Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Voiture électrique : un marché triplé d'ici 2020 en France

Voiture électrique : un marché triplé d'ici 2020 en France

La voiture électrique a officiellement franchi la barre des 100 000 exemplaires en France en circulation depuis sa création, il y a plus de trente ans. Aujourd'hui, la croissance est forte, et si l'on suit la courbe, nous arrivons à un marché à plus de 350 000 unités d'ici deux à trois ans seulement.

C'est une première plutôt remarquable : la Renault Zoe, la petite électrique du groupe Renault, a réussi à se hisser au Top 20 des ventes aux particuliers, toutes motorisations confondues, sur les trois premiers mois de l'année. Evidemment, il faut y voir la période de popularité de la Zoe dont la nouvelle version ZE 40 permet d'effectuer plus de 300 km sur une charge en conditions réelles. Mais c'est aussi une prémisse du paysage automobile de demain, puisque la croissance du segment est une des plus fortes.

 

Il faut dire que la voiture électrique part de loin avec seulement 1,1 % de part de marché en France. Nous avons enfin dépassé les 100 000 exemplaires en circulation en France récemment, et selon l'Avere (association nationale pour le développement de la mobilité électrique), 350 000 véhicules 100 % électriques seront en circulation en France d'ici 2020. 2020, justement, c'est demain, et cela signifie que le marché de la voiture électrique va exploser : il reste 250 000 véhicules électriques à vendre pour atteindre cet objectif en deux ans et demi. En sachant qu'il s'est vendu l'an dernier un peu plus de 27000 unités, il faudra que le marché soit multiplié par 4 dès cette année pour que la voiture électrique atteigne cet objectif.

 

Avec l'arrivée de l'Opel Ampera-e, de la Tesla Model 3 l'an prochain et des ventes progressives de la Renault Zoe ZE 40, nous pourrions effectivement y arriver. Mais cela pèserait alors bien plus lourd sur les dépenses gouvernementales, puisque rappelons que les clients ont droit à 6000 € de bonus sur l'achat d'une électrique. Pas sûr, donc, que ce genre d'aides tienne dans le temps, surtout si les malus écologiques ne suffisent plus à compenser...

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sans moi.

Je garde mon 4x4 diesel jusqu'à la fin. J'ai quand même eu 250 euros de bonus lors de son achat il y a 5 ans

Par

Ce qui serait intéressant de préciser c'est la répartition entre vente aux particuliers et aux professionnels.

Par

En titre "Voiture électrique : un marché triplé d'ici 2020 en France"

Dans le texte " il faudra que le marché soit multiplié par 4 dès cette année".

Par

" En sachant qu'il s'est vendu l'an dernier un peu plus de 27000 unités, il faudra que le marché soit multiplié par 4 dès cette année pour que la voiture électrique atteigne cet objectif. "

Bonne chance les gars....et comme il est indiqué en fin d'article, tout ce bel édifice est bien endendu conditionné pour large partie à la volonté politique ou non de maintenir les subventions à Bobo...

Idem pour l'interdiction plus ou moins forte d'interdire l'entrée des véhicules thermiques dans des zones urbaines plus ou moins vastes.

Bref, on change de président et de parlement dans quelques semaines : de là viendront les orientations.

En attendant, on paye des fonks bossant à l'Avere (association nationale pour le développement de la mobilité électrique).

Vous croyez qu'ils feront partie des 500 000 postes supprimés par le Sinistre Fillon ?

Par

100 000 en circulation.

Êtes vous sûr ?

C'est 100 000 vendues en 30 ans où 100 000 actuellement en circulation ?

En tout état de cause pour vendre 200 000 véhicules en 3 ans il va falloir carburer !!!

Même en se vendant "bien", la star de la catégorie qu'est la Zoé ne fera en france que 25-30 000 ventes annuelles.

Et elle représente 60-70% du marché.

Par

pour ma part, je suis prêt dès aujourd'hui à mettre 15 à 18k€, batteries incluses, dans une citadine (segment B) électrique de 70-100cv permettant de faire minimum 150km quelles que soient les conditions (froid intense + chauffage en roulant à 110 sur autoroute).

ou bien prendre une électrique en location pour 150 € par mois pour faire minimum 15000 km par an.

le but: m'en servir pour faire mes 2x50 bornes par jour (aller-retour au taf).

je vais voir si d'ici 2020, ça devient jouable. si oui, je pense y passer, tout en gardant ma caisse thermique pour les longs trajets.

en attendant, aucune ne remplit encore malheureusement ce cahier des charges.

à noter que si l'autonomie et le prix sont de sérieux freins à l'achat d'une VE, je vois malgré tout un avantage intéressant à la VE: celui de pouvoir rouler quand les CGTistes bloquent les dépots de carburant. ce qui ne manquera pas d'arriver sur les 5 ans à venir...

Par

En réponse à roc et gravillon

" En sachant qu'il s'est vendu l'an dernier un peu plus de 27000 unités, il faudra que le marché soit multiplié par 4 dès cette année pour que la voiture électrique atteigne cet objectif. "

Bonne chance les gars....et comme il est indiqué en fin d'article, tout ce bel édifice est bien endendu conditionné pour large partie à la volonté politique ou non de maintenir les subventions à Bobo...

Idem pour l'interdiction plus ou moins forte d'interdire l'entrée des véhicules thermiques dans des zones urbaines plus ou moins vastes.

Bref, on change de président et de parlement dans quelques semaines : de là viendront les orientations.

En attendant, on paye des fonks bossant à l'Avere (association nationale pour le développement de la mobilité électrique).

Vous croyez qu'ils feront partie des 500 000 postes supprimés par le Sinistre Fillon ?

pour le moment, les sondages (pas fiables certes, mais pas non plus complètement à l'ouest) parlent d'une victoire de Macron. et si j'en juge tous les socialos qui sont prêts à le rejoindre, on est bien parti pour 5 nouvelles années de socialisme, avec donc continuité des actions en cours: autophobie, plus de diésel, bonus électriques, augmentation des malus sur les thermiques, toujours plus de pseudo-écologie...

bref, mieux vaut pas trop compter sur le prochain gouvernement pour un changement de trajectoire.

une des raisons pour laquelle je songe sérieusement à l'achat d'un VE dans les années à venir (sous réserve que les prix baissent, bonus compris).

Par

En réponse à mynameisfedo

pour le moment, les sondages (pas fiables certes, mais pas non plus complètement à l'ouest) parlent d'une victoire de Macron. et si j'en juge tous les socialos qui sont prêts à le rejoindre, on est bien parti pour 5 nouvelles années de socialisme, avec donc continuité des actions en cours: autophobie, plus de diésel, bonus électriques, augmentation des malus sur les thermiques, toujours plus de pseudo-écologie...

bref, mieux vaut pas trop compter sur le prochain gouvernement pour un changement de trajectoire.

une des raisons pour laquelle je songe sérieusement à l'achat d'un VE dans les années à venir (sous réserve que les prix baissent, bonus compris).

Que ce soit Macron ou un autre, l'écologie est devenue quelque chose de très important en France.

Donc l'autophobie sera présente, regardez le nombre de voitures qu'ont les candidats à la présidentielle, une moyenne sans doute en dessous de 1 par candidat.

Par

Pour arriver à 350000 véhicules électriques en 2020 (...fin 2020), il faut que le marché soit multiplié par 1,36 chaque année.

Et pour y arriver, il faut que l'offre s'élargisse et que les prix baissent, avec, ou sans subvention.

"Avec ce rythme de croissance, le parc de VE devrait dépasser les 350 000 véhicules en 2020 (*), estime l’Avere.

Pour y parvenir, souligne Joseph Beretta, Président de l’Avere-France, "l’accompagnement des pouvoirs publics tout au long de cette phase de mutation est essentielle.

Alors que les élections présidentielles approchent, il est fondamental que le prochain gouvernement s’engage sur une politique claire vis-à-vis de la filière électromobile pour les cinq prochaines années", dit-il."

Par

.... l'endettement d'un pays qui est plus ou moins de 100% est bien entendu quelque chose de négligeable hein....

alors tripler ou quadrupler le montant des subventions, et se priver de facto des recettes fiscales XXL de la distribution des carburants fossiles + de nombreuses recettes de stationement... si t'as vraiment envie de devoir retrouver tout ça dans d'autres formes de taxation...

Ajoute à ça l'implantation territoriales de dizaines de milliers de bornes... qui ne seront pas sitôt érigées qu'il faudra les reprendre car on passera bien entendu à l'induction ( ou toute autre technologie bien moins contraignante que ces câbles crado ).....bref !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire