Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La question qui tue - Sécurité routière : et si on se fonçait tous dessus ?

Dans Pratique / Sécurité

La question qui tue - Sécurité routière : et si on se fonçait tous dessus ?

Le bilan 2016 de la mortalité routière ne s'annonce pas bon, après des années 2014 et 2015 déjà dans le rouge. À n’en pas douter, nos représentants politiques devraient dire que les Français se sont relâchés sur la route… oubliant qu'au contraire l'immense majorité des conducteurs pratiquent une auto-régulation salutaire.

Les fêtes de fin d'année approchent, et avec elles leurs inévitables repas de famille. Pour lancer la conversation le 25 décembre à votre arrivée, votre hôte vous demandera peut-être si « vous avez bien roulé ». Certains répondront oui, un œil sur la cuisine pour voir ce qu'il y a au menu, d'autres diront que Noël a failli tourner court car ils ont croisé sur la route un « nom d'oiseau » qui aurait pu provoquer un accident. En as du pilotage qu'ils sont, ils ont eu le réflexe de l'éviter. On notera d'ailleurs que l'on a souvent tendance à raconter avec passion à l'heure de l'apéro les erreurs de conduite des autres… mais jamais les siennes !

Heureusement, le bon sens prime au volant avec des réactions instinctives du cerveau pour éviter un accrochage (freiner, donner un coup de volant ou juste klaxonner) sinon ce serait une petite catastrophe sur le macadam. Imaginez un instant : si nous ne corrigions pas les erreurs des autres, quel serait le bilan des accidents ? Les effets de cette hypothétique expérimentation se feraient sentir dès le premier jour. Si au lieu de freiner devant cette voiture qui vous a forcé le passage au giratoire, vous poursuivez sur votre lancée en vous disant « après tout, il est en tort, son assurance assumera » ? L'idée est évidemment saugrenue car personne n'aura l'envie de foncer volontairement dans la carrosserie d'un automobiliste même s'il est fautif et que l'on sera remboursé des dégâts occasionnés.

Cela nous est tous arrivé d'éviter un accrochage suite à une faute d'un autre conducteur. On peste derrière son volant… mais on ne doit pas oublier que quelques kilomètres plus loin, les rôles seront inversés. L'idée n'est pas d'être manichéen avec les bons et mauvais, car nous ne sommes pas des robots et pouvons tous avoir une faiblesse. Néanmoins, il est difficile de l'évoquer sans verser dans la constatation « café du commerce », mais il est évident qu'il y a des conducteurs prudents qui évitent plus les erreurs des autres qu'ils n'en créent eux-mêmes. Mais tous ces bons élèves sont les grands oubliés de la Sécurité Routière.

Pourquoi ne jamais souligner un bon résultat ?

Chaque mois, cette dernière publie les statistiques des morts et blessés sur le réseau français. Et lorsque le bilan est dans le rouge, un mot revient dans la bouche de nos politiques ou du représentant d'une association : « relâchement ». Les automobilistes seraient moins vigilants, moins respectueux des règles. En revanche, quand les résultats sont encourageants, aucun mot positif ne vient les ponctuer pour féliciter ces mêmes mauvais conducteurs relâchés qui auraient donc fait des efforts pour réduire l'accidentalité.

Nos dirigeants répondront sûrement qu'il serait déplacé de commenter favorablement ce genre de statistiques, qui restent un bilan chiffré de drames de la route. Et puis ce serait peut-être favoriser une nouvelle baisse de la vigilance. Mais cela ne ferait pas de mal aux oreilles des plus attentifs d'avoir un peu de considération. Car le meilleur dispositif de sécurité routière n'est pas le radar ou l'éthylotest mais tout simplement l'humain et ses bons réflexes, ceux qui évitent chaque année des milliers d'accrochages.

Certes, il s'agirait dans la grande majorité des cas de tôle froissée, mais à n'en pas douter, des dizaines de vies sont chaque année épargnées par ce que l'on pourrait nommer « l'auto-régulation » de la route. Combien de fois avez-vous écrasé les freins parce qu'une personne a grillé un stop devant vous ? Et combien de fois étiez-vous le fautif dans ce genre de situation ? On entend parfois dire que la première source de danger au volant s'avère être le reste des usagers. Mais la première source de sécurité est… le reste des usagers.

Mots clés :

Commentaires (7)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Long verbiage que l'on pourrait résumer en soulignant l'évidence suivante : au volant comme ailleurs prime l'instinct de survie.......

Par

le français s'est adapté au radars automatique...

avec les bonnes applis....

et le gvt a enlevé les flics des routes...

pour les mettre en ville garder mosquée;églises synagogue.... stade de foot etc....

donc logiquement la mortalité remonte...

moins de peur du gendarme...

yen a plus sur les routes!!!

Par

C'est quand même un peu normal de ne pas faire ça:

https://www.youtube.com/watch?v=rgXr8nnM_tY

.

Par

excusez moi , vous roulez ou ?

car personnellement , je vois de plus en plus de voitures borgnes ou sans éclairage.

La priorité a droite , est une vue de l'esprit.

dans les intersections , les gens qui foncent pour bloquer le passage ou ceux qui avancent car il faut avancer tant pis si on bloque la route perpendiculaire ...

etc etc ...

Par

Très bien vu cet article

Il faut avoir habité dans certains pays du tiers monde où 50% des gens roulent sans assurance et sont insolvables pour rester modeste

Par

Malheureusement Les Français frontaliers ne savent pas rouler ou du moins ne respectent pas grand chose, comme la vitesse en agglomération, les lignes continues, et les distances de sécurités ! J'en croise tous les jours et le constat est accablant, sans compter l'état général des voitures, une sur 2 à un phare qui ne fonctionne pas, fume bleu ou pire sens la friture! Et cela même sur des voitures ressentes, alors j'ose espérer que se n'est pas la même chose sur tout le territoire français :bien:

Par

En réponse à FastBoy22

Malheureusement Les Français frontaliers ne savent pas rouler ou du moins ne respectent pas grand chose, comme la vitesse en agglomération, les lignes continues, et les distances de sécurités ! J'en croise tous les jours et le constat est accablant, sans compter l'état général des voitures, une sur 2 à un phare qui ne fonctionne pas, fume bleu ou pire sens la friture! Et cela même sur des voitures ressentes, alors j'ose espérer que se n'est pas la même chose sur tout le territoire français :bien:

Retourne donc à l'école pour apprendre le français, orthographe et grammaire. Tu viendras après nous donner des lecons, qu'en penses tu ?

Il sent

récente

Ce n'est la même.

Et si finalement, la France et les français t'incommodent tant, pourquoi y viens tu ? Ton pays, la Belgique est tellement formidable, tu peux y rester.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire