Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Le "Brexit" inquiète l'industrie automobile

Dans Economie / Politique / Marché

A l'heure de la mondialisation, des échanges libres (ou presque), de la circulation totale des produits et du marché ouvert, une sortie d'Europe d'un pays comme le Royaume-Uni pourrait faire mal. En particulier aux constructeurs automobiles qui ont des intérêts tout particuliers dans ce marché si atypique. BMW, entre autres, rappelle à quel point l'appartenance du Royaume-Uni à l'Europe est importante.

Le "Brexit" inquiète l'industrie automobile

L'un des référendums les plus importants de ces dernières années en Europe aura lieu le 23 juin prochain, outre-Manche. Les habitants du Royaume-Uni devront en effet se prononcer sur la sortie ou non de leur pays de l'Europe. Autant dire que c'est un sujet épineux d'autant plus que les tout récents sondages montrent que le "oui" pourrait l'emporter avec une toute petite longueur d'avance.

 

Une sortie du Royaume-Uni serait une mauvaise nouvelle pour certains constructeurs 

Des marques comme BMW, ou Nissan, ont d'importants actifs au Royaume-Uni, que ce soit par vente directe ou avec des usines. Rappelons en effet que Nissan possède un site à Sunderland et que BMW est propriétaire de Rolls-Royce et de Mini. Ian Robertson, membre du comité directeur de BMW et anglais d'origine, explique son inquiétude : "le Royaume-Uni est une économie prospère, mais si vous l'imaginez sans le flux de main d'oeuvre de l'Europe, je pense fermement que l'économie britannique ne serait pas aussi forte qu'elle ne l'est".

BMW rappelle en effet qu'une partie de l'attractivité du Royaume-Uni réside dans la facilité d'importation et d'exportation, qui serait très fortement réduite en cas de sortie de l'Europe. Le Royaume-Uni resterait un marché friand d'autos premium, mais la claque serait tout de même assez forte pour des constructeurs comme BMW.

Sans se limiter au cas BMW, le Royaume-Uni est aujourd'hui principalement constitué d'actifs automobiles...étrangers. Autant dire que les constructeurs britanniques qui oeuvrent à domicile sont très rares, et souvent très exclusifs (Aston Martin, Rolls-Royce, Bentley), d'autant plus qu'ils sont la propriété de maison mères européennes. 

"Si vous regardez les investissements dans le secteur automobile du Royaume-Uni, qu'ils viennent d'Allemagne, des Etats-Unis, du Japon ou plus récemment d'Inde, tous ont été attirés par le fait que le Royaume appartient à l'Europe", a commenté Ian Roberston. Nous pensons notamment au cas Jaguar Land Rover, qui appartient à l'indien Tata.

 

Enlever cette caractéristique serait donc comme une balle dans le pied pour l'industrie automobile britannique...

 

Mots clés :

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (26)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

L'industrie automobile anglaise serait encore plus à la rue qu'elle ne l'est déjà :bah:

Par

:roi: Ah bon les Anglais sont européens ? :ange:

Si leur départ nous coûte moins moi je vote pour le Brexit !

Par

C'est là que l'on voit pour les intérêts de qui l'Europe, et surtout la monnaie unique, ont été réalisés.

Une monnaie unique, ça fait faire de belles économies aux multinationales. Des salaires uniformisés, non. Des taux d'impôt uniformisés, non. Des prix de vente uniformisés, non. Donc on n'est pas près de voir avancer quelque chose dans ces domaines.

Par

Ca ne changera rien pour ces grandes marques et leurs usines anglaises. La Suisse n'est pas dans l'UE et pourtant elle n'a aucune peine à importer des travailleurs étrangers qualifiés pour ses industries de pointe. Idem pour les US, et il en ira de même avec le UK si le Brexit l'emporte.

Par

Tu m'étonnes. Les constructeurs ne pourront plus refourguer en Europe des voitures fabriquées par l'immigré indien ou pakistanais exploité et payé à l'arbalète avec un contrat 0 heures.

Par

ah les constructeurs ont vidé la france des usines et maintenant ils pleurent sur le UK.

ahahah drole.

Si BMW avait produit en france il ne se mangerait pas les doigts. pareil pour nissan.

on voit que ceux sont les grosses entreprises qui sont contre le brexit et on peur, pas les employés. drole

Par

Qu'ils se cassent! Et qu'ils se demerdent par le suite...

Par

En réponse à Bonfim

Ca ne changera rien pour ces grandes marques et leurs usines anglaises. La Suisse n'est pas dans l'UE et pourtant elle n'a aucune peine à importer des travailleurs étrangers qualifiés pour ses industries de pointe. Idem pour les US, et il en ira de même avec le UK si le Brexit l'emporte.

+1

mais il est bien de faire peur aux gens...

tout comme une sortie de l'Euro par la France, pour laquelle on nous annonce pas moins qu'un cataclysme.

ça me rappelle le coup de la baisse de la note française par les agences de notation: on nous annonçait le pire avec à la clé des taux d'emprunts en augmentation, alors qu'en vérité c'est l'inverse qui s'est produit.

malheureusement, le bourrage de crâne reste efficace pour beaucoup...

Par

En réponse à Key

Qu'ils se cassent! Et qu'ils se demerdent par le suite...

heu.. c'est surtout nous qui devrons nous démerder.

car les subventions de la Grande Bretagne - pays riche -, il va falloir également les compenser.

Par

Les employes ne voient probablement pas plus loin que le bout de leur nez. Ils ne voient que le bazar genere par la Grece et se disent qu'ils n'ont pas envie de payer pour la Grece sans voir tous les avantages de l'acces facile au marche interieur europeen.

De Gaulle ne voulait pas du Royaume Uni dans la CEE, il avait probablement raison sur ce point.

La tendance européenne (et américaine) est au repli sur soit, au barricadement, au populisme nationaliste.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire