Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Maxi-fiche fiabilité : que vaut l'Opel Astra 3 en occasion ?

Maxi-fiche fiabilité : que vaut l'Opel Astra 3 en occasion ?

Dates clés

  • Commercialisation à partir d'avril 2004. Break : juillet 2004 et GTC : février 2005. Restylage en janvier 2007. Fin de commercialisation entre janvier (pour la berline) et décembre 2010 (pour le GTC). Quelques modèles en stock ont pu s'écouler après ces dates.
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

Il est question ici de la troisième génération d'Astra, dite Astra H, commercialisée de début 2004 à fin 2010. Elle a existé en version 5 portes, coupé GTC (dont une tonitruante version sportive OPC), break et même en coupé-cabriolet, dont nous ne parlerons pas ici. Si son esthétique extérieure, bien que sobre, peut séduire, surtout en GTC, elle est dans l'habitacle très classique, voire un peu triste même si quelques plastiques type aluminium viennent égayer l'ambiance. Ses atouts sont un bon rapport prix équipement, une finition soignée et surtout une bien meilleure tenue de route que ses devancières. Mais cela ne doit pas faire oublier un relatif inconfort, peu d'aisance à l'arrière pour les passagers et quelques soucis de fiabilité qui sont venus ternir le tableau, surtout pour les modèles diesel, assez rugueux au demeurant. Ses tarifs en occasion en font cependant une bonne affaire, si vous choisissez les meilleures versions.

Caradisiac a aimé

  • La qualité de finition
  • La tenue de route
  • L'équipement
  • Le volume de coffre, surtout en break

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'habitabilité arrière
  • L'accessibilité du coffre du GTC
  • Le confort ferme
  • La fiabilité des diesels
  • Les coûts d'utilisation et d'entretien

Nos versions préférées

  • III GTC 1.6 TURBO 180 COSMO
  • III BREAK 1.7 CDTI 125 FAP COSMO

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • La qualité de finition : cette génération d'Astra est au niveau de ce qui se fait de mieux à l'époque, à savoir une Volkswagen Golf. Et les assemblages sont bons.
  • La tenue de route : très saine. Il faut pousser l'Astra 3 dans ses retranchements pour voir le comportement se désunir. Très bonne option de châssis adaptatif IDS+.
  • L'équipement : elle offrait à l'époque des raffinements technologiques inconnus de la concurrence, notamment française, comme un châssis adaptatif à suspension pilotée, l'éclairage directionnel adaptatif bi-xénon, etc.
  • Le volume de coffre : il affiche 350 litres officiellement, et est très logeable. Seul seuil de coffre est un peu haut sur le coupé GTC. Le break est un des plus volumineux de la catégorie avec 500 litres et tout est exploitable.

Ce qui peut faire hésiter

  • L'habitabilité arrière : elle est assez réduite en largeur et en espace aux genoux. La place du milieu est inconfortable.
  • Le confort : les suspensions sont fermes, voire très fermes, et la sellerie est également assez dure. Cela dégrade le confort, surtout sorti des autoroutes.
  • L'accessibilité du coffre du coupé GTC : le seuil est situé haut et cela crée une grosse marche avec le fond du coffre. Il faut soulever les valises pour les sortir.
  • La fiabilité des diesels : vous le verrez, elle est loin d'être assurée.
  • Les coûts d'utilisation : les pièces détachées sont chères, et les révisions pas données. Dommage.

Budget

Achat / Cote :

Neuve, l'Astra n'était pas spécialement donnée, sauf en finition de base. Mais le rapport prix équipement était toujours convaincant. En occasion, les cotes sont très basses pour les essences, et dans la moyenne pour les diesels, et l'on retrouve toujours un bon rapport prix/prestation face à la concurrence de même âge/même kilométrage.

Consommation :

Le bilan n'est pas spécialement flatteur. En essence, les moteurs atmosphériques sont assez gourmands et parfois sous-dimensionnés ce qui oblige à "tirer" dessus. Les moteurs turbo sont aussi assez énergivores sauf le récent 1.6 turbo 180 ch. En diesel, les consommations sont évidemment plus basses mais rien de record. Les mécaniques TDI de chez VW, dCi ou HDI de chez Renault et PSA sont plus efficientes à l'époque.

Assurance :

Dans la catégorie des compactes les primes sont souvent très proches. Et en effet, l'Opel est dans la bonne moyenne. Un peu moins chère qu'une VW Golf mais un peu plus qu'une Renault Mégane ou qu'une Ford Focus. En tout cas pas de mauvaise surprise à craindre.

Prix des pièces :

Elles ne sont pas données ! Si les plaquettes et filtres sont abordables, les plus gros consommables (disques, embrayage, amortisseurs), et surtout alternateur, démarreur ou injecteurs, qui sont sujets à nombre de défaillances, sont très chers. Opel est à ce titre encore plus cher que Volkswagen. Presque au niveau d'un constructeur Premium, ce qui rend moins séduisants ses prix abordables à l'achat.

Entretien :

Les intervalles d'entretien sont fixés à 30 000 km ou 1 an, pour tous les moteurs. Les tarifs pratiqués par le réseau de concessionnaires sont assez élevés, mais plus abordables comme d'habitude chez les agents. Opel pratique des tarifs de MO dignes parfois d'Audi. Presque tous les moteurs sont à courroie de distribution (sauf 1.3 CDTI 90) et les échéances sont comprises entre 8 et 10 ans ou 90 000 à 150 000 km selon la cylindrée et la puissance. Un surcoût alors à ne pas négliger

Fiabilité

Description :

En terme de fiabilité, on ne peut pas véritablement parler de tranquillité. Même si cette génération est en progrès par rapport à la précédente, les soucis sont tout de même assez nombreux. Ils touchent essentiellement les blocs diesel, qu'ils soient d'origine Isuzu (1.7 CDTI) ou Fiat (1.3 et 1.9 CDTI). Les blocs essence, mis à part quelques soucis de bobines, sont épargnés, même le 2.0 T 240 ch de la version OPC. Ensuite, sortis des aléas mécaniques, l'Astra a aussi quelques soucis électroniques ou de finition, mais moins graves. Les dysfonctionnements ont également perduré assez longtemps malheureusement, il faut attendre 2010 pour pouvoir conseiller un achat. Avant, la fiabilité n'est pas garantie.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Volant moteur. Soucis récurrents de cet organe, qui entraîne le remplacement de l'embrayage également. Surtout sur le 1.9 CDTI 120.
  • Turbo. Sur 1.9 CDTI 120 et 150, faiblesse du turbo jusque fin 2006, début 2007. Sur 1.7 CDTI 100, même faiblesse, soit casse, soit grippage de l'axe de l'actionneur du turbo avec perte de puissance "simple".
  • Injecteurs. Sur 1.7 CDTI 100 essentiellement, faiblesse courante des injecteurs, avant 100 000 km.
  • Alternateur. Grosse maladie de l'Astra, les alternateurs rendent presque tous l'âme avant 80 000 km, et parfois bien plus précocement. Et ça peut revenir. En réalité, seule la poulie est en cause le plus souvent. Les remplacements ont souvent été pris en garantie la première fois, mais pas en cas de récidive.
  • Démarreur. Pannes moins fréquentes que pour l'alternateur mais également expérimentée par des nombreux propriétaires.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Vanne EGR. Sur tous les moteurs diesel, encrassement répété de cette vanne, avec mise en mode dégradé du moteur. Il faut nettoyer ou remplacer. Comme pour l'alternateur, souvent pris en garantie la première fois mais plus ensuite.
  • Durits. Faiblesse aléatoire et parfois inexpliquée des Durits de refroidissement.
  • Collecteur d'admission. Faiblesse de ce dernier, le plus souvent à cause des clapets de turbulence, et essentiellement sur le 1.9 CDTI.
  • Bobines. Surtout sur le 1.6 essence 105/115 ch, faiblesse des bobines d'allumage.
  • Radiateur. Essentiellement sur 1.9 CDTI, fuite de liquide refroidissement au niveau du radiateur de refroidissement. Un rappel a eu lieu pour remédier à ce défaut.
  • Climatisation. Aléas dus au condenseur ou au compresseur. Occurrence moins élevée que pour d'autres soucis cependant.
  • Boîte de vitesse. Sur le 1.3 CDTI 90 essentiellement, cas de casse de la boîte de vitesse, avant 80 000 km. Il faut alors insister pour que la garantie prenne en charge.
  • Frein à main. Il peut geler par températures négatives, ce qui bloque le câble dans sa gaine et empêche de desserrer correctement le frein. Au pire une casse du câble peut survenir, nécessitant un remplacement complet.
  • Filtre à particules. sur les modèles équipés, risque de colmatage ou de mauvaise régénération du FAP. Nécessite une régénération en atelier.

Aspect extérieur :

  • Phares. Les optiques jaunissent et ternissent avec le temps
  • Feux. Possible apparition de condensation dans les feux arrière ou les antibrouillards. Si elle demeure, un remplacement s'impose, sous garantie évidemment.

Finition intérieure :

  • Plage arrière. Ses fixations peuvent rompre.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • ABS/ESP. Possible allumage du voyant. Souvent furtif. Mais nécessite parfois une reprogrammation ou la vérification des capteurs.
  • Boîtier CIM. Il gère certaines fonctions électroniques dans l'habitacle comme le Klaxon ou les commandes au volant. Il peut présenter des faux contacts, ou être défectueux ce qui oblige à un remplacement. À faire prendre en garantie car ce n'est pas une pièce d'usure.
  • Vitres électriques. Le dysfonctionnement concerne à 90 % la vitre arrière gauche. La cause est le plus souvent une rupture du câble électrique dans la gaine qui passe dans la portière.
  • Autoradio. Bugs fréquents. Soit absence de son, soit impossibilité de l'allumer ou de l'éteindre, soit blocage des CD à l'intérieur. Un reset en retirant puis remettant le fusible correspondant peut suffire. Si ce n'est pas le cas, un remplacement de poste est à envisager.
  • Compteurs. Sur quelques exemplaires et sur les premiers milliers de kilomètres, un tremblement des aiguilles a pu être observé, sans gravité et à disparition souvent spontanée (si si).

Rappel de rectification en concession :

  • Novembre 2006 : sur les 1.9 CDTI 150 BVA produits jusqu'en juillet 2006, serrage insuffisant du plateau d'entraînement du convertisseur.
  • Juillet 2007 : rappel pour remédier à l'oubli du montage des butées des jambes de force des amortisseurs sur quelques exemplaires fabriqués entre juillet 2005 et novembre 2006.
  • Septembre 2007 : sur 1 489 exemplaires 1.8 16v essence, fabriquées jusqu'en juillet 2007, pour défaillance du débitmètre.
  • Mai 2009 : retour au garage pour 3 669 exemplaires équipés du 1.3 CDTI 90 produit de 2007 à 2009. Risque d'allumage intempestif du témoin SVS. Mise à jour logicielle à effectuer.
  • En dehors de ces rappels, de nombreuses "opérations de service", qui ne font pas l'objet d'un envoi de courrier mais parfois seulement d'un appel du concessionnaire ou d'un sms, ou réalisées lors d'un passage en atelier. Entre autre :
  • Février 2005 : Durit de refroidissement sur 1.9 CDTI, mars 2005 : boulon de fixation du limiteur d'ouverture de porte, août 2005 : étalonnage du calculateur moteur sur 1.9 CDTI, septembre 2005 : remplacement flexible d'admission de chauffage sur 1.9 CDTI, décembre 2006 : mise à jour pour éviter colmatage du filtre à particule, août 2007 : remplacement de démarreur sur 1.3 CDTI car démarreur trop faible, décembre 2011 : montage d'une attache sur la tringlerie d'essuie-glaces, etc.

Meilleures versions

En Diesel : III BREAK 1.7 CDTI 125 FAP COSMO

S'il faut choisir la meilleure version diesel, autant se porter sur le 1.7 CDTI d'origine Isuzu. Pas exempt de défauts (voir partie fiabilité), il échappe cependant aux autres soucis du 1.9 CDTI d'origine Fiat. D'autant que cette version 125 chevaux, arrivée en milieu de carrière a été quelque peu fiabilisée, ce qui n'est pas un mal. Il reste rugueux mais est plus performant et consomme pour le coup raisonnablement par rapport à sa puissance. La finition Cosmo est idéale pour avoir l'essentiel et le superflu. Et la carrosserie break vous offre un coffre très logeable pour un gabarit encore contenu. Mais la berline est également fréquentable.
Commercialisation : 2007
Puissance fiscale : 7
Puissance réelle : 125
Emission de CO2 : 145 g/km
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En Essence : III GTC 1.6 TURBO 180 COSMO

En essence, c'est sans conteste cette version 1.6 Turbo de 180, qui remplace avec bonheur l'ancien 2.0 T 170, qui se révèle la meilleure. Disponible uniquement sur le coupé GTC, il ne sera peut-être pas choisi par les familles cependant. Il est performant, beaucoup plus sobre que son prédécesseur. La finition Cosmo correspond au haut de gamme et est richement dotée. Rare sur le marché, il faudra vous armer de patience pour trouver un exemplaire à votre goût...
Commercialisation : 2006
Puissance fiscale : 11
Puissance réelle : 180
Emission de CO2 : 185 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

SPONSORISE

Avis Opel Astra 3

Essais Opel Astra 3

Forum Opel Astra 3

Par Medrbt le 04/08/2022 à 23:31

Commentaires ()

Déposer un commentaire