Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Collection : l’impression 3D adhère à la restauration grâce à Gryp !

Dans Rétro / Autres actu rétro

Collection : l’impression 3D adhère à la restauration grâce à Gryp !

Vous aimez les voitures d’antan, vous êtes un collectionneur dans l’âme et vous êtes engagés dans une lutte perpétuelle contre le temps qui s’écoule et qui, impitoyablement, efface les pièces détachées si utiles à l’éclat de votre belle automobile. Le budget pour l‘entretien gonfle, la restauration tourne à la recherche du Saint Graal… Il faut avoir la foi pour poursuivre dans une telle voie ! Ou connaître la société Gryp. Une enseigne française installée du côté de Bordeaux et qui peut vous sauver la situation grâce à l’impression 3D.

Les perfectionnistes qui ne jurent que par la pièce d’origine ne prendront sans doute pas en grippe la démarche de Gryp qui a décidé de s’ouvrir aux techniques d’impression 3D pour mieux se spécialiser dans la reproduction de pièces détachées sur-mesure. Une aubaine pour obtenir des pièces automobiles rares, voire introuvables, dont certaines ne sont plus produites en usine. Au bilan, grâce aux techniques d’impression 3D on est à présent en mesure de reproduire des pièces automobiles rares, voire introuvables, dont certaines ne sont plus produites en usine.

Une initiative de deux passionnés nommés Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem et que les collectionneurs pourraient peut-être bientôt béatifier. Avant Gryp, le duo a créé Auto Exception & Cie, une entreprise de courtage et de conseil pour l’achat et la vente de voitures de collection. Par ailleurs, Gryp voit large en se donnant pour ambition de contrer les spéculateurs du marché́ des pièces détachées. L’enjeu est de permettre aux collectionneurs de restaurer leurs voitures de collection à̀ un coût abordable et cohérent et de faire perdurer ce magnifique patrimoine que sont les voitures de collection.

Un vaste programme lorsque l’on sait que, pour le moment, seulement 5 % des pièces détachées peuvent aujourd’hui être numérisées et imprimées en 3D. Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem espèrent bien augmenter ce pourcentage. Ils ont d’ailleurs investi dans de nouvelles machines d’impression 3D, notamment en vue de produire des pièces mécaniques…

Mots clés :

Commentaires (61)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Reproduire des pièces type bouton de radio ou manivelle de lève-glace pété, bravo, mais s’attaquer à la reproduction de pièces mécaniques soumises à contraintes thermiques ( partie de leur logo est une bielle ), je ne sais pas si on pourra accorder totale confiance à nos deux compères, ayant plus l’air de demi-puceaux que de gens dotés de l’expérience et de moyens de test nécessaire à cette activité. Enfin, si il y en a qui veulent tenter m’expérience de remplacer quelques pièces majeures ainsi fabriquées sur un moteur d’auto classique et de prendre la route ainsi ... je leur souhaite juste le meilleur.

Par

En réponse à roc et gravillon

Reproduire des pièces type bouton de radio ou manivelle de lève-glace pété, bravo, mais s’attaquer à la reproduction de pièces mécaniques soumises à contraintes thermiques ( partie de leur logo est une bielle ), je ne sais pas si on pourra accorder totale confiance à nos deux compères, ayant plus l’air de demi-puceaux que de gens dotés de l’expérience et de moyens de test nécessaire à cette activité. Enfin, si il y en a qui veulent tenter m’expérience de remplacer quelques pièces majeures ainsi fabriquées sur un moteur d’auto classique et de prendre la route ainsi ... je leur souhaite juste le meilleur.

... et allez, hop, un petit coup de « préjugés » (qui plus est, sur l’apparence), c’est gratuit... donc, puisque ces deux mecs ont l’air de « demi-puceaux », on ne peut donc pas leur faire confiance?!

As-tu connaissance des machines et procédés qu’ils utilisent?! Sais-tu quel est le cheminement de l’une de leurs pièces?!

Es-tu allé visiter leur entreprise, leurs ateliers?!

Si oui, alors, ton commentaire peut être pertinent à la rigueur... sinon...

Bref.

Par

En réponse à roc et gravillon

Reproduire des pièces type bouton de radio ou manivelle de lève-glace pété, bravo, mais s’attaquer à la reproduction de pièces mécaniques soumises à contraintes thermiques ( partie de leur logo est une bielle ), je ne sais pas si on pourra accorder totale confiance à nos deux compères, ayant plus l’air de demi-puceaux que de gens dotés de l’expérience et de moyens de test nécessaire à cette activité. Enfin, si il y en a qui veulent tenter m’expérience de remplacer quelques pièces majeures ainsi fabriquées sur un moteur d’auto classique et de prendre la route ainsi ... je leur souhaite juste le meilleur.

Désolé Roc mais t'es vraiment qu'un vieux c.. Ok pour le fait de devoir attendre quelques certitudes sur les procédés de fabrication de pièces mécaniques avant de les utiliser mais pourquoi cette remarque sur le physique ?

Sinon, pour en revenir à l'article, ayant une voiture ancienne, je serais vraiment intéressé de pouvoir retrouver certaines pièces à moindre coût. Par exemple fournir une pièce d'origine cassée, fatiguée, etc. et l'envoyer à la photocopieuse chez Gryp :bien:

Par

En réponse à roc et gravillon

Reproduire des pièces type bouton de radio ou manivelle de lève-glace pété, bravo, mais s’attaquer à la reproduction de pièces mécaniques soumises à contraintes thermiques ( partie de leur logo est une bielle ), je ne sais pas si on pourra accorder totale confiance à nos deux compères, ayant plus l’air de demi-puceaux que de gens dotés de l’expérience et de moyens de test nécessaire à cette activité. Enfin, si il y en a qui veulent tenter m’expérience de remplacer quelques pièces majeures ainsi fabriquées sur un moteur d’auto classique et de prendre la route ainsi ... je leur souhaite juste le meilleur.

Vu leur tête tu peux leur faire confiance et ta moitié ira vérifier tes affirmations, mais t'étonnes pas si mémé ressort avec une canne tout en n'ayant plus jamais besoin de dragées fuka :oui:

Bien évidemment que c'est pas fait l'impression 3D pour reproduire des pièges forgées (fibres dans le métal) mais toute pièce mécanique n'est pas forgée et nombre qui proviennent d'usinage ou de moulage peuvent être faits en impression 3D métallique :wink:

Par

En réponse à roc et gravillon

Reproduire des pièces type bouton de radio ou manivelle de lève-glace pété, bravo, mais s’attaquer à la reproduction de pièces mécaniques soumises à contraintes thermiques ( partie de leur logo est une bielle ), je ne sais pas si on pourra accorder totale confiance à nos deux compères, ayant plus l’air de demi-puceaux que de gens dotés de l’expérience et de moyens de test nécessaire à cette activité. Enfin, si il y en a qui veulent tenter m’expérience de remplacer quelques pièces majeures ainsi fabriquées sur un moteur d’auto classique et de prendre la route ainsi ... je leur souhaite juste le meilleur.

Ceci dit, certains n'hésitent pas à fabriquer des armes en impression 3D, visiblement sans avoir peur que ça leur pète dans la main...

J'avoue que je me suis toujours posé la question de la cohésion (au niveau moléculaire, atomique ou que sais-je encore) d'un matériau fabriqué par addition de couches successives.

Ce serait intéressant de savoir si des laboratoires d'analyse des matériaux se sont penchés sur la question.

Mais il n'y a pas à en douter, l'impression 3D n'en est qu'à ses balbutiements et lorsque les imprimantes 3D commenceront à se démocratiser, ce seront de véritables chaînes de production miniatures que chacun pourra avoir chez soi.

Du moins pour le plastique et le métal...

J'attends encore de voir l'imprimante 3D qui imprime un objet en vrai bois :smile:

Du coup, les menuisiers-ébénistes, si leur savoir-faire n'est pas reproductible selon cette technique, selon peut-être les seuls qui continueront à pouvoir vivre décemment de leur métier. Mieux que les soudeurs en tous cas.

Par

délit de faciès inside

Par

Mouais, après un passage par leur site, je vois plus un coup de pub qu'une réelle nouveauté. Ils mettent en avant une famille de technologies qui ne produit quasiment que des pièces en plastiques et qui n 'est pas la plus pertinente pour la qualité de finition, mais c'est la plus répandue et la plus abordable. Les pièces montrées sur le site ne représentent pas grand chose de pièces automobiles, ils débutent, certes mais le vase vrillé c'est du déjà vu dans de nombreux sites de makers, accrocs du diy

. La fabrication additive est déjà utilisée pour reproduire des pièces mécaniques introuvables ou abîmées, y compris des pièces sollicitées (métallique notamment) mais avec des procédés bien plus chers. Parler de coût abordable c'est soit vivre à la City au milieu de traiders avec une échelle de valeur décalée soit ne rien connaitre au sujet. Pour faire de la rétro-conception, il faut quelques moyens et compétences, tout cela a un coût. Scanner, modéliser proprement une pièce demande demande du temps, et selon les matériaux un parc machine conséquent. Des constructeurs automobiles ou d'électroménager mettent en place des ateliers dédiés, Mercedes a fait des annonces cette année dans le poids lourd mais l'automobile est aussi concernée. Les moyens sont sans commune mesure mais les pièces proposées seront certifiées...

Pour en revenir à nos compères, la démarche est séduisante du point de vue marketing, coté technique, étant donnés les moyens sur lesquels ils communiquent, je suis plus réservé... Quelques déceptions en vue pour les clients. L'impression 3D n'est pas la cour de miracles, beaucoup trop de promesses pour faire venir des investisseurs mais la réalité des possibilités actuelles vous rattrape vite et c'est la désillusion.

Par

En réponse à BeKkeLLTHESKULL

... et allez, hop, un petit coup de « préjugés » (qui plus est, sur l’apparence), c’est gratuit... donc, puisque ces deux mecs ont l’air de « demi-puceaux », on ne peut donc pas leur faire confiance?!

As-tu connaissance des machines et procédés qu’ils utilisent?! Sais-tu quel est le cheminement de l’une de leurs pièces?!

Es-tu allé visiter leur entreprise, leurs ateliers?!

Si oui, alors, ton commentaire peut être pertinent à la rigueur... sinon...

Bref.

Eh bien vas y donc le Crâne, commande leur donc un piston ou un jeu de soupape pour ta Punto au kilométrage étonnant : si ça pète, t’auras pas perdu grand chose. Et ça servira de témoin-éprouvette. Comme souvent ici, on a affaire à de doux rêveurs ... pourquoi donc des boîtes renommées et spécialisées dans un domaine précis iraient claquer des parts considérables de leur c.a en r&d et en contrôle qualité quand deux néo-barbus post-pubères pourraient assurer les mêmes services ? Une fois encore, la reproduction de pièces sans contraintes sérieuses pour caisses anciennes devenues difficilement trouvables se comptent par centaines et leur procédé est très adapté pour ça. Qu’ils laissent juste le reste aux boites aux compétences prouvées dans leur domaine. Maintenant, si le proprio de la 911 du cliché souhaite leur confier la refabrication du vilebrequin parce que se sera moins coûteux que chez Porsche Classic, grand bien lui fasse. Sans doute un futur geignard à forum en devenir ...:biggrin:

Par

En réponse à roc et gravillon

Eh bien vas y donc le Crâne, commande leur donc un piston ou un jeu de soupape pour ta Punto au kilométrage étonnant : si ça pète, t’auras pas perdu grand chose. Et ça servira de témoin-éprouvette. Comme souvent ici, on a affaire à de doux rêveurs ... pourquoi donc des boîtes renommées et spécialisées dans un domaine précis iraient claquer des parts considérables de leur c.a en r&d et en contrôle qualité quand deux néo-barbus post-pubères pourraient assurer les mêmes services ? Une fois encore, la reproduction de pièces sans contraintes sérieuses pour caisses anciennes devenues difficilement trouvables se comptent par centaines et leur procédé est très adapté pour ça. Qu’ils laissent juste le reste aux boites aux compétences prouvées dans leur domaine. Maintenant, si le proprio de la 911 du cliché souhaite leur confier la refabrication du vilebrequin parce que se sera moins coûteux que chez Porsche Classic, grand bien lui fasse. Sans doute un futur geignard à forum en devenir ...:biggrin:

« demi-puceaux » "néo-barbus post-pubères" : c'est n'importe quoi mais j'adore.

Par

Ceci étant posé Le Crâne, je profite de ce sujet pour rendre hommage à tes commentaires toujours impeccablement rédigés, exempts de fautes et aérés. :bien:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire