Championne du monde Sport et victorieuse des 24 Heures du Mans 1976, la Porsche 936 a fait preuve d'une impitoyable efficacité. Confrontée à une puissante équipe Renault en 1977, elle souffre, renaît, manque d'expirer à quelques encablures de l'arrivée et finit par triompher...

Ardent promoteur du Championnat du monde ouvert aux voitures de production spéciale ou groupe 5, Porsche créé la surprise en dévoilant son nouveau prototype 936 pendant l'hiver 1976. La firme allemande saisit ainsi l'opportunité de jouer sur les deux tableaux en exploitant toute son expérience acquise sur les moteurs suralimentés. Comme souvent, Porsche "fait du neuf avec du vieux" et la 936 n'échappe pas à cette tradition. Conçue et réalisée en quelques semaines seulement, elle reprend des solutions techniques éprouvées et donc relativement peu coûteuses. Ce spider dont les lignes rappellent celles de la 917 Canam reprend les freins, la transmission, la boîte de vitesses de celle-ci alors que son châssis tubulaire s'en inspire fortement. Côté moteur, la "nouveauté" adopte le six cylindres à plat de 2142 cm3 déjà vu sous le capot de la RSR Turbo de 1974, mais dont la puissance passe de 460 à 520 ch.

Portant les couleurs du Martini Racing, mais entièrement peinte en noir mat (ce qui lui vaut le sobriquet de "Diable noir", la 936 débute en avril 1976 aux 400 km du Nürburgring. Pilotée par Rolf Stommelen, elle a très vite le champ libre après que les deux Renault de Jabouille et Depailler se soient "auto éliminées" dès le premier tour, mais à cause d'un câble d'accélérateur défaillant, elle devra laisser la victoire à la Porsche 908-3 de Reinhold Joest. Désormais revêtue d'une robe blanche, la 936 réapparaît deux semaines plus tard à Monza et, confiée cette fois à Ickx-Mass, elle balaye une nouvelle fois la concurrence. Nettement plus rapides, mais peu endurantes les Alpine Renault, pas plus qu'une nouvelle Alfa Romeo 33-3 ne pourront contrarié le cavalier seul de la Porsche 936 tout au long de la saison. Ickx-Mass, s'imposent encore à Imola, Dijon et Mosport alors que Stommelen-Mass triomphent à Enna et enfin Mass-Barth concluent victorieusement à Salzburg. Avec six succès en sept courses, Porsche enlève le Championnat du monde "Sport" faisant l'éclatante démonstration de sa supériorité logistique et technique. Un exploit qui prend toute sa valeur quand on sait qu'une seule voiture fut régulièrement engagée dans le Championnat, éliminant ainsi tout droit à l'erreur.

Forum :

Lire aussi :