Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Vos 6 avis Bmw Serie 5 E28

16,4/20

(6 avis)

Avis Bmw Serie 5 E28

Ordre de tri

 

Serie 5 E28 520I (1987)

Par  le 29 Mai 2015 à 17h05

Bonjour à toutes/tous,J’ai eu une 528i e28 de 1987, le hasard de la vie m'a fait racheter une e28, cette fois une 520i, mais dans sa rare version Executive, appelée Edition à l'étranger, notamment en Allemagne. Intérieur :L’intérieur vieillit bien. Pas de couinements intempestifs, une belle qualité de fabrication et une très bonne finition, comme on savait le faire à l’époque. Il arrive tout de même que le tableau de bord se fende suite à une longue exposition au soleil au fil des années. Dans l'Executive, on retrouve un équipement standard intéressant: baguettes noires au lieu d'être chromées (shadowline), toit ouvrant, volant 3 branches sport, sellerie velours spécifique, appuie-tête arrière, 3 couleurs metallisées du plus bel effet, dont le superbe Diamantschwarz metallic, ABS, vitres électriques avant, jantes BBS nid d'abeille ou TRX. Comme sur toute e28, la visibilité périphérique est bonne, et on a vite en main le gabarit de la voiture. L’instrumentation est lisible et claire, l’ergonomie bien étudiée, et la position de conduite excellente. Il est possible de monter des intérieurs cuirs confort ou sport sans difficulté. La console centrale est orientée vers le conducteur comme sur de nombreux modèles de la marque. Extérieur : Concernant le look, c'est agressif et sobre à la fois, personnellement j'aime beaucoup. Il faut se faire à l'idée de ne pas forcément passer inaperçu et d'être contrôlé par les forces de l'ordre plus facilement que dans une voiture française passe-partout...La carrosserie est assemblée avec soin et c'est solide. Méfiez-vous des jours irréguliers entre les différents éléments qui peuvent révéler un choc pas forcément bien réparé. Attention à la corrosion : contrôlez baie de pare-brise, bac de roue de secours, pourtour de la lunette arrière, coupelles d’amortisseurs, bas de caisse et points d’ancrage du cric, longerons, ailes… Attention au sel sur la route : rincez la voiture pour éliminer celui-ci pour éviter tout risque de dégradation de la carrosserie. Les peintures résistent plutôt bien et sont joliment appliquées. Il arrive sur certains modèles que le vernis s’écaille lorsque la voiture a été très exposée aux aléas de la météo.D’origine, de nombreuses e28 étaient équipées de jantes TRX, très belles mais qui n’acceptent que les TRX Michelin millimétriques (hors de prix en neuf). Il existe de nombreuses jantes chez BMW qui peuvent s’adapter sans difficulté à la voiture, sans dénaturer son style. Conduite :Concernant la 520i e28 , la conduite de la voiture est très agréable. La tenue de route est bonne, et la voiture plutôt légère (1220kg) pour sa taille, ce qui la rend plutôt agile. En conduite sportive, elle peut se révéler rapide, bien qu' un peu molle lors des relances avec le pont long de série. Le moteur manque en effet de couple, et il faut le cravacher et l'emmener à au moins 4000 tours pour qu'il se réveille vraiment, et la boîte mal étagée n'arrange rien. Mais quelque soit le régime, la sonorité du bloc est très mélodieuse et agréable à l'oreille sans jamais être assourdissante. Pour gagner en tonus, un simple pont plus court change l’auto, et encore, je ne parle pas de modifications des trains roulants, de l’installation de jantes plus larges, de pont autobloquant… Ici, pas d’ESP, pas d’antipatinage, vous restez le seul maître à bord, ce qui est un régal en soi. Attention sous la pluie, l’arrière est baladeur lorsqu’on commence à jouer, bien qu'un peu moins que sur une e28 dotée du moteur M30.La direction est très bien calibrée, précise, et offre un excellent feeling de la route. Les freins sont efficaces et offrent un bon mordant (4 disques)d'autant que la voiture n'est pas si lourde. Bon point, l'ABS, pas si courant si les voitures anciennes. En conduite normale, la voiture est vraiment douce et sécurisante. En ville, l’e28 est docile, et bonne surprise, braque très bien. Les créneaux sont un jeu d’enfant, la direction étant très légère! Confortable, les longs trajets à son bord ne sont pas pénibles, vous pouvez faire 1000km sans ressentir de fatigue et sans mal de dos. Il faudra se faire à la course de l’embrayage très longue, mais c’est une des marques de fabrique de BMW. La boîte à gants est vaste, le coffre immense, l’espace intérieur généreux, sauf pour le passager arrière central, gêné par le tunnel de transmission. C’est une voiture silencieuse, ce qui ne gâche rien. Au niveau consommation, on reste sur des valeurs raisonnables même encore aujourd’hui à moteur équivalent: 9L/100km à 130km/h,et 6L à 90 pour une voiture 6 cylindres de presque 30 ans, c'est surprenant! Si vous avez le pied lourd en revanche, ça se gâte, mais rien d'atroce, le M20B20 n'étant pas aussi glouton que le gros 6 cylindres M30. Entretien :Facile et pas très onéreux. C’est une auto TRES fiable (je n'ai pas eu la moindre panne!)et tout est très facilement accessible. Bonne disponibilité des pièces, et remarquable durée de vie de celles-ci. Attention, ça reste BMW donc certains éléments coûtent cher. Distribution par courroie, peu coûteuse car aucune dépose du moteur n'est nécessaire. En général, l'opération ne vous coûtera pas plus de 400 euros, pour 60000 km de tranquillité (ou 5 ans je crois) Intervalle des vidanges : selon l’ordinateur de bord, en général entre 10000 et 12000 km.Pas cher à faire, et à réaliser une vidange sur deux : le jeux aux soupapes Vous pouvez même faire vous-même ces 2 choses en moins d’une heure car ce n’est pas compliqué du tout.Vidange liquide de freins et refroidissement tous les 2 ans. Vidange moteur/boîte tous les 30000km (c’est ce que je recommande pour être tranquille). Il faut simplement veiller à ce que le circuit de refroidissement soit en bon état. Le cylindre 6, côté habitable, est mal refroidi par rapport au premier, et les trop grands écarts de température peuvent déformer et fragiliser la culasse. Surveillez pompe à eau et calorstat. L’aiguille de température ne doit pas dépasser la moitié de la jauge lorsque l'auto est à température. ConclusionComme d’habitude chez BMW : n’ayez pas peur d’une auto au fort kilométrage, même de plus de 250 000km. Si elle a été bien suivie, et que la voiture est saine, vous pouvez y aller et la présence d'une courroie ne change rien. Comme toujours, fuyez les autos bricolées, tunées, et méfiez-vous d’une voiture au faible kilométrage car elle peut avoir été remisée longtemps sans tourner (dans ce cas, les joints pourraient avoir sécher et partir en morceaux en réutilisant l’auto… et il faudra ouvrir le moteur pour les remplacer…). Merci de m’avoir lu ! /!\ Les notations avec étoiles sont établies par rapport aux standards actuels.
Lire la suite de l'avis»

 

Serie 5 E28 528I (1987)

Par  le 14 Mai 2013 à 17h54

Bonjour à toutes/tous,J’ai eu une 528i e28 de 1987, revendue à regret pour une BMW plus récente. Voici ce que j’en retiens.Intérieur : L’intérieur vieillit bien. Pas de couinements intempestifs, une belle qualité de fabrication et une très bonne finition, comme on savait le faire à l’époque. Il arrive tout de même que le tableau de bord se fende suite à une longue exposition au soleil au fil des années. Personnellement je n’ai pas eu ce problème. La visibilité périphérique est bonne, et on a vite en main le gabarit de la voiture. L’instrumentation est lisible et claire, l’ergonomie bien étudiée, et la position de conduite excellente. Je recommande les sièges sports type M/// ou Alpina, comme j’avais (mais rare). On trouve aussi de beaux intérieurs cuir de belle facture et qui donnent un aspect luxueux et chaleureux à la fois. La console centrale est orientée vers le conducteur comme sur de nombreux modèles de la marque. Le check control, complètement kitch aujourd’hui, n’en demeure pas moins un outil formidable, car fiable et utile.Extérieur : Concernant le look, c'est agressif et sobre à la fois, personnellement j'aime beaucoup. Il faut se faire à l'idée de ne pas forcément passer inaperçu et d'être contrôlé par les forces de l'ordre plus facilement que dans une voiture française passe-partout...La carrosserie est assemblée avec soin et c'est solide. Méfiez-vous des jours irréguliers entre les différents éléments qui peuvent révéler un choc pas forcément bien réparé. Attention à la corrosion : contrôlez baie de pare-brise, bac de roue de secours, pourtour de la lunette arrière, coupelles d’amortisseurs, bas de caisse et points d’ancrage du cric, longerons, ailes… Attention au sel sur la route : rincez la voiture pour éliminer celui-ci pour éviter tout risque de dégradation de la carrosserie. Les peintures résistent plutôt bien et sont joliment appliquées. Il arrive sur certains modèles que le vernis s’écaille lorsque la voiture a été très exposée aux aléas de la météo.D’origine, de nombreuses e28 étaient équipées de jantes TRX, très belles mais qui n’acceptent que les TRX Michelin millimétriques (hors de prix en neuf). Il existe de nombreuses jantes chez BMW qui peuvent s’adapter sans difficulté à la voiture, sans dénaturer son style.Conduite :Concernant la 528i e28 (je n’ai pas testé d’autres motorisations), la conduite de la voiture est très agréable. La tenue de route est bonne, et la voiture plutôt légère (1300kg environ) pour sa taille, ce qui la rend plutôt nerveuse. En conduite sportive, elle peut se révéler rapide, mais un peu molle lors des relances avec la configuration boîte 5 normale/pont long. Un pont plus court et/ou une boîte sport avec la 1ère en bas transfigurent l’auto, et encore, je ne parle pas de modifications des trains roulants, de l’installation de jantes plus larges, de pont autobloquant… Ici, pas d’ESP, pas d’antipatinage, vous restez le seul maître à bord, ce qui est un régal en soi. Vous disposez quand même de l’ABS et de la direction assistée. Attention sous la pluie, l’arrière est baladeur lorsqu’on commence à jouer. En revanche l’e28 sera sage en conduite coulée. Sinon, la direction est très bien calibrée, et offre un excellent feeling de la route. Les freins sont efficaces et offrent un bon mordant (4 disques) mais ne sont pas fait pour une conduite sportive prolongée : ils chauffent rapidement et perdent en efficacité. En conduite normale, la voiture est douce et sécurisante. En ville, l’e28 est docile, et bonne surprise, braque très bien. Les créneaux sont un jeu d’enfant ! Confortable, les longs trajets à son bord ne sont pas pénibles, vous pouvez faire 1000km sans ressentir de fatigue et sans mal de dos. Il faudra se faire à la course de l’embrayage très longue, mais c’est une des marques de fabrique de BMW. La boîte à gants est vaste, le coffre immense, l’espace intérieur généreux, sauf pour le passager arrière central, gêné par le tunnel de transmission. C’est une voiture plutôt silencieuse, ce qui ne gâche rien. Au niveau consommation, on reste sur des valeurs raisonnables pour l’époque et même encore aujourd’hui à moteur équivalent: 9.5/10L en mixte en conduite paisible, 10 à 12 sur autoroute, 15L en ville. Si vous avez le pied lourd en revanche, ça se gâte. Pour peu que l’auto soit un minimum optionnée, elle se dote d’équipements encore largement dans le coup : fermeture centralisée, clim, cuir, vitres électriques, rétros électriques, toit ouvrant électrique etc…Entretien :Facile et pas très onéreux. C’est une auto TRES fiable (je n'ai pas eu la moindre panne!)et tout est facilement accessible. Bonne disponibilité des pièces, et très bonne durée de vie de celles-ci. Attention, ça reste BMW donc certains éléments coûtent cher. Distribution par chaine. Les 500 000km sont une formalité (et je n’exagère pas) si les entretiens sont faits en temps et en heure. Intervalle des vidanges : selon l’ordinateur de bord, en général entre 10000 et 12000 km. Pas cher à faire, et à réaliser une vidange sur deux : le jeux aux soupapes +contrôler au passage le serrage des écrous du canal de lubrification entre les culbuteurs. Vous pouvez même faire vous-même ces 2 choses en moins d’une heure car ce n’est pas compliqué du tout.Vidange liquide de freins et refroidissement tous les 2 ans. Vidange moteur/boîte tous les 30000km (c’est ce que je faisais pour être tranquille). Il faut simplement veiller à ce que le circuit de refroidissement soit en bon état. Le cylindre 6, côté habitable, est mal refroidi par rapport au premier, et les trop grands écarts de température peuvent déformer et fragiliser la culasse. Surveillez pompe à eau et calorstat. L’aiguille de température ne doit pas dépasser la moitié de la jauge lorsque l'auto est à température. ConclusionComme d’habitude chez BMW : n’ayez pas peur d’une auto au fort kilométrage, même de plus de 250 000km. Si elle a été bien suivie, et que la voiture est saine, vous pouvez y aller. Un ami en a une de 388 000 km (1985) et elle tourne comme une horloge. Fuyez les autos bricolées, tunées, et méfiez-vous d’une voiture au faible kilométrage car elle peut avoir été remisée longtemps sans tourner (dans ce cas, les joints pourraient avoir sécher et partir en morceaux en réutilisant l’auto… et il faudra ouvrir le moteur pour les remplacer…).Merci de m’avoir lu !/!\ Les notations avec étoiles sont établies par rapport aux standards actuels.
Lire la suite de l'avis»

Rechercher un avis

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE