Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Fin de l'aventure pour PGO ?

Dans Economie / Politique / Autre actu économie / politique

, mis à jour

Fin de l'aventure pour PGO ?

La vie d'un artisan automobile n'est pas facile, surtout en ces temps modernes où équipements technologiques et grammes de CO2 comptent. La petite marque PGO, originaire d'Alès, en subit pleinement les dures conséquences.

Mise à jour : après consultation des différentes publications liées à l'assemblée générale du mois de septembre, il apparaît que la société a subi quelques modifications (démissions) et que le plan de continuation avait été effectivement prolongé par le tribunal de Nîmes jusqu'au 30 septembre. 

"L’exercice 2016 a été marqué principalement par la diminution substantielle de l’engagement de l’actionnaire majoritaire dans le développement de la société, manifesté par: 

  • La diminution significative de ses apports en compte courant (448K€ vs 4.575K€ au cours de l’exercice 2015).
  • Le non-respect d’une commande importante de véhicule, donnant lieu à l’émission d’une lettre de garantie qui a conduit la société, bénéficiaire de la lettre de garantie, à exercer celle-ci.

Ces éléments ont contrarié tant le développement de la société que sa bonne marche courante, et l’ont conduite, ne pouvant prendre de nouvelles commandes, tant par la réservation de stock (3 M€ de stock bloqué) et faute de fonds pour la mise en production, à : 

  •  Mettre en place des mesures de chômage partiel, lesquelles se sont poursuivies sur l’exercice 2017
  • Retarder à exercer le compromis de vente avantageux qui lui aurait permis d’acquérir les locaux qu’elle loue actuellement et où est domiciliée son unité de plasturgie à Saint Martin de Valgargues Ferme le show-room de Neuilly, conduisant au licenciement économique de 4 personnes
  • Mettre fin au bail du show-room de Lyon".

Il faut également savoir que PGO n'a vendu que quatre autos sur les neuf premiers mois. Une levée de fond a été opérée pour assainir les finances, mais c'est désormais un peu le flou pour PGO. Nous en saurons probablement plus dans les certains mois...

 

PGO est une longue histoire française qui a pris fin. Le petit artisan originaire du Gard était en effet en période de liquidation judiciaire depuis le mois d'avril dernier, mais la date butoir du 30 septembre est passée et aucun repreneur ne s'est manifesté pour PGO, qui avait débuté son aventure commerciale au milieu des années 80.

Spécialiste de la fabrication d'automobiles rappelant les premières Porsche 356, PGO était un sympathique constructeur français indépendant comme l'on en voit trop peu, et comme il en existe beaucoup au Royaume-Uni.

Fondé par deux frères, PGO s'était tourné vers divers partenaires pour les motorisations, les derniers modèles ayant eu droit aux quatre cylindres essence suralimenté BMW.

La dernière fois que nous avions pris le volant d'une PGO, c'était en compagnie de Patrick Garcia à bord d'une Cévennes, une des productions de la marque. Le Mondial de Paris 2014 était le dernier salon dans lequel nous pouvions profiter du stand du constructeur.

Mots clés :

Pgo

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (77)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Porsche 356 et pas 956 !!!! Pfff:blague:

Par

erreur :wink:

"les derniers modèles ayant eu droit aux quatre cylindres essence suralimenté BMW, qui étaient également utilisés par PSA" :beuh: ben non :nanana:

c'étaient des blocs pour Mini :wink: donc pas les blocs pour PSA qui eux sont nettement meilleurs :roi:

a la suite de ça (l'adoption de ces blocs pour faire plus genre quoi) il y a eu une augmentation des prix qui a emmené PGO vers la catastrophe actuelle, s'ils avaient été plus malin un Puretech 1.2 130 cv moins cher et très vivant les auraient peut être sortit d'affaire :wink:

Par

"Spécialiste de la fabrication d'automobiles rappelant les premières Porsche 956" : la Porsche 956 des 24 du Mans?

Relisez-vous!

Par

En réponse à zemik

erreur :wink:

"les derniers modèles ayant eu droit aux quatre cylindres essence suralimenté BMW, qui étaient également utilisés par PSA" :beuh: ben non :nanana:

c'étaient des blocs pour Mini :wink: donc pas les blocs pour PSA qui eux sont nettement meilleurs :roi:

a la suite de ça (l'adoption de ces blocs pour faire plus genre quoi) il y a eu une augmentation des prix qui a emmené PGO vers la catastrophe actuelle, s'ils avaient été plus malin un Puretech 1.2 130 cv moins cher et très vivant les auraient peut être sortit d'affaire :wink:

Quand on achete ce genre de voiture, je pense qu'on préfère un autre moteur qu'un 1.2 Peugeot

Par

Une société française....avec 51% de capital from Koweït...

Et ce n'est sans doute pas les motorisations qui auront été le souci majeur de cette boite, mais en effet les tarifs proposé, bien peu en phase avec la qualité du produit.

Et cette esthétique pour le moins discutable des dernières productions...Hemera pour tête de pont.

Merci pour ce sympathique clin d'œil au toujours regretté Patrick Garcia... :ohill:

Par

C'est dommage pour ce constructeur.

Au moins il proposait une alternative (excessivement cher) aux voitures de monsieur tout le monde.

Je me rappelle de leurs répliques de 356 sur base de cox 1300. Je regrette un peu de ne pas avoir passé le cap.

Par

C'est dommage, c'etait pourtant de jolies voitures qui devaient etre plaisante à conduire et en plus l'un des rares artisans made in France. C'est du cote publicite et mise en avant que les fonds n'ont pas pu suivre car la marque etait assez meconnue du grand public.

Et il me semble que les moteurs etaient dans un premier temps des THP (Bmw/Psa) mais lors du renouvellement apparemment Psa n'a pas voulu poursuivre du coup ils se sont tournés vers le 4 cylindres BMW de la Mini Cooper S il me semble.

Par

En réponse à Ben-92r

Quand on achete ce genre de voiture, je pense qu'on préfère un autre moteur qu'un 1.2 Peugeot

Il en aurait fallu 2, à plat, alors.

Un 6 cylindres bi-turbo de 2.4 l PSA... :voyons:

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Il en aurait fallu 2, à plat, alors.

Un 6 cylindres bi-turbo de 2.4 l PSA... :voyons:

2 moteurs? :voyons:

Par

En réponse à Ben-92r

Quand on achete ce genre de voiture, je pense qu'on préfère un autre moteur qu'un 1.2 Peugeot

voila un qui se la raconte avec des phrases qui de voudraient genre "on pense a autre chose que Peugeot quand on a ce genre de caisse" :biggrin:

Sauf que ils ont eu des moteurs Peugeot (c'était même commandable et réparable dans le réseau Peugeot" et a l'époque cela se vendait bien et PGO ne marchait pas trop mal :good:

Depuis ils ont des moteurs BMW et je suppose que le 1.6 BMW lui tout le monde en rêve :wink: mais voila moins de ventes :areuh: et depuis PGO chute inexorablement :bah:

alors qu'en penser ? :buzz:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire