Malheureusement, trop souvent, ce n'est pas aussi limpide pour le constructeur. Il va chercher à échapper à ses responsabilités, en vous tenant pour fautif, en mettant en cause votre façon de conduire, ou encore en arguant d'une révision réalisée avec 1 000 km de retard… Pour les services clientèles des constructeurs, tous les arguments sont bons pour vous renvoyer dans les cordes, et laisser les factures à la charge du client. Garantie échue, véhicule trop vieux, entretien réalisé hors réseau, ils sont très forts.
Mais sachez que la Loi et les jurisprudences sont du côté du consommateur. Même en dehors de la période de garantie contractuelle, le véhicule est encore couvert par la garantie légale contre les vices cachés. Cette garantie est illimitée dans le temps et le kilométrage, et couvre les défauts de fabrication, aussi bien que les usures prématurées, qui sont assimilables à des vices cachés (l'exemple de notre turbo). Comme son nom l'indique, elle ne couvre pas les vices "visibles" (n'espérez pas obtenir réparation pour une jante abîmée, un siège déchiré, ou une ventilation qui ne marche pas, autant de défauts qui se détectent facilement lors d'un essai).
Le code civil, articles 1641 et suivants, nous donne la définition de cette garantie légale : "Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l'usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l'acheteur ne l'aurait pas acquise, ou n'en aurait donné qu'un moindre prix, s'il les avait connus."
Par exemple, si vous aviez su que cette superbe 308 écoperait de 1 500 € de facture pour remplacement du volant moteur à 40 000 km et 3 ans, vous ne l'auriez pas acquise… De même, vous n'auriez pas choisi cette rutilante BMW d'occasion, si vous aviez su que la BVA rendrait l'âme 5 000 km plus tard, vous laissant plus léger de 4 500 €.
Mais voilà, vous ne pouviez pas savoir… Et c'est vous, maintenant, qui êtes confronté à ces problèmes anormaux. Sachez que cette garantie vaut pour une auto neuve, comme pour une occasion. Et mieux, le vendeur, particulier ou professionnel, est tenu à cette garantie, même s'il n'avait pas connaissance du vice caché. Évidemment, s'il était au courant, c'est pire, mais nous ne rentrerons pas dans le cas de figure de la tromperie.
Pour vous aider à vous sortir de ce genre de situation, Caradisiac se propose de vous guider pas à pas dans les démarches à effectuer, afin de maximiser vos chances d'obtenir gain de cause.