Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Les radars ne prennent pas de vacances

Dans Pratique / Sécurité

Les radars ne prennent pas de vacances

Les départs en vacances des juillettistes ont donné l’occasion à nos dirigeants et autres sommités en charge de notre sécurité routière de lancer une vaste campagne de communication sur la famille radar. Un message teinté d’autosatisfaction et imprégné de la seule certitude d’une vitesse seule cause accidentogène alors que l’on pensait le débat aujourd’hui enfin ouvert aux conduites addictives, imprudentes sans oublier les dangers d’une somnolence au volant en vogue. Alors allons-y pour l’inventaire.

Le Délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, se frise les moustaches. Pour cet été, ce sont 4 200 radars en tous genres, fixes ou mobiles, signalés ou non, qui seront disposés sur le territoire. Un parc qui devrait être par ailleurs porté à 4 700 d'ici fin 2018. Le contingent se compose de 2 100 radars « cabine » apparus en 2003, dont 400 flashent en double sens. Il y a aussi entre 250 et 300 radars discriminants fixes qui font la distinction entre les différents types de véhicules, notamment les poids lourds qui font l'objet de limitations spécifiques.

Les nouveaux venus sont les radars « tronçon » qui calculent la vitesse entre deux points. Au point d'entrée, une caméra prend un cliché de chaque véhicule, de sa plaque et relève son heure de passage. Au point de sortie, un autre cliché permet de calculer la vitesse moyenne sur la section et un éventuel dépassement de la limite légale. Ils sont une centaine, soit à peu près autant que les radars autonomes ou radars « chantiers ». Ces radars semi-fixes sont posés sur des remorques blindées, placées sur des zones de danger temporaires (comme les chantiers) où la limitation de vitesse est abaissée. Inaugurés en juillet 2015, ils flashent dans les deux sens de circulation.

Le radar, ça bouge aussi. C’est le cas des machines embarquées à bord d'un véhicule peuvent être utilisées à l'arrêt au bord de la route ou débarquées. Il y en a 500 de ce type en fonction. Une génération prometteuse puisque depuis mars 2013, ces radars sont mis en place à bord d'une voiture banalisée et sont destinés notamment à lutter contre les grands excès de vitesse. Le parc actuel compte 319 voitures et l'objectif est de le porter à 440 d'ici deux ans. Mieux, le pilotage de ces voitures sera confié à des prestataires privés agréés par l'État à partir de fin août dans le cadre d'une expérimentation, avant une probable généralisation en janvier 2017. Mais les infractions seront toujours traitées comme actuellement au Centre automatisé de constatation des infractions routières à Rennes.

La vitesse n’est pas la seule cible du radar. Il y a en effet aussi les radars feu rouge et radars passages à niveau. Leur présence n'est pas signalée car les feux qui marquent ces intersections constituent en eux-mêmes une signalisation. Ils prennent deux clichés, un lors du franchissement de la ligne d'arrêt et un deuxième pour voir si le véhicule s'est arrêté au-delà de la ligne ou s'il a poursuivi sa course. Généralement, une amende n'est envoyée que dans ce dernier cas. Au total, 712 sont disposés aux feux rouges, et 80 aux passages à niveau.

Et puis il y a le radar leurre, pour renforcer l'incertitude des contrôles. Le Premier ministre Manuel Valls nous en a promis entre 10 000 et 12 000. Certains sont des « leurres par panneaux », c'est-à-dire des panneaux signalant des zones de contrôle où les radars sont parfois présents mais aussi parfois retirés. Les autres sont des cabines identiques à celles des radars, où le système de mesure peut être déplacé de telle sorte que les automobilistes ne savent pas s'il s'agit d'un leurre.

Plus tard, enfin, il y aura des drones pour détecter les « conduites à risques ». Mais il faut examiner la faisabilité financière et la faisabilité technique des contrôles utilisant ces matériels sophistiqués.

Commentaires (7)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

le racket ne peut s arreter avec tous ces imposteurs cupides qui ont volé le pouvoir. ils n ont aucun projet, si ce n est faire les poches des citoyens. je ne parlerai pas de tous ces cons qui justifient tout ce racket sous prétexte qu il n y a qu a respecter la législation, ceux la sont déjà morts nés, y a plus rien à faire pour eux

Par

En réponse à autobeauf

le racket ne peut s arreter avec tous ces imposteurs cupides qui ont volé le pouvoir. ils n ont aucun projet, si ce n est faire les poches des citoyens. je ne parlerai pas de tous ces cons qui justifient tout ce racket sous prétexte qu il n y a qu a respecter la législation, ceux la sont déjà morts nés, y a plus rien à faire pour eux

Tu parles, le jour ou la situation se renverse, ce seront les premiers à râler, ceux qui acceptent, c'est parce que quelque part, ça les arranges.

Par

Bien sûr que le coté sonnant et trébuchant est le premier moteur et facile de le justifier en arguant de la sacro-sainte sécurité. D'un autre coté il y a aujourd'hui tellement de répression, de véhicules en circulation de monde sur les grands axes et de véhicules aseptisés dont la mise au point consiste à donner le meilleur d'eux mêmes confort, silence, consommation aux allures légales que cela ne donne plus envie de faire autre chose que de se déplacer de manière identique à la cohorte des bien pensants. Ma prochaine voiture je choisirai l'équipement au détriment de la motorisation.

Par

Entre un representant qui fait 50000 km en région ile de france et moi retraité dans la creuse (pratiquement aucun radars ni controle d'alcoolémie) qui fait en talisman maxi 10000 km , c'est sur qu'on n'est pas à égalité....

Par

Jeu malsain et fatigant, que certains subissent, et d'autres pas. Au final on en arrive à la conclusion selon laquelle il vaut mieux perdre à +20Km/h face à une tirelire roulante ou bien planquée que ne même pas jouer et perdre à +1 sur une étourderie. Dans tous les cas il faut assumer, dura lex sed lex, quiconque est élu malheureusement. Waze et Coyote sont une belle preuve de l'organisation de la résistance auto. Malgré ma confiance en l'avenir, je pense qu'on va traverser une période de "flottement" en terme de "protection du conducteur" quand les RMNG seront "rentabilisés" par une société privée qui aura probablement tout l'effectif et le loisir de les faire rouler bien plus que les 1h13 constatées en moyenne actuellement, avec toutes les erreurs de manip dues à un fonctionnement sous la pression des chiffres, en notre défaveur évidemment. J'espère me tromper, et voir un simple fonctionnement cyclique, assez facile à identifier, et bien sûr à notifier et éviter... pour les habitués locaux...

Par

Il doit bien rester des guillotines dans des sous sols des préfectures

Proposition : guillotiner à la perte du premier point ...

Ca va faire du spectacle ... la populace viendra brailler son contentement

Ca fera moins de retraites et Sécu à payer ... donc bénéfique pour les finances publiques

Alternatives :

1/ voter Autophobe aux prochaines élections : Sarko (le radar), Fillon (le démonteur des panneaux annonciateurs de radars), Guéant (idem), Valls-Hollande (cf ci dessus), EELV (Emmerder et Ennquiquinner Les Veaux), Dupont-Aignan (inventeur du radar de Stop dans sa commune de Yerres) etc... Vous avez le choix ...

2/ Foutez l'économie de ce pays de merde par terre en boycottant tout ce qui est made in France ... comme en son temps Gandhi vis à vis du pouvoir colonial britannique ... Tous ces politicards de merde agissent à votre encontre comme le pouvoir colonial britannique vis à vis des sous-hommes du sous continent indien ... ne l'oubliez pas

Par

En réponse à Nicaurists15

Jeu malsain et fatigant, que certains subissent, et d'autres pas. Au final on en arrive à la conclusion selon laquelle il vaut mieux perdre à +20Km/h face à une tirelire roulante ou bien planquée que ne même pas jouer et perdre à +1 sur une étourderie. Dans tous les cas il faut assumer, dura lex sed lex, quiconque est élu malheureusement. Waze et Coyote sont une belle preuve de l'organisation de la résistance auto. Malgré ma confiance en l'avenir, je pense qu'on va traverser une période de "flottement" en terme de "protection du conducteur" quand les RMNG seront "rentabilisés" par une société privée qui aura probablement tout l'effectif et le loisir de les faire rouler bien plus que les 1h13 constatées en moyenne actuellement, avec toutes les erreurs de manip dues à un fonctionnement sous la pression des chiffres, en notre défaveur évidemment. J'espère me tromper, et voir un simple fonctionnement cyclique, assez facile à identifier, et bien sûr à notifier et éviter... pour les habitués locaux...

Super votre comportement vis à vis de Waze qui signale les emplacements des contrôles de police. Oui, super, comme ça, les trafiquants, les terroristes et tous criminels peuvent les éviter.

Bravo pour votre soutien patriotique et vous rouspétez que nous ne faisons pas assez de contrôles contre l'alcoolémie par ex. mais si c'est pour les signaler, ça sert à quoi ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire