Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière : le bilan routier est bon, c’est la rue qui tue

Dans Pratique / Sécurité

Sécurité routière : le bilan routier est bon, c’est la rue qui tue

Les derniers chiffres sur la sécurité routière récemment tombés ont donné lieu à une succession de réflexes pavloviens affligeants. La canicule n’y est pour rien mais le délire collectif pour beaucoup tandis qu’à la veille des transhumances estivales, c’est l’opportunité rêvée de préparer les esprits à la fiscalité routière qui s’élargit du péage autoroutier scandaleux à la hausse des carburants opportuniste, sans oublier, bien sûr la répression. Autant de démarches qui ne sauveront aucune vie. Car l’hallucination générale a occulté le vrai état des lieux livré pourtant par les chiffres : le bilan routier est bon. C’est la rue qui tue.

Haro sur l’automobiliste ! Une bête féroce assoiffée de sang, irresponsable, affublé d’un outil polluant. Si on ne peut l’occire, affaiblissons-le en le délestant de ses attributs économiques jusqu’à le rendre exsangue. Les chiffres de la sécurité routière sont là pour nous alerter sur l’urgence de la situation. Les morts jonchent les routes et les cadavres ne cessent de se multiplier au fur et à mesure que les années s’écoulent.

Vraiment ? Les chiffres avouent pourtant une quasi-stabilité de la mortalité routière par rapport à 2015. Celle-ci est même en baisse si l'on tient compte du trafic, et du nombre de véhicules par kilomètre parcouru, qui s'intensifie depuis 2014. Les mêmes statistiques signalent une baisse des tués chez les automobilistes, une stabilité des morts chez les motocyclistes. Calculée sur 12 mois glissants, la mortalité des automobilistes est légèrement en baisse par rapport à la situation d'il y a un an. Mais alors, d’où vient le problème ?

Ce problème monte en puissance depuis quelque temps. Parce qu’il est aussi teinté de vert écologie et qu’il est comme devenu une sorte de revendication motivant des prises de risques aux airs identitaires. Il y a même des vidéos sur la toile là-dessus. Ceux-là sont les cyclistes : 13 tués de plus depuis 2015. Viennent ensuite les piétons, véritables chairs à canon : +91 morts par rapport à la même année 2015. Sur 12 mois, on regrette + 14 % de piétons tués et + 22 % de cyclistes qui ne reprendront plus jamais un vélo. Qui a vraiment insisté sur ces deux faits majeurs du bilan de la sécurité routière ? Pas grand monde.

Oui, la route est plus sûre aujourd’hui que la rue. Le cycliste déboule de n’importe où avec sa certitude d’être dans le sens de l’histoire, de prendre une revanche sur on ne sait quoi, fonce sur les trottoirs au mépris des piétons particulièrement exposés dans tous les cas. Ce dernier aime à traverser à sa guise et quand tout ce beau monde s’affuble d’écouteurs et de téléphone portable, c’est une version du trottoir et du carrefour de la roulette russe qui nous est joué.

L’automobiliste dans tout ça ? Qu’il relise la loi Badinter : il sera toujours responsable en cas d’accident. Pour le reste, on lui fera payer les errements des autres qui gonflent la macabre comptabilité. Payer au sens propre, comme au figuré.

Commentaires (39)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

100% en phase, circulant dans Paris, je pense que j'évite de tuer un cycliste, un motard ou un piéton par jour. Le pire est lorsque je les entends me hurler qu'ils ne mettent en danger qu'eux-même: outre le fait que pour éviter un cycliste, je pourrai faire un écart qui ait des conséquences lourdes, je n'ai aucune envie de vivre en me disant que j'ai écrasé un inconscient, et ça, je vois bien que soit ils n'y ont pas pensé, soit ils s'en moquent éperdument... ils seront morts

Par

l'automobiliste est une vache à lait, cible facile , comment tondre les contribuables: toucher ce qui le rend captif: Tva, immobilier, immobilier, comptes bancaires....

Par

Absolument d'accord, l'inattention des pietons et cyclistes en ville est réellement problématique. Et je n'ai jamais vu en France un pieton qui traverse n'importe où les yeux rivés sur son phone se faire siffler par un agent.

La population des motards vieillit chaque année un peu plus, c'est un loisir qui coûte cher et même dans les sorties de club le rytme a baissé de 2 ou 3 tons alors que ABS et pneus actuels permettent des freinages et évitement impensables il y a 15 ans.

Quant aux voitures elles ont énormément progressé aussi que ce soit en sécurité active (avec la Clio 4 de ma femme je me permets des virages limites en glisse qui m'auraient valu de dangereux tête à queue avec ma 1ere Clio 1) que passive. Un carton serieux a pres de 80 km/h d'un pote avec son X3 a envoyé la BMW directement à la casse (valeur argus au bout de 2 ans...) mais lui n'a strictement rien eu a part qq douleurs musculaires. Il a racheté un X3 direct d'ailleurs.

Par

En réponse à lexusis300

100% en phase, circulant dans Paris, je pense que j'évite de tuer un cycliste, un motard ou un piéton par jour. Le pire est lorsque je les entends me hurler qu'ils ne mettent en danger qu'eux-même: outre le fait que pour éviter un cycliste, je pourrai faire un écart qui ait des conséquences lourdes, je n'ai aucune envie de vivre en me disant que j'ai écrasé un inconscient, et ça, je vois bien que soit ils n'y ont pas pensé, soit ils s'en moquent éperdument... ils seront morts

Très bon article.

Par

Quand il s'agit de minimiser l'incidence "voiture" on ramène les accidents aux kilomètres parcourus, mais pas au nombre de cyclistes ou au nombre de kilomètres parcourus par eux...

Je suis moi-même occasionnellement un cycliste, et concède certaines prises de risques par certains, mais admettez que le raisonnement chiffré est un peu biaisé, puisque l'article et vos commentaires concèdent une augmentation rapide du nombre de cyclistes sur les routes...

Donc peut-être que l'augmentation des accidents est moins rapide que l'augmentation du nombre de cyclistes, et peut-être que la raison de cette augmentation en valeur brute provient d'autres raisons.

Par exemple l'inadaptation quasi systématique de la voirie à un nombre croissant de cyclistes, dont la mise aux normes (sites propres par exemple) est freinée par le lobby des automobilistes, qui pourtant gagnerait à donner un peu d'espace pour promouvoir la réduction du traffic...

Car faciliter la vie des cyclistes permet de réduire le nombre d'automobiles sur la route et donc de faciliter la vie de ceux qui continuent à rouler en voiture.

Mais bon, les commentaires prouvent que beaucoup cherchent encore le mode d'emploi de leur cerveau...

Par

Vivement plus de radar pour faire du fric :peur:

Par

Caradisiac,comment pouvez vous insinuer que les cyclistes tués ne le sont que par leur propre fait ?

cf".. Le cycliste déboule de n’importe où avec sa certitude d’être dans le sens de l’histoire, de prendre une revanche sur on ne sait quoi, fonce sur les trottoirs au mépris des piétons..."

Vous généralisez ! Certes certains excès se payent au comptant mais certains meurent aussi non responsables de ce qui leur arrivent.

Idem pour les piétons.

La loi Badinter est une loi qui même imparfaite est là pour protéger les plus faibles,çad ceux sans carrosserie autour.

Par

Conséquence de l'augmentation des ventes de SUV ?

En cas de choc avec un piéton ou un cycliste, au lieu de te faucher les jambes, tu finis avec le ventre éclaté.

Par

Article pour le moins manichéen. J'utilise la voiture et le vélo quasi quotidiennement en fonction de mes déplacements. Certes, le cycliste est parfois irrespectueux du code de la route (en particulier les pelotons de bernard hinault du dimanche matin qui manifestement ne connaissent pas le feu rouge, ni le stop), mais les automobilistes ne sont pas en reste...

Absence d'utilisation du clignotant (à se demander s'ils sont en option de nos jours), téléphone au volant, refus de priorité, et wesh kékés qui te frôlent pour passer tellement ils sont pressés par je ne sais quelle mission sacrée... alors comme dit plus avant, l'augmentation du nombre de cyclistes et des inciviltés des deux côtés aboutit à ce triste résultat. Sans compter le peu d'infrastructures dédiées pour rouler en sécurité en vélo....

Même en étant prudent et en respectant le code de la route, traverser la ville en vélo est assez périlleux. Dommage....

Par

en fait, l'avenir qui se profile, c'est tout simplement de plus en plus de cons qui circulent un peu partout, ceci expliquant cela.

et les cons, on les voit en voiture, mais ça, on sait en partie les calmer, on les voit en vélo, et là, c'est déjà plus difficile de les remettre sur le droit chemin, mais le pire, ce sont les piétons, et là, je ne vois pas ce qu'on peut faire...

quoiqu'il en soit, une voiture autonome bien programmée sera à terme bien plus efficace qu'un conducteur humain pour anticiper et prévenir au mieux toutes les imbécilités des cyclistes et des piétons. mais on le voit: entre piétons et cyclistes, ce n'est pas non plus la joie tant chacun vit dans son petit monde à lui...

la vraie question au final à se poser est: comment rendre les gens moins cons? vaste chantier en prespective... d'autant que j'ai l'impression que le but recherché est finalement de les rendre cons, tout au moins une majorité de consommateurs potentiels... bref, si c'est ça le destin de l'humanité, y a pas de quoi se réjouir...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire