Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Observatoire des comportements sur autoroute : la vitesse et le respect des interdistances toujours problématiques

Dans Pratique / Sécurité

Observatoire des comportements sur autoroute : la vitesse et le respect des interdistances toujours problématiques

Pour la 6e année consécutive, le groupe Sanef, qui gère de très nombreuses autoroutes en France, publie les conclusions de son Observatoire des Comportements sur autoroute. Le bilan de cette année est clair : les excès de vitesse sont toujours plus nombreux et les conducteurs respectent de moins en moins les distances de sécurité.

Comme les différents bilans concernant la sécurité routière le démontrent depuis plusieurs mois, la Sanef constate une dégradation globale des indicateurs de sécurité sur les autoroutes. Ainsi, les accidents matériels et corporels sont en augmentation en 2016 : 3 246 accidents matériels contre 3 125 en 2015 et 534 accidents corporels contre 489 en 2015. Seuls les accidents mortels amorcent une légère baisse avec un nombre de 34 en 2016 contre 36 en 2015.

Les causes de cette accidentologie évoluent. Si la baisse d'attention et la conduite sous emprise d’alcool et/ou de stupéfiants diminuent, la vitesse et l’inattention progressent fortement.

Globalement, quatre comportements à risque ont été identifiés : le non-respect des distances de sécurité, l’oubli du clignotant, l’utilisation abusive des voies de dépassement et les excès de vitesse. Pour ce dernier point, 41 % des véhicules roulent encore au-dessus de la vitesse autorisée en 2017 (contre 37 % en 2015 et 43 % en 2016) et la vitesse moyenne est de 138 km/h, soit 8 km/h de plus que la vitesse autorisée.

2017 est également marquée par une dégradation du respect des distances inter-véhiculaires. Les chiffres sont similaires à ceux du 1er observatoire des comportements en 2012, où 1 conducteur sur 4 roulait trop près du véhicule qui le précédait.

À cela s’ajoute un problème récurrent qui consiste en une mauvaise utilisation des voies de circulation. Ainsi, plus d’1 véhicule sur 3 circule sur la voie du milieu alors que celle de droite est libre. Ce phénomène s’amplifie en journée, 42 % des conducteurs continuent d’occuper la voie du milieu alors qu’ils pourraient se rabattre. Il est encore plus important la nuit avec plus d’1 conducteur sur 2.

Enfin, il ressort de cette étude que l’utilisation du clignotant laisse encore à désirer. Aujourd'hui, les conducteurs utilisent un peu mieux leur clignotant pour dépasser, même s’ils sont encore 26 % à l’oublier (37 % en 2016). En revanche, ils sont désormais 51 % (contre 45 % en 2016) à ne pas signaler leur rabattement.

La Sanef a donc entrepris des opérations de sensibilisation à travers différentes campagnes de communication afin d’informer les conducteurs sur ces différents points.

 

Mots clés :

Commentaires (46)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je suis totalement d'accord avec cet article. :bien::biggrin:

Par

En réponse à Liska

Je suis totalement d'accord avec cet article. :bien::biggrin:

Pareil. Le plus grand fléau actuel est le non-respect des distances de sécurité. Le "pousse-toi que je passe" devient insupportable.

Par

41% au dessus de la vitesse c'est une blague. Au dessus pendant 1min sur un trajet de 2h à la limite parce qu'en général ça se traîne!

Par

ah là là là , c'est pas grave les gars , ne vous en souciez pas , çà fera moins de gros cons sur les routes ,

en générale ils sont une berline , donc un certains niveau de con-servatisme , ils roulent à toute

berzingue car ils anticipent pas leur trajets ......

donc ne vous inquiétez pas quand on passera tous à l'électrique autonome

tout rentrera dans l'ordre.

Par

Observatoire obscure qui n'explique pas sa méthode d'étude. 41% au delà de la vitesse, cela ne se voit pas vraiment dans la réalité. De même comment SANEF peut mesurer l'alcoolisme des conducteurs ?

Par

Moi j'acceler sur la voir du milieux quand on me double. Mes comme j'ai 3 fois plus de puissance je le poutre et il fait la gueule le mecs.. :ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

Par

la conduite sous stupéfiant et alcool régresse ? forcément il n'y a jamais de contrôle... une fois contrôlé en 12 années de permis !!!! et x fois par jour pour la vitesse.

8 kmh au dessus de 130 ? wow mais c'est ouf, il faut appeller l'armée de l'air, la marine et Cie !!!!

Par

138 sur autoroute correspond à un 53 dans une zone 50 sans passage piéton, voiture garée et Cie + bonne visibilité, autant dire que c'est suicidaire !!!

caradisiac merci de donner des infos sur le comment les stats sont récoltées et aussi rappeler le pourcentage de morts sur autoroute par rapport au chiffre total.

Par

En réponse à Arnime

Observatoire obscure qui n'explique pas sa méthode d'étude. 41% au delà de la vitesse, cela ne se voit pas vraiment dans la réalité. De même comment SANEF peut mesurer l'alcoolisme des conducteurs ?

A posteriori, il y a donc moins de gens bourrés qui se sont vautrés, pas forcément moins de gens qui roulent bourrés

Par

En réponse à matrix71

Moi j'acceler sur la voir du milieux quand on me double. Mes comme j'ai 3 fois plus de puissance je le poutre et il fait la gueule le mecs.. :ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

et moi, je reste à la hauteur de celui qui accélère et j'attend qu'il tombe au cul d'un autre blaireau qui roule sur la voie du milieu et vu le nombre d'abruti, ça ne dure pas longtemps

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire