Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Tests antipollution : Suzuki explique ses erreurs

Tests antipollution : Suzuki explique ses erreurs

Pointé du doigt pour ses résultats inexacts sur les performances énergétiques de ses véhicules, le constructeur Suzuki est revenu sur ce sujet sensible mis à jour 18 mai dernier. Avec un objectif : exciper de sa bonne foi et éviter l’amalgame avec un autre compatriote lui-même pris dans le même genre de scandale : Mitsubishi.

D’abord l’étendue des dégâts : ce sont 26 modèles de voitures qui sont en cause, 14 sous le blason Suzuki et 12 autres modèles produits pour des marques différentes. Ensuite, ce dont il s’agit : Suzuki n’a pas mis au point une tricherie. Il ne s'agissait pas d'embellir les données mais faire son travail du mieux possible sous une contrainte économique difficile apparue en 2008. Et c’est cette méthode de calcul adoptée qui s’est avérée inapproprié.

Suzuki explique : "après la crise financière internationale de 2008, la charge de travail accrue pour développer de nouveaux modèles et moteurs a conduit Suzuki à manquer de ressources à allouer aux tests, et le groupe n'a pas réussi à investir suffisamment dans les infrastructures d'essai ni à faire les efforts requis pour améliorer ses technologies de contrôle". D’où la mise en place de méthodes moins coûteuses consistant en une extrapolation des performances globales des véhicules à partir de mesures disparates des capacités de chaque pièce.

Suzuki a donc vécu sous le régime de la prédiction, mais le constructeur assure avoir été capable, à partir de 2010, d’obtenir des résultats sur la consommation de carburant et les, émissions polluantes pour chaque modèle de véhicule "avec une certaine précision". Le cancre sans sou sera-t-il cru et pardonné ?

Mots clés :

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

si il font leurs excuses en public au japon, ca devrait aller, la bas. ailleurs, ce genre d'affaires est anecdotique pour une marque aussi peu repandue que suzuki. c'est pas comme si c'etait le premier constructeur mondial, non plus...

Par

il n' y a rien à expliquer :ils ont triché comme les copains concurrents, qu'ils soient en bonne forme financière ou pas

Par

@gros mytho "il n' y a rien à expliquer :ils ont triché comme les copains concurrents,"

Komme vvé tu veux dire ..,,!!

Par

Et la marmotte, elle met le chocolat dans l'alu....

On nous prend vraiment pour des cons.....

Par

En réponse à rono kalamar

si il font leurs excuses en public au japon, ca devrait aller, la bas. ailleurs, ce genre d'affaires est anecdotique pour une marque aussi peu repandue que suzuki. c'est pas comme si c'etait le premier constructeur mondial, non plus...

Suzuki est le 10eme constructeur mondial en 2015, juste derrière PSA et devant Mercedes et BMW (en référence à votre avatar).

Donc, non, ce n'est pas anecdotique.

Par

On n'apprends rien de palpable de cet article. tout ce que je peux en déduire, c'est que Suzuki est un bricoleur.

Si un constructeur n'a pas les moyens de faire les tests législatifs, pourquoi pourrait il commercialiser des véhicules. De plus, comment les instances d'homologations ont elles pu être bernées à ce point.

l'article manque sérieusement de documentation et de consistance!!!

Par

En réponse à 2xpc

Suzuki est le 10eme constructeur mondial en 2015, juste derrière PSA et devant Mercedes et BMW (en référence à votre avatar).

Donc, non, ce n'est pas anecdotique.

anecdotique dans le sens peu repandue sur les marchés a fortes exigences (respect des normes, gammes developpées...) et a pouvoir d'achat élevé (alena, ue...). suzuki s'en tire bien sur des marchés emergents (suzuki-maruti: inde, par extension sud-est asiatique) qui tiennent relativement peu compte de ces histoires de pollution. mais il y commercialisent des modeles a faible VA, peu évolués techniquement.

Par

En réponse à moulache

@gros mytho "il n' y a rien à expliquer :ils ont triché comme les copains concurrents,"

Komme vvé tu veux dire ..,,!!

Komme Renault aussi. :redface:

Par

En réponse à gordini12

On n'apprends rien de palpable de cet article. tout ce que je peux en déduire, c'est que Suzuki est un bricoleur.

Si un constructeur n'a pas les moyens de faire les tests législatifs, pourquoi pourrait il commercialiser des véhicules. De plus, comment les instances d'homologations ont elles pu être bernées à ce point.

l'article manque sérieusement de documentation et de consistance!!!

En France, les constructeurs présentent la voiture à l'UTAC, et c'est ce dernier qui effectue les tests pour son homologation NEDC

Dans certains pays, ce sont les constructeurs qui font eux meme les tests,avant de communiquer les résultats aux autorités.

Par

A propos de l'UTAC tiens, on est aujourd'hui le premier juin.... et toujours pas de communication des résultats des 100 autos choisies de manière aléatoire dont la résultante devait être communiquée en intégralité avant le 31 décembre dernier....

Je suggère à cet organisme d'état de reprendre le début du communiqué Suzuk' :

" "après la crise financière internationale de 2008, la charge de travail accrue pour développer....."

et de le terminer comme bon leur semblera pour expliquer cette pantalonnade....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire