Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Les maires favorables à un audit sur l'état des routes

Dans Pratique / Sécurité

Les maires favorables à un audit sur l'état des routes

C’est une étude lancée par le Syndicat des Équipements de la Route afin de comprendre et d’analyser la perception qu’ont les maires des problèmes de sécurité routière en liaison avec l'entretien du réseau. Au vu de l’identité du commanditaire, on se dit que l’on va retrouver une tribune contre le désengagement d’un État qui s’en remet aux collectivités locales pour l’entretien des routes. Un but effectivement atteint. Mais on y apprend tout de même certaines choses alors que les maires sont en première ligne en cas d’accident.

Une approche qui est donc aussi à verser dans le débat plus général sur la sécurité. Avec une mortalité sur nos axes qui a encore fait un bond le mois dernier, on se dit que tous les paramètres sont regardés à la loupe pour déterminer une expertise précise de la situation. Mais force est de constater que ce n’est pas le cas. Ainsi, on découvre le critère de l'état des routes n’est pas pris en considération dans les rapports d'accidentologie.

Une sacrée lacune qui jette une ombre sur l’objectivité des analyses produites. Les édiles, eux, ont du sens commun puisque 94 % reconnaissent que les équipements de la route jouent un rôle « très important » pour la sécurité routière. 78 % des maires souhaitent donc que le critère de l'état des routes soit réintroduit dans les rapports d'accidentologie. 65 % des mêmes élus jugent nécessaire d'auditer l'état des routes, des rues et de leurs équipements. 35 % ne sont pas satisfaits des équipements de la route dans leur commune.

L’état du réseau routier est donc un enjeu de protection, de développement et d'information. Il est pourtant occulté dans l’expertise d’un accident. Il serait bon de le remettre au goût du jour en s’interrogeant d’abord sur les raisons qui l’ont écarté des débats. Sans cet élément, comment décider de la place judicieuse des radars, appréhender le quotidien de l’usager, et apporter les actions correctives nécessaires pour la sécurité ? Mais il est plus facile de vulgariser le débat autour d’une culpabilisation qui ouvre grande les portes à une répression aux retombées fiscales juteuses.

Mots clés :

Commentaires (8)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Savourez bien cette phrase les amis :

" C’est une étude lancée par le Syndicat des Équipements de la Route afin de comprendre et d’analyser la perception qu’ont les maires des problèmes de sécurité routière en liaison avec l'entretien du réseau. "

Un tuyau fuit chez toi.... tu vas faire quoi ?

Organiser une réunion de quartier pour savoir si d'aventure la même mésaventure existerait dans le voisinage ?

Toute la France est là....:pfff:

Par

Et ben !!! le plus dur sera de faire travailler les faignants de la DDE pour la remise en état des routes:chut:

Par

Mais pourquoi toujours Audi?! :tourne: nn plus sérieusement ils n'ont pas d'argent pour réparer les routes mais quand il s'agit de faire des dos d’ânes, des rétrécissements qui font perdre un temps fou et des ronds points de 500 mètres carrés c'est difficile d'être pris au sérieux. Je rejoinds également les commentaires précédents: pas besoin de faire un audit pour ça, il suffit de prendre son véhicule et de voir si oui on non on crisse des dents quand le pneu vient taper sauvagement un trou (mais bon ça c'est typique de l'état de constater sans donner suite.....).

Par

En réponse à sniper elite

Et ben !!! le plus dur sera de faire travailler les faignants de la DDE pour la remise en état des routes:chut:

Les routes sont refaites par des sociétés privées. Tu tapes travaux public dans les pages jaunes et tu les trouveras.

C'est pour payer pour des abrutis comme toi que la France n'a plus d'argent pour réparer ce qui sert à tous et surtout à ceux qui travaillent. J'aimerai choisir où partent mes impôts. J'en ai marre de payer pour une politique nataliste de mon pays qui crée de la croissance qui asphyxie la planète et qui crée l'extinction des indigènes.

Par

Toujours le nerf de la guerre, pas d'argent (disons on ne peut pas le prendre là où il est ),des dotations en baisse (faire des économies, des calculs à court terme qui finissent par coûter cher). L'argent des radars ?

L'argent qui finance les radars fixes ou mobiles ? Quid de l'abandon de l'écotaxe... On pourrait les entretenir nos routes avec une volonté politique autre que celle qui lorgne vers la prochaine échéance électorale.

Par

" Toujours le nerf de la guerre, pas d'argent "

On en trouve tout de même encore pour payer étude et audits.... est ce que pour autant ça fera avancer d'un pouce le rebouchage d'un nid de poule ?

Tiens, juste un exemple, quand au Royaume-Uni, on doit défoncer une route pour y faire passer disons un réseau de gaz de ville, le concile local demande à la compagnie des eaux, d'électricité ou de fibre si ça les intéresse de profiter du travail envisagé pour mutualiser les coûts et limiter grandement la fermeture de la rue.

Bien entendu, rien de tout cela ici... personne ne se cause et ladite artère peut être défoncée quatre fois en six ans....

Par

En réponse à Clems207

Mais pourquoi toujours Audi?! :tourne: nn plus sérieusement ils n'ont pas d'argent pour réparer les routes mais quand il s'agit de faire des dos d’ânes, des rétrécissements qui font perdre un temps fou et des ronds points de 500 mètres carrés c'est difficile d'être pris au sérieux. Je rejoinds également les commentaires précédents: pas besoin de faire un audit pour ça, il suffit de prendre son véhicule et de voir si oui on non on crisse des dents quand le pneu vient taper sauvagement un trou (mais bon ça c'est typique de l'état de constater sans donner suite.....).

ben pour les dos d'anes, faut bien prendre le goudron quelque part ! :ange:

Par

Le non entretien des routes, un grand sujet et une réalité, mais ce sont les départements qui en ont la pleine responsabilité, pas les villes. Pour ceux qui vont aller en vacances dans le var, aller de Toulon vers le golf de Saint Tropez vous fait prendre une nationale ou deux camions ne peuvent pas se croiser, toujours au même gabarit depuis 40 ans, et qui est une des routes les plus accentogène de France car il n'y a pas d'alternative. Rien n'est fait sauf un radar sur la seule ligne droite ou on peut esperer doubler en toute sécurité!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire