Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Volkswagen repasse à l'offensive aux Etats-Unis

Dans Economie / Politique / Industrie

Volkswagen repasse à l'offensive aux Etats-Unis

Après l’affaire du dieselgate et ses conséquences directes ou indirectes, on aurait pu penser que le groupe Volkswagen allait faire une croix sur le marché américain. Eh bien, il semblerait que non. Le géant prévoit même un vaste plan de relance.

Pertes financières, échecs commerciaux et surtout scandale des émissions truquées pour les moteurs diesel, pas de doute, la vie américaine de Volkswagen est loin d’être un long fleuve tranquille. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les chiffres de vente. Ainsi, sur les neuf premiers mois de l'année 2015, Volkswagen n'avait vendu aux États-Unis que 264 200 voitures, soit deux fois moins qu'en Allemagne, et dix fois moins qu'en Chine. Résultat : seulement 2 % du marché, et la situation s’est encore dégradée avec le dieselgate, qui a entraîné une chute des ventes de près de 13 % sur le premier trimestre de cette année. Inutile de vous dire qu’on est très loin des espérances des dirigeants et d’un succès commercial. Pourtant, malgré ses difficultés, le constructeur allemand est loin de baisser les bras. Bien au contraire. VW veut s’affirmer. Un renouveau qui passera par le SUV avec le lancement de 19 nouveaux modèles d’ici 2020 sur les deux continents contre deux actuellement.

 

Volkswagen Atlas
Volkswagen Atlas

Les prémices de cette nouvelle stratégie ont été aperçues à l’occasion du dernier salon de Los Angeles, qui vient de fermer ses portes où Volkswagen a présenté l’Atlas, un très gros SUV 7 places mesurant 5,04 m de long et 1,98 m de large. Une taille proche de celle du Touareg, donc adaptée au marché européen mais à l’équipement moins haut de gamme. Ce nouveau modèle sera par ailleurs fabriqué sur place dans l’usine de Chattanooga (Tennessee) inaugurée en 2011.

 

L’autre axe par la reconquête de la confiance des consommateurs et des autorités. Et bizarrement, c’est toujours lors de ce salon que Volkswagen a dévoilé sa nouvelle génération e-Golf disposant d’une autonomie de 300 km. De l’autre côté de l’Atlantique, à quelques jours d’intervalle, c’était version restylée de cette même compacte qui avait les honneurs des médias. Deux continents : deux objectifs bien distincts.

Comme pour tous les constructeurs, les États-Unis sont un marché essentiel. Volkswagen le sait bien mais la firme de Wolfsburg sait également que cette reconquête sera longue, très longue, environ 10 ans selon les experts.

Mots clés :

Volkswagen

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ww vend 2 fois moins qu'en allemagne...

mais il va pas faire l'impasse sur 27O OOO ventes!!!

il va leur vendre des voitures essence...

et sans doute seulement 2OO OOO par an quelques années...

si ils veulent vendra au USA...

ils doivent installer des usines!!!

les usa faut prendre une assurance!!!

sinon on se fait un jour taper sur les doigts!!

l'assurance?

c'est des emplois ricains!!!

les japonais vendent au USA...

et sortent couverts!!!

Par

qu'ils fassent gaffe chez Vw aux Usa; il y a l'affaire, le "Tfsi gate"en cours, donc ils ont interêt à être clean aux States, que leurs moteurs essence soit 100% réglo

Par

Gignac, Ils ont déjà des usines aux USA

Par

Ils vont encore leur fourguer leurs vehicules vérolés...

Par

Les Américains vont résister au moutonisme :dodo:

Par

Euh..l'Atlas est fabriqué aux US,mais c'est pour le marché russe.Il n'a pas l'homolagation pour le marché américain.(si j'ai bien compris l'article américain)

Par

"Volkswagen peut générer des bénéfices sur le dieselgate

Aux USA, Volkswagen ne devra pas uniquement payer de lourdes amendes et indemniser ses clients (tous deux faisant partie d’un arrangement de quelques 15 milliards $). Ils doivent aussi investir dans des projets liés aux véhicules électriques. Pour ce faire, il faudra y investir 2 milliards $.

Et les bénéfices ?

Bornes de chargement, voitures électriques, une division auto spécifique pour les VW électriques… tout peut s’appliquer dans les limites de l’arrangement. Mais Volkswagen, contraint à cette dépense par punition, ne pouvait espérer mieux. L’arrangement avec le gouvernement américain ne stipule nulle part que l’entreprise ne puisse faire de bénéfices sur ces investissements. Si l’entreprise se lance dans des projets rentables, elle pourra toujours en garder la plus-value."

Par

Par contre ils vont commencer à générer des procés en Europe , jurisprudence allemande oblige.....1ére condamnation reconnue du logiciel truqueur illicite...

Par

Disposant d'une implantation locale, VW aurait tord de ne pas continuer son développement aux USA, d'autant que les portes sont pour un bon bout de temps fermées pour les autres constructeurs, notamment et surtout européens.

Par

WAG va baisse son Futal........:fresh:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire