'il reste coincé en position accélérée. Concerne 110 551 modèles fabriqués entre novembre 2005 et septembre 2009.
  • Décembre 2010. Les versions équipées de la boîte MMT (transmission automatique) fabriquées entre novembre 2005 et janvier 2007 sont contrôlées et l'actuateur d'embrayage éventuellement remplacé.
  • Août 2011. Vérification du montage du cache de montant central sur 8 398 exemplaires sortis de chaîne entre le 12 avril 2010 et le 4 janvier 2011.
  • Août 2011. Contrôle des soubassements pour un risque de fissure du longeron avant droit, sur les modèles fabriqués du 14 avril au 20 mai 2010.

5. Meilleures versions

En Essence : II 87 VVT-I SOL 5P

En essence, le petit 1.0 69 ch fait preuve de bonne volonté, mais le 1.3 87 ch sera plus polyvalent et sortira plus facilement sur le grand ruban. Il reste assez sobre si on ne tire pas dedans. Et sa fiabilité est assurée. La finition Sol, haut de gamme avant les nouvelles appellations post-restylage, est bien équipée (clim auto, 6 airbags, toutes fonctions électriques, etc.). Par contre la qualité de finition reste celle des entrées de gamme...
Commercialisation : 2006
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 87
Emission de CO2 : 141 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En Diesel : II 90 D-4D SOL 5P

Un seul moteur diesel sur la Yaris, pas trop le choix donc... Il n'est pas manchot en terme de performances, se révèle sobre, mais il est fort bruyant. Et sa fiabilité est à surveiller (consommation d'huile, tendeur de chaîne de distribution...). Il n'est à conseiller que pour les gros rouleurs. Comme pour le 1.3 VVTI en essence, il vaut mieux en occasion se tourner vers une finition haute Sol, plus complète.
Commercialisation : 2006
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 90
Emission de CO2 : 119 g/km
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Modèles concurrents

 
Inscription à la newsletter

En savoir plus sur :
Toyota Yaris 2

Commentaires (38)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte

Lire les commentaires

Par

Usure rapide constatée sur les montes d'origine (15 000 à 30 000 km maximum sur certaines marques)

Usure rapide? Une usure normale c'est combien de kilomètre pour vous? Car pour l'instant, aucun de mes véhicules n'a dépassé les 30000 km avec un train de pneu. Pourtant je roulais avec des Michelin energie saver (un peu fort dans les virage il est vrai, mais quand même).

Par Anonyme

Avec une monte d'origine sur ma Clio 3 je suis monté à 60 000 avec les pneus arrières :bah:

Après avec les avants j'ai atteint les 40 000. Rouler fort dans les virages détruit les pneus, faut pas se leurrer. :chut:

Par

En réponse à clefdedouze

Usure rapide constatée sur les montes d'origine (15 000 à 30 000 km maximum sur certaines marques)

Usure rapide? Une usure normale c'est combien de kilomètre pour vous? Car pour l'instant, aucun de mes véhicules n'a dépassé les 30000 km avec un train de pneu. Pourtant je roulais avec des Michelin energie saver (un peu fort dans les virage il est vrai, mais quand même).

Une usure normale en conduite normale ? Je dirai en moyenne 40 000 km à l'avant et 60 000 km à l'arrière sur les montes non sportives, et 30 000 km à l'avant et 40 à 45 000 km à l'arrière pour une monte sportive. Et je parle de traction bien sûr... Ce serait plus équilibré ou usure plus rapide sur l'arrière pour une propulsion.

MC

Par Anonyme

J'ai une Yaris (2008) depuis 2009 avec maintenant 120000km au compteur. Pour les pneumatiques, je change les montes avant entre 40000 et 50000km. Pour l'arrière, c'est plus autour de 60000.

Sinon, dans le dossier, il y a un oubli sur un autre rappel concernant la vérification des boutons de lève-vitre électrique, mais je ne me souviens plus de l'année.

Sinon, pour être fiable, ben elle l'est. Jamais eu aucun problème

Par

En réponse à manuel cailliot

Une usure normale en conduite normale ? Je dirai en moyenne 40 000 km à l'avant et 60 000 km à l'arrière sur les montes non sportives, et 30 000 km à l'avant et 40 à 45 000 km à l'arrière pour une monte sportive. Et je parle de traction bien sûr... Ce serait plus équilibré ou usure plus rapide sur l'arrière pour une propulsion.

MC

Ouf j'ai eu peur. Donc quand vous dite usure prématuré, on est plus proche des 15000 que des 30000km je suppose?

Par Anonyme

sur ma voiture (qui n'est pas une yaris) les pneus étaient toujours bons a 172000 kilomètres (oui les pneus d'origine) le garagiste les a changés uniquement parce qu'ils avaient 5 ans, mais sans ça ils pouvaient faire encore 50000 bornes (au moins)

donc oui 30000 bornes c'est super prématuré (de mon point de vue)

Par Anonyme

172 000 kms :ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

Par

En réponse à Anonyme

172 000 kms :ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

...et attention, ils pouvaient monter à 222 000 sans forcer. :bien:

Par Anonyme

J'ai un Yaris de 2009 avec le 1.33 VVTI de 100cv.

Sobre et solide, elle a 105000 km et tourne toujours très bien. Elle semble prêt pour le triple.

Par contre côté confort/insonorisation c'est pas terrible. Finition au décimètre mais ça tombe pas en miette au moins.

La boîte manuelle à 6 vitesses accroche sur la première et la marche arrière, le reste ça va. Le moteur est un peu creux, je cale parfois quand je sors d'une voiture à turbo.

Quand la banquette coulissante est reculée au max, il y a autant d'espace aux jambes que sur une compacte, vraiment bien.

Une voiture pratique, pas pour piloter (roulis, moteur mou) ni pour faire des heures d'autoroute (pas de régulateur + bruit à haute vitesse).

Une voiture à garder longtemps, elle coûte pas cher sur la durée.

Par Anonyme

172.000 kms ? c'est des roues en bois ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte