Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Le jackpot des radars : 2016, une année record !

Dans Pratique / Radars

, mis à jour

Le jackpot des radars : 2016, une année record !

Avec 920,3 millions d'euros engrangés en 2016, jamais les radars n'avaient autant rapporté à l'État. Ils représentent ainsi pour la première fois la plus grosse part des amendes routières, dont les recettes se sont élevées à plus d'1,8 milliard d'euros l'an dernier, révèle un rapport de la Cour des Comptes, que Caradisiac a scruté. Voici l'essentiel à retenir.

Pour la première fois, ce sont les PV issus des radars automatiques (radars vitesse, feux rouges, passages à niveau) qui rapportent le plus à l'État parmi toutes les amendes dressées l'an dernier. Le pactole récolté en 2016, grâce au seul contrôle automatisé, a bondi à 920,3 millions d'euros (+16,64 %), révèle la Cour des Comptes dans son rapport annuel sur le budget de l'État. Et, au total, les amendes routières ont ainsi généré plus de 1,8 milliard d'euros de recettes, comme évoqué par Le Parisien samedi.

L'évolution des amendes routières depuis 2004

Recettes en M€ 2004 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Évolution 2016/2015 2017**
Recettes totales 919,4 1 479,30 1 515,60 1 623,90 1 597,50 1 562,80 1 607,70 1 817,9 210,2 13,07 % 1 848,40
Radars automatiques   582,1 641,8 730,7 708,3 740,1 789 920,3 131,3 16,64 % 991
 - Amendes forfaitaires   468,4 539 619,9 579,3 611,7 642,2 760,5 118,3 18,42 % 844
 - Amendes forfaitaires majorées*   113,7 102,8 110,8 129 128,4 146,8 159,8 13 8,86 % 147
Hors radars automatiques   897,2 873,8 893,2 889,2 822,7 818,7 897,6 78,9 9,64 % 857,4
 - Amendes forfaitaires   526 523,3 588,6 568,3 527,8 534,9 597,5 62,6 11,70 % 574
 - Amendes forfaitaires majorées*   371,2 350,5 304,6 320,9 294,9 283,8 300,1 16,3 5,74 % 283,40

Source : selon les données de la direction du Budget

* amendes payées hors délais ** selon les prévisions en loi de Finances

Que les amendes routières aient tendance à rapporter toujours plus gros à l'État, en particulier les amendes-radars, cela n'est pas vraiment nouveau. À part en 2013 où les automates ont paru légèrement grippés en raison de la chute brutale de leur disponibilité à la suite d'un changement de prestataire pour effectuer leur maintenance, en plus des assauts répétés des bonnets rouges, qui pour protester contre l'Écotaxe avaient détruit cette même année 220 d'entre eux, leur dynamisme n'a guère faibli depuis leur apparition en 2003. Le système automatisé se porte d'ailleurs tellement bien que, comme évoqué plus haut, la manne qu'il génère dépasse désormais allègrement celle générée par les amendes de stationnement, et ce, même en y ajoutant tout le reste des contraventions dressées en dehors de ce système des radars automatiques (cf. notre tableau ci-dessus).

Les 5 informations à déduire et/ou à retenir de ce nouveau rapport de la Cour des Comptes :

1 – "Plus de la moitié des recettes (…) ne financent pas directement la politique de sécurité routière", ce qui est tout à fait contraire à la loi.

Ce n'est pas nouveau, mais c'est encore plus criant que les années précédentes…

Théoriquement, ces recettes particulières doivent être en effet, "par nature, en relation directe avec les dépenses concernées". Or, une part de plus en plus importante des amendes sert des "programmes dont les dépenses ne sont pas ou peu évaluées (…), pas traçables (…) ou qui n’ont rien à voir avec la sécurité routière", note la Cour des Comptes. En ligne de mire, il y a alors :

- Les 485,6 millions d'euros reversés au budget de l’État, soit environ un tiers des recettes des amendes, en vue principalement de son désendettement,

- Les 351,5 millions d'euros versés à l'agence de financement des infrastructures de transport de France (l'Afitf), laquelle représente pour la Cour des Comptes "un opérateur 'sans feuille de route ni marge de manœuvre' et [qui] constitue 'un instrument de débudgétisation massive' permettant de 'contourner les règles de droit budgétaire'. En 2017, il est même prévu que la ponction soit encore plus douloureuse puisqu'elle devrait s'élever à 425 millions d'euros, ce qui correspond à 23 % du produit des amendes.

- Et à cela s'ajoutent même les 692,7 millions d'euros réservés aux collectivités territoriales, et officiellement utilisés pour financer des opérations en matière de transports en commun, de sécurité et de circulation routière. Seulement voilà, il n'existe aucun document budgétaire, aucune traçabilité de l'utilisation réelle de ces fonds. En clair, on ne sait pas ce que les collectivités font réellement avec tout cet argent.

C'est "contestable tant au regard du droit que de la performance du dispositif dont la finalité est la baisse de la mortalité et de l’accidentalité routières", insiste la Cour.

2 – Ce n'est pas parce que les radars ont enregistré davantage d'infractions en 2016 que, nécessairement, les usagers se sont plus mal conduits !

Le ministère de l'Intérieur refuse catégoriquement depuis plusieurs mois de communiquer les statistiques des radars - chiffres pourtant communicables à toute personne qui en fait la demande. Du coup, impossible pour nous d'analyser en profondeur ces statistiques pour 2016. Mais il n'en demeure pas moins une constante depuis l'installation des automates en 2003 : le nombre d'infractions relevées par jour et par appareil a inexorablement tendance à décliner d'année en année.

S'il y a toujours au global, plus d'infractions enregistrées, et surtout plus de PV, c'est parce que :

1. Le parc de radars, à part en 2014 et 2015, n'a jamais cessé de grossir. D'ailleurs fin 2016, il comprenait 4 398 unités contre quelque 4 200 fin 2015. Il était même prévu qu'il y en ait plus encore, de l'ordre de 4 450. Du coup forcément, en données brutes, ça augmente !

2. Le nombre de messages d'infraction transformés en véritables avis de contravention ne cesse lui aussi de s'améliorer d'année en année. En clair, le système devient de plus en plus efficace. Chaque année, il y a un peu moins de déchets et de photos qui partent à la poubelle.

3 – 22,35 millions de flashs et environ 15 millions de PV, c'est sans doute ce qu'ont dû générer les radars automatiques l'an dernier.

Apparemment, la Cour des Comptes, elle, a bien eu accès aux statistiques radars. Dans son rapport, la Cour justifie alors la progression des recettes en 2016 comme étant "la conséquence de la forte augmentation du nombre d’infractions constatées, qui progressent de 10,4 % en 2016". En partant des chiffres que Beauvau avait accepté de nous transmettre avec peine pour 2015, cela nous permet ainsi d'estimer le nombre de flashs à 22,35 millions l'an dernier.

Maintenant, cette progression, certes soutenue, n'explique qu'en partie le regain du chiffre d'affaires. Celui-ci est forcément et surtout dû aussi à la meilleure transformation des photos prises par les radars – leurs flashs - en de véritables PV, comme évoqué plus haut. Et en pourcentage, on peut imaginer que le nombre de contraventions réellement dressées par le système automatisé a dû grimper à peu près autant que les recettes, et ainsi tourner autour de 15 millions de PV en 2016.

4 - En 2016, l'État a récupéré beaucoup plus d'argent que prévu !

Fait exceptionnel, l'État a sous-estimé les recettes ! Initialement, il tablait sur 1,68 milliard d'euros d'amendes routières (toutes confondues), soit plus que l'année passée, comme toujours, mais là, il a gagné encore plus que prévu, alors qu'habituellement, il a plutôt tendance à les surestimer. En l'occurrence, il a donc encaissé un total de 1,818 milliard d'euros, soit quelque 137 millions d'euros de plus que les prévisions, et c'est en grosse partie grâce au dynamisme des radars (cf. notre tableau ci-dessous).

Les recettes des radars en prévision et exécution

 Recettes 2015 2016 2017*
En million d'€ Ce qui était attendu Ce qui a été obtenu différence  en million d'€ et % Ce qui était attendu Ce qui a été obtenu différence  en million d'€ et % Ce qui est attendu
Recettes des amendes routières 1 671,20 1 607,70 -63,50 -3,80 % 1 680,8 1 817,90 137,10 8,16 % 1 848,40
Amendes forfaitaires des radars 658,10 642,00 -16,10 -2,45 % 672,30 760,50 88,20 13,12 % 844,00
Amendes forfaitaires majorées des radars 125,00 147,00 22,00 17,60 % 135,00 159,80 24,80 18,37 % 147,00
Total radars 783,10 789,00 5,90 0,75 % 807,30 920,30 113,00 14,00 % 991,00
Tout le reste des amendes 888,10 818,70 -69,40 -7,81 % 873,50 897,60 24,10 2,76 % 857,40

Source : selon les données de la direction du Budget

* selon les prévisions en loi de Finances

5 – Pour expliquer la hausse des infractions constatées en 2016, la Cour des comptes avance plusieurs pistes, dont certaines ne semblent pourtant pas justifiées…

En plus de la meilleure efficacité du système automatisé, et notamment d'un meilleur taux de transformation des flashs des radars en PV, la Cour, pour expliquer cette hausse des recettes, met en avant également :

- le meilleur rendement de certains appareils. Selon elle, les radars feux rouges et les radars chantiers "engendrent a priori plus de recettes" ;

- "la progression du taux de paiement spontané des contraventions par les contrevenants étrangers", évaluée pour l'ensemble des pays européens partenaires à "70,6 % pour la période allant d’octobre 2014 à janvier 2016 (en premier lieu l’Allemagne et les Pays-Bas) contre 79 % pour les contrevenants français".

La Cour rappelle que depuis le déploiement des radars vitesse en 2003, "environ 21 % des infractions relevées concernent des véhicules immatriculés à l’étranger alors qu’ils ne représentent (en moyenne) que 5 à 6 % du trafic". Pour lutter contre de tels comportements, et afin de faciliter les poursuites, une directive européenne permet désormais l'échange de données des conducteurs entre pays européens. Après la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse, l'Allemagne, l'Espagne, la Roumanie et la Pologne, la France échange ainsi des données avec l'Autriche depuis 2016 ;

- la dégradation des comportements des conducteurs et une vitesse moyenne repartie à la hausse… "La tendance à l’augmentation moyenne de la vitesse se confirme (…) en 2016", dixit ainsi la Cour. Pourtant, rien ne permet pour l'instant de le confirmer !

De fait, à y regarder de plus près, la mortalité routière a certes cessé de baisser, et elle est donc même repartie à la hausse depuis 2013, mais sans être pire que le bilan de 2012. Du coup, lorsque l'on prend du recul, on comprend qu'il s'agit surtout pour le moment d'un palier atteint : la courbe de la mortalité routière en France a surtout tendance... à stagner.

Comme le rappelle la Cour des Comptes, théoriquement, les recettes des amendes routières en particulier celles des radars ont vocation à diminuer. Si c'était le cas, cela signifierait en effet que la politique en matière de Sécurité routière est un succès. "Positive pour le budget de l’État", l'augmentation de ces recettes "doit (...) être analysée de manière nuancée au regard de l’objectif gouvernemental de diminution de la vitesse sur les routes, première cause d’accidents mortels," met en garde le rapport.

Reste qu'il paraît évident, pour les observateurs attentifs, que tout est fait pour maintenir ces recettes, et même de les faire croître. Les appareils mis en service sont de plus en plus modernes, sophistiqués, le système de plus en plus efficace, et bientôt, la conduite des radars mobiles sera même privatisée ! De là à en conclure que les radars ne servent à rien… pour preuve, le nombre de morts sur les routes est reparti à la hausse depuis 2013, comme on l'a entendu dire par-ci par-là ces derniers jours, ça paraît tout de même une affirmation plus qu'osée !

Commentaires (34)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

vive la France !

Par

Ca me va bien comme impôt. Les gens qui ne roulent pas sont peinards et ceux qui respectent le code de la route aussi.

Par

En France, on a la classe... on paye pas assez d'impôts !!! :bien::bien::bien:

Tant que ça tombe pas sur moi, tout va bien !!!

Par

En réponse à kevin14789

vive la France !

niveau radar c'est pire en Belgique .

( jackpot , bingo , et même plus ) ...

Par

Un détail cocasse : les amendes forfaitaire majorées représentent en valeur plus de la moitié des amendes réglées en temps utile....et ça progresse...

Comme si ça coûtait pas assez cher comme ça.... et si t'as pas ponctuellement pas assez de fric, n'importe quel crédit à la consommation coûtera encore moins cher sur 2/3 mois que l'amende supplémentaire à régler...

Par

juse pour exemple, une amende de 4 ème classe à 135 € se transforme en 375 € si non réglée ans les délais.

+ 178 % !

Par

En réponse à Putouille

Ca me va bien comme impôt. Les gens qui ne roulent pas sont peinards et ceux qui respectent le code de la route aussi.

Sûrement, l État à toujours besoin de bonnes brebis à traire

Par

Toujours​plus de radars de vitesse, toujours plus de PV, toujours plus d'accidents... En même temps, des limitations de vitesse en réduction. Tiens dans le Var les routes du bord de mer sont passées à 70 et 30 en ville cette année au lieu de 90 et soit 70 ou 50. L'été c'est embouteillé donc rien ne bouge, mais en dehors il n'y a personne et les radars sont attendus avec impatience. Comme le contournement de Montpellier, à 110 au lieu de 130 alors qu'il s'agit d'une autoroute hors agglomération, en 2x3 voies. Toujours plus d'amendes, mais rien sur les points noirs...

Par

En réponse à Arnime

Toujours​plus de radars de vitesse, toujours plus de PV, toujours plus d'accidents... En même temps, des limitations de vitesse en réduction. Tiens dans le Var les routes du bord de mer sont passées à 70 et 30 en ville cette année au lieu de 90 et soit 70 ou 50. L'été c'est embouteillé donc rien ne bouge, mais en dehors il n'y a personne et les radars sont attendus avec impatience. Comme le contournement de Montpellier, à 110 au lieu de 130 alors qu'il s'agit d'une autoroute hors agglomération, en 2x3 voies. Toujours plus d'amendes, mais rien sur les points noirs...

le contournement de Montpellier n'existe pas, le contournement concerne l'autoroute A9 qui vient d'être mis en service il y a 2 semaines, l'ancienne A9 s'appelle maintenant l'A709 et concerne une ligne droite de 17 km à 90 km/h en 2 x 3 voies, que ce soit en zone normale ou en zone réduite dû aux travaux encore en cours près de la sortie Montpellier Sud.

Le contournement ne concerne que très peu de voitures et beaucoup de camions en semaine, je dirais environ 1 camion toutes les 3 à 5 secondes (c'est énorme) mais ça ne change pas le quotidien, c'est toujours aussi embouteillé mais, peut-être, avec moins de risques d'accident parce-que moins de camions.

Je dois dire que depuis la mise en service de l'A709 pour l'agglo, ça roule plus vite aux heures creuses, j'aurais préféré qu'ils fassent une limitation comme nous avions avant le début des travaux (110 heures creuses, 90 heures de grosse circulation) et aussi surtout, limiter la vitesse des PL à 70 ou 80 comme on le voit dans certaines agglos car en cas d'accidents, ce sont très très souvent les PL qui font des victimes.

Par

Ce sera le big jackpot pour l'état durant 5 ans là...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire