Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Le patron du groupe Volkswagen veut stopper les tensions entre Seat, VW et Skoda

Dans Economie / Politique / Marché

Le patron du groupe Volkswagen veut stopper les tensions entre Seat, VW et Skoda

Trop proches, Seat, Volkswagen et Skoda ? C'est en tout cas ce qui ressort des échanges actuels entre les membres de la direction du groupe Volkswagen, certains étant agacés par les avantages des autres. Le grand patron tient déjà à mettre un terme aux tensions en diversifiant les trois marques généralistes, qui pourraient du coup occuper des terrains différents.

Depuis l'affaire du dieselgate et les pertes financières assez importantes subies par le groupe Volkswagen (de l'ordre de 30 milliards de dollars), les tensions se font plus vives au sein de la galaxie Volkswagen. En coupables, les petits avantages de marques comme Skoda qui profitent des technologies du groupe tout en ayant une main d'oeuvre un peu plus accessible à l'est de l'Europe. Une situation qui devient apparemment de plus en plus insupportable pour Volkswagen qui, au final, vend les mêmes produits, avec des carrosseries différentes, mais plus cher...

Matthias Müller, le grand patron du groupe Volkswagen, est intervenu lors d'une réunion devant un parterre de managers pour tenter de mettre un terme à ces tensions entre les généralistes du groupe. Si la partie premium est plutôt bien compartimentée (Audi pour le premium, Porsche pour le luxe/sport et Bentley-Bugatti pour l'ultra luxe), la situation est plus compliquée pour le trio Seat/Volkswagen/Skoda qui se marchent au final un peu sur les pieds en Europe.

Pour le moment, Matthias Müller reste vague sur la stratégie à adopter, l'Allemand se contentant d'expliquer qu'il faut que Seat, Skoda et Volkswagen se démarquent un peu plus en visant notamment des régions différentes. Skoda avait notamment endossé le rôle de l'expansion dans les pays émergents pour le groupe Volkswagen, mais l'opération est pour le moment peu avancée, notamment en Inde où c'est au point mort. 

Volkswagen était allé jusqu'à menacer de relocaliser une partie de la production de Skoda en Allemagne, pour redistribuer les cartes. Une menace prise au sérieux par les salariés tchèques qui ont commencé à pointer la carte "grève" pour ne pas perdre leur emploi. Le patron de Skoda est venu cette semaine à la rescousse en affirmant que les postes tchèques n'étaient pas menacés, mais a-t-il vraiment totalement la main ?

Il est vrai, en tout cas, qu'un problème de concurrence interne se pose au sein du groupe : une Volkswagen Golf TSI 125 ch en finition Carat (haut de gamme), BV6, cinq portes, est facturée 27 910 €. Pour 800 € de plus, vous avez chez Skoda une Octavia TSI 180 ch BVA7, plus habitable, et en finition haut de gamme Style, tandis que la Leon est disponible en TSI 150 ch, BVA7, à 27 225 €. A chaque fois, la Volkswagen perd son match face à ses cousines (qui partagent bien des choses avec l'allemande), et cela commence peut-être à un peu trop se voir...

Mots clés :

Commentaires (63)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Fut une époque ou ils partageaient la technologie mais avec une génération d'écart, ce n'est plus le cas actuellement. Ce soucis aurait pu être anticipé, il existe un vrai problème et ce, même si je pense encore que ces véhicules ne s'adressent pas aux même clients.

Plus le temps passe, plus les différences s'estompent il est vrai.

Par

Skoda by technologie Audi. ..

Par

Si je comprends bien: armée mexicaine et chute de l' empire romain.

Par

Ils ont mal défini leur but premier et pour le moment PSA commence à faire pareil.

Par

Je me.soivoe s d'un article il y quelques mois parlant de ce problème chez PSA entre Opel Peugeot et Citroën.

Le groupe vag était cite en exemple de réussite... Ne serait ce finalement qu'un écran de fumée (noire)?

3 marques généralistes dans le groupe, c'est forcément de trop!

Par

Je me souviens...

Par

En même temps, VW a fui les voitures qui se vendent bien chez Skoda. Fabia ? il se vend principalement des combi. Où est la polo break ? Octavia : idem, gros coffre, que ce soit en combi ou berline, la golf sw a un ticket d’entrée bien trop élevé…

Les gens ne cherchent pas que du SUV et du luxe. VW a complètement perdu de vue le côté pratique du transport au profit de l’apparence. Et l’addition se paye…

Par

Cette guerre entre les différentes divisions du groupe est consternante et le plus incroyable c'est que cela ne peut qu'avoir des effets négatifs ...

Le groupe VAG a tout fait pour gommer la personnalité des Skoda et Seat : monter dans une voiture du groupe c'est reconnaître immédiatement un lien de parenté avec VW, le logo et des plastiques plus rigides faisant "la différence".

Le fait que l'achat Skoda soit un achat malin n'est pas nouveau, mais le fait que rouler Skoda ne soit plus un frein pour l'acheteur semble poser problème à VW !

Nul ne se plaindra de la montée de la qualité perçue et des prestations des Skoda de dernière génération, et plutôt que de tirer à boulet rouge sur le bon élève du groupe, VW ferait bien de se poser la bonne question : pourquoi VW n'a pas en parallèle évolué dans les même proportions afin de garder une longueur d'avance qui permette de justifier la différence de tarifs ? Aujourd'hui c'est même le contraire qui semble se produire : les dernières productions VW ( voir Audi , avec le Q2) régressent en terme de matériaux ( recours à des plastiques rigides bien visibles sur les contreportes) ... tout en maintenant un écart de prix important injustifié.

Par

qu'ils fassent comme chez PSA (Peugeot vs Citroën vs maintenant OPEL) ou Renault (Renault vs Dacia)

en gros, ça se joue souvent au niveau de l'offre moteur, des bva, de certaines options...

donc, logiquement, par exemple, les plus gros moteurs devraient être réservées aux Volkswagen.

Par

En réponse à charlooze

Je me.soivoe s d'un article il y quelques mois parlant de ce problème chez PSA entre Opel Peugeot et Citroën.

Le groupe vag était cite en exemple de réussite... Ne serait ce finalement qu'un écran de fumée (noire)?

3 marques généralistes dans le groupe, c'est forcément de trop!

je trouve au contraire que PSA est un modèle à suivre en terme de différenciation :

sur une même base technique, les dernières Opels nées du partenariat avec PSA sont très différentes dans leur aspect et présentation des Peugeots, elles mêmes très différentes des Citroën ou DS.

Un 3008 ne ressemble pas à un GrandLand X ni à un DS7 Crossback et encore moins à un C5 Aircross ! Chaque voiture a sa propre personnalité et tout ce qui est visible est très différent des "cousins". L'inverse de chez VAG ou Skoda, Seat, VW et Audi finissent par se ressembler ...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire