Au début de sa carrière, la 307 fut un peu l'équivalent de la Laguna 2 chez Renault (voir ici) : la bête noire des chefs d'atelier, le cauchemar des mécanos, mais surtout une source de soucis inépuisable pour les nombreux propriétaires qui furent confrontés à des pannes aussi diverses que variées…
Aujourd'hui, la 307 est reléguée au rang "d'ancêtre" par la 308, qui lui succède depuis le mois de septembre. On en ne la trouve donc plus que sur le marché de la seconde main. En un peu plus de 6 ans et 1/2 de carrière, les ingénieurs du Lion ont fort logiquement eu le temps de plancher sur les soucis rencontrés, afin de leur trouver des solutions, et les appliquer en après-vente sur les véhicules touchés. Si c'est le cas pour la grande majorité des dysfonctionnements, il en reste malheureusement encore qui persistent, tandis que d'autres apparaissent avec les kilomètres.
Soyons clairs, la situation est tout de même largement améliorée par rapport à ce qu'ont pu connaître les propriétaires des modèles 2001 à 2003. Mais cela reste étonnant pour une voiture en fin de carrière. Revue de détail des améliorations et des problèmes persistants.
La mécanique :
  • Les moteurs essence : ils n'ont jamais connu de gros soucis. Parfois quelques irrégularités de fonctionnement sur les 1.6 et 2.0 16V, qui ont été résolus par des reprogrammations de boîtiers de gestion moteur. Le collecteur d'échappement des tous premiers 2.0 16V étaient également fragiles, mais tout fut résolu sous garantie. Les cas de joint de culasse défaillants sur le 1.6 16V se raréfient également. Aujourd'hui, RAS sur les moteurs essence.
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
  • Les moteurs diesel : un peu moins fiables, mais ils ont été améliorés au fur et à mesure. Par exemple les 1.4 et 1.6 HDI, qui ont connu dans certains cas des difficultés de démarrage, ont été reprogrammés, soit au cas par cas, soit suite à rappel. Le gros point noir de ces blocs diesel reste le volant moteur. On ne compte plus les cas de volant cassé sur les 2.0 HDI 110 ch. Heureusement Peugeot prend une partie des frais à sa charge, sous condition. Nous pensions que le problème serait résolu avec l'adoption des nouveaux 1.6 HDI, mais malheureusement, il persiste, en un peu moins grave toutefois, puisque les volants cassent rarement mais sont affreusement bruyants au démarrage et à l'arrêt du moteur. Et Peugeot rechigne parfois à prendre en charge la réparation… faisant de plus systématiquement payer l'embrayage.
Les trains roulant
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
La 307 a connu de nombreux avatars en ce domaine. Les premières séries étaient affublées de trains roulants souvent mal réglés ou de jantes mal équilibrées. Le résultat : des vibrations dans le volant vers 120-130 km/h, voire moins. Il fut très difficile de résoudre ces soucis, des rééquilibrages en chaîne n'arrivant pas toujours à solutionner le phénomène. Il fallait parfois procéder à un équilibrage dynamique, roues sur la voiture (nécessite un outillage spécial). Les jantes en 17 pouces étaient les plus touchées. Toujours en 17 pouces, des usures prématurées des pneus (surtout en marque Continental) furent aussi fréquentes. Phénomène d'autant plus troublant que les pneus arrière étaient les plus touchés. Ces usures trop rapides n'ont plus court, mais on retrouve encore ponctuellement des volants qui vibrent, même sur des voitures récentes (2005-2006).
Par contre, les directions et suspensions qui claquent sont un lointain souvenir, la solution a consisté à poser des gaines sur les paliers de barres stabilisatrices avant. Plus de problème aujourd'hui.
L'électronique
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
La bête noire de la 307 à ses débuts. L'architecture multiplexée (plusieurs informations passent par le même fil) retenue par Peugeot n'a pas été totalement maîtrisée, surtout en début de carrière. Cela à conduit a de nombreux dysfonctionnements. Entre autres exemples, citons les défaillances de boîtier BSI (Boîtier de servitude intelligent) qui pouvaient conduire à de multiples et étonnants bugs (clignotants inopérants, soucis de capteur de pluie, aléas de climatisation, allumage de voyants façon "sapin de Noël", vitres électriques "folles", etc…). Aujourd'hui, ils ne subsistent que de façon sporadiques, mais ce fut au prix parfois, de plusieurs reprogrammations, ou de plusieurs remplacements du commodo Com2000 (boîtier électronique au niveau de la colonne de direction, incluant le clignotant), qui gère certaines fonctions d'habitacle.
Finis également les déclenchements intempestifs du correcteur de trajectoire ESP (reprogrammations ou remplacement du boîtier correspondant).
Sur les modèles 1.6 HDI 110 équipés de filtre à particules (FAP), certains propriétaires ont eu à subir la mise en sécurité du moteur (fonctionnement dégradé, vitesse plafonnée) avec allumage du voyant "anomalie antipollution" au tableau de bord. Le boîtier de gestion du FAP est souvent à reprogrammer, mais il faut parfois remplacer tout le système. Cela affecte encore certains véhicules.
La finition
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
  • A l'extérieur : Les mauvais alignements de carrosserie entre ailes et capots des premières séries n'ont pas duré longtemps… Les hayons qui fermaient mal et les essuie-glaces mal réglés non plus. Pour résumer, la 307 ne présente plus de défauts de carrosserie depuis 2003.
  • A l'intérieur : seuls certains bruits parasites continuent à se manifester au fil des kilomètres.

Les assemblages se sont plutôt améliorés, tandis que les soucis de coques en plastique entourant la colonne de direction (et pouvant coincer la clé en position démarrage) ont été solutionnés par un rappel.
En parlant de rappels, la 307 est le modèle Peugeot qui a été le plus rappelé depuis la création de la marque. Plutôt que de vous faire un inventaire à la Prévert, nous avons préféré vous mettre en lien au choix un document Word ou PDF (lisible avec le logiciel gratuit Acrobat Reader) comprenant la liste quasi-exhaustive de tous les rappels. A cliquer en bas de l'article
Bilan
Heureusement, les ingénieurs de chez Peugeot ont réussi, en plus de six ans, a absorbé la plupart des soucis que la 307 a pu connaître. Malgré tout certains font encore de la résistance (bugs électroniques, volant moteur, trains roulant).
Alors question : peut-on aujourd'hui acheter une 307 d'occasion les yeux fermés ? La réponse est non. Il faut rester vigilant par rapport aux points évoqués dans cet article, et privilégier les voitures entretenues exclusivement dans le réseau, et qui ont subi toutes les remises à niveau nécessaires. Par ailleurs, vous serez plus tranquille en vous portant acquéreur d'une version restylée (à partir de juin 2005), globalement moins touchée par les soucis antérieurs récurrents. Bien sûr, et je tiens à le souligner, de nombreuses 307 antérieures roulent sans aucun soucis, et n'en ont d'ailleurs connu aucun durant leur vie.
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
Peugeot 307 : est-elle enfin fiable ?
Cela n'empêche aucunement la vigilance de base à adopter pour tout achat d'occasion.