Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Privatisation des radars mobiles : les craintes et les enjeux

Dans Pratique / Sécurité

Privatisation des radars mobiles : les craintes et les enjeux

Signe d’une époque mais aussi symbole d’un roi nu, l’État, de plus en plus, se défait de ses prérogatives pour les déléguer à des intérêts privés. Un schéma que l’on nous jure indolore pour le sens du service public. En 2017, un nouveau pan de l’autorité va tomber dans une mise en œuvre privée. Et non des moindres. Il s’agit du contrôle de la vitesse fait par les radars mobiles. L’objectif avoué ne rassure pas : augmenter le nombre des contrôles.

La privatisation des radars mobiles c’est maintenant. Ou peu ou prou. Une expérimentation débutera début 2017 et sera suivie d’un appel d’offres public. Nous serons alors au premier semestre et le processus débouchera, à partir de l’été prochain, sur la mise en œuvre région par région.

Pourquoi ? Pour une meilleure sécurité routière bien sûr. Et ça va cogner. La feuille de route est claire : faire tourner cinq fois plus qu'aujourd'hui les voitures banalisées dans lesquelles les radars sont embarqués. Il faudra faire rouler 8 heures par jour les 383 voitures utilisées par les forces de l’ordre contre 1 h 30 aujourd’hui.

Certes, mais confier ça à une société privée, n’est-ce pas ouvrir la porte à tous les excès ? Fin novembre, le député LR de Saint-Maur, Sylvain Berrios, avait interrogé le gouvernement à l’Assemblée nationale, craignant qu’une telle privatisation "ne vise qu’à faire rentrer davantage d’argent dans les caisses de l’État à travers les contraventions".

Conscient des interrogations, le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe a voulu rassurer. Il a donc précisé que les logiciels des radars mobiles étant en cours d’évolution pour qu’ils ne nécessitent aucune intervention humaine. Seuls leurs déplacements seront privatisés. Par ailleurs, la société qui sera désignée aura un prix fixe qui ne dépendra pas du nombre de voitures flashées. Les conducteurs suivront un trajet défini à l’avance et ne déclencheront pas les flashs.

Dont acte, mais le doute persiste jusqu’à la gestion de l’appel d’offres. On craint que les entreprises ayant remporté le marché des radars automatiques fixes, à savoir Atos et Morpho ex Safran-Sagem, soient favorisées. Or, l’appel d’offres de l’époque avait débouché sur une enquête pénale pour "favoritisme" et "prise illégale d’intérêt" à la suite de l’attribution de ce marché.

Commentaires (31)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Contre ces politiques répressives : VENGEZ Vous

1/ lors des élections : envoyez tous ces politicards pointer à pôle emploi

2/ en boycotfant tout ce qui de près ou de loin est made in France

Le reste c'est de la gesticulation

Par

Une occasion de magouiller en plus! Pourquoi de pas recruter des personnes ad'hoc voire proposer aux fonctionnaires compétents d'autres services une mobilité volontaire...j'oubliais que les éminences grises ne prennent pas de risques quoi qu'il se passe!!!

Par

Faut se mettre à la page les cocos, Atos a perdu le marché du centre automatisé de Rennes, c'est Capgemini qui a repris le contrat. Et ce sont des domaines de compétences bien différents, aucune chance qu'une SSII fasse ce genre de métier.

Par

Après les autoroutes, les radars... Très mauvais gestionnaires ces politiciens...

Par

En réponse à ceyal

Contre ces politiques répressives : VENGEZ Vous

1/ lors des élections : envoyez tous ces politicards pointer à pôle emploi

2/ en boycotfant tout ce qui de près ou de loin est made in France

Le reste c'est de la gesticulation

Ca va changer totalement la donne, c'est évident :roll:

En tout cas ça annonce rien de bon !

Prochaine étape : envoi des PVs directement depuis notre voiture en cas d'excès de vitesse. Le pied.

Par

L'alibi de la sécurité est l'argument fantastique et incontestable pour justifier tous les abus répressifs, un mort c'est toujours un de trop, on est donc pas sorti du tout répressif et la voiture aujourd'hui c'est tout dans l'équipement et le confort, ce qui ce passe sous le capot devient franchement secondaire.

Par

Vive la liberté , à non c'était avant , une chose est clair ça va plomber .

Par

Bonne nouvelle, les abrutis ne pourront plus se réfugier derrière leur coyote.

Par

En réponse à Turbo95

Vive la liberté , à non c'était avant , une chose est clair ça va plomber .

La liberté c'est de pouvoir prendre la route tranquillement en famille sans risquer de se faire défoncer par un mec qui a décidé qu'il était au dessus du lot.

Par

Mais qui contrôlera les excès de vitesses du chauffeur de la voiture radar hein ? :biggrin:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire