Depuis cet été en France, la présence d'un éthylotest dans la voiture est obligatoire. Mais cela fait quelques mois que le problème de la fiabilité de ces méthodes de test revient sur la table. Que Choisir a mené l'enquête et le résultat peut surprendre.
Alors fiables ou pas les éthylotests ? Que Choisir a enquêté sur le sujet pour savoir si les récentes rumeurs sur la piètre qualité de ce test étaient fondées. Si l'on distingue aujourd'hui deux types bien distincts d'éthylotests (chimique et électronique), aucun des deux ne semble véritablement fiable si l'on en croit UFC-Que Choisir. Sur les douze modèles essayés par le magazine de défense des consommateurs, six ont obtenu des mauvais résultats (dont un qui a eu de "très mauvais résultats, et qui vous autorise à rouler alors qu'il ne le faudrait pas). Voici ce qu'affirme en détail UFC-Que Choisir : "cinq sont à éviter absolument (trois électroniques, deux chimiques) et un sixième (un chimique) se révèle très mauvais. Concrètement, ils vous indiquent que vous pouvez prendre le volant alors que vous ne devriez pas le faire".
Même si les deux éthylotests (électronique et chimique) sont incriminés, l'UFC-Que Choisir affirme tout de même que l'électronique reste le plus fiable, puisqu'il est bien moins sensible aux conditions extérieures, et à la température notamment. La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a mené son enquête et a déjà supprimé du marché plus de 400 000 exemplaires d'éthylotests douteux. En résumé, si l'on sort du cadre légal, vous pouvez donc fortement douter de l'utilité de votre éthylotest.