Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Dans Guide fiabilité / Budget

Avec leur vignette Crit'Air 0 et la promesse de ne rencontrer aucune restriction de circulation, les véhicules électriques ont le vent en poupe, y compris sur le marché de l'occasion. Mais pour ceux qui ont un (tout) petit budget, que peut-on trouver en seconde main ? Faut-il se lancer dans l'achat d'un VE à tout petit prix ? Caradisiac vous dit tout.

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Les voitures électriques sont chères. C'est un constat. En neuf bien sûr, même si elles bénéficient d'un gros bonus écologique, qui ne fait que ramener leur prix à celui d'une auto thermique, et encore... Mais aussi en occasion !

En effet, après une grosse décote de façade, qui ne correspond en fait qu'à la prise en compte du bonus écologique, elles décotent assez lentement, en grande partie grâce à une demande soutenue.

 

Malgré cela, on commence à trouver des occasions à prix abordable, en particulier concernant les premiers modèles de la "nouvelle vague" (on ne parle pas des Citroën Saxo ou Peugeot 106 électriques des années 90) sortis sur le marché.

Ainsi, les premières Renault Zoé, Peugeot Ion ou Citroën C-zéro, âgées de presque 10 ans aujourd'hui, peuvent se trouver, comme quelques autres modèles, à moins de 5 000 €.

Mais à ce prix, faut-il foncer ? Ou au contraire fuir ?

Voyons cela au cas par cas.

 

 Voitures électriques d'occasion : une aide à l'achat de 1 000 €

Commençons tout de suite par informer que depuis le 8 décembre 2020, l'état propose une aide à l'achat de 1 000 €, pour une auto électrique d'occasion. Sans conditions autres que d'acheter un véhicule âgé de plus de 2 ans. Cela permet donc de minorer le prix d'achat. Il faut donc retirer 1 000 € à tous les prix que nous allons citer plus bas, pour obtenir le "vrai" prix d'achat en occasion.

 

 

Et à tout seigneur, tout honneur, commençons par celle qui a en quelque sorte démocratisé le véhicule électrique en France, et qui a été l'électrique la plus vendue chez nous pendant des années, à savoir la Renault Zoé.

 

La Renault Zoé

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Elle a été commercialisée en mars 2013, les premiers exemplaires ont donc aujourd'hui plus de 8 ans et demi.

Les annonces qui proposent un rachat de la voiture démarrent autour de 4 500 €. Bien sûr, on trouve des offres à moins de 200 € par mois, mais il s'agit d'offres en LOA ou en reprise de LOA en cours de route, et ce n'est pas ce qui nous intéresse ici.

Le rachat pur et simple s'accompagne le plus souvent de la location de la batterie. Oui, même pour un achat d'occasion, il faut continuer à louer la batterie. Il existe toutefois une possibilité de racheter la batterie à Renault, afin de devenir propriétaire entièrement de la Zoé. Mais c'est encore cher (le prix dépend de l'âge de l'auto).

Concernant la voiture en elle-même, il s'agit donc d'une première version de Zoé "R210", ou au mieux R240, avec une petite batterie de 22 kWh, qui autorise environ 130 km à 160 km d'autonomie à la base, un peu moins aujourd'hui. C'est bien moins que les dernières versions ZE40, à la capacité de batterie presque doublée, et même ZE50 pour la toute dernière version.

Ces Zoé chargent à 43 kW maximum pour la R210 ou la Q210 (Q pour Quick charge), 22 kW pour la R240. C'est désormais 50 kW pour les dernières ZE50.

Alors faut-il craquer pour un modèle à 5 000 €, qui aura entre 75 000 et 100 000 km, une faible autonomie et une recharge le plus souvent de 22 kW maximum ? Pas sûr que nous puissions vous conseiller ça. Sauf à vraiment parcourir de petits trajets, et pouvoir recharger chez vous tout le temps. 

Il vaut mieux se tourner vers une version ZE40 ou ZE50, mais elles démarrent à respectivement à 7 500 € et 12 500 €. Pas la même musique.

 

Renault Fluence

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Chez Renault toujours, le modèle Fluence, qui a existé en version 100 % électrique. Une adaptation de la Mégane 3 berline à coffre, moins bien finie, dotée d'un moteur de 95 ch et d'une batterie permettant en théorie 200 km maximum d'autonomie. En réalité, à peine 100 km, selon les conditions. Et une recharge en 8 à 10 heures sur une wallbox.

Le tout emballé dans une carrosserie pas très sexy, rallongée de 13 cm sur le porte-à-faux arrière pour loger les batteries, ce qui déséquilibre la ligne, et le comportement routier. Ce dernier étant décevant. En gros, les prestations ne sont pas au niveau.

Alors, payer au minimum 5 500 € à 6 000 € pour ce modèle, avec en plus la location de la batterie en sus ? C'est non. Franchement, ce n'est pas le bon plan...

 

Peugeot Ion et Citroën C-zéro (voire Mitsubishi i-Miev)

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Cette triplette représente, à l'instar des Peugeot 107/Citroën C1/Toyota Aygo, tout simplement une série de clones. La première ayant été la japonaise. Cependant, cette dernière est quasi introuvable en occasion, tandis qu'on peut dénicher quelques Ion et C-zéro pas trop chères.

Ces autos ont été commercialisées en 2010, avant même la Zoé, mais n'ont connu qu'un piètre succès. Elles étaient relativement chères et leurs prestations, inversement proportionnelles au prix. Tenue de route aléatoire, prise au vent, habitabilité réduite, petit coffre, rien que ça est déjà peu encourageant.

Si on ajoute une petite batterie de 16 kWh seulement et une autonomie réelle bien éloignée des 150 km théorique, soit environ 100 km, et plutôt 90 km pour les modèles les plus anciens, on s'éloigne alors de la voiture électrique idéale !

Même les prix en occasion ne sont pas si bas que ça : avec des offres à partir de 4 600 €, soit à peine moins cher qu'une Zoé, pour des millésimes 2011/2012, ayant plus de 80 000 km. C'est environ 6 000 € pour moins de 50 000 km.

Alors certes, cela fait une auto électrique maniable et facile à garer pour 3 600 €, aide de 1 000 € déduite, mais sincèrement, il y a mieux pour le prix, à commencer par une Zoé...

 

La Nissan Leaf

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Voilà une concurrente sérieuse sur le marché de l'occasion, face à la Zoé. La Leaf, de première génération évidemment (sortie en 2011) puisqu'il s'agit ici des modèles premiers prix du marché de la seconde main, ne boxe cependant pas dans la même catégorie. Elle est bien plus grande, 4,45 m contre 4,08 m, et est donc une compacte, pas une citadine polyvalente. Avec 330 litres de coffre, il faudra par contre limiter l'emport de bagages, c'est à peine mieux que la petite Renault.

Elle est également plus puissante que les premières Zoé, avec 109 ch et 280 Nm de couple. Et elle monte à 144 km/h contre 135 pour la Zoé. Par contre, sa batterie de 24 kWh ne promet qu'une autonomie moyenne de 100 miles, soit 160 km environ (200 km en cycle NEDC peu réaliste à l'époque), un chiffre que nous avons réussi à reproduire à l'époque lors de notre essai, à quelques kilomètres près.

La Leaf est par ailleurs une auto très semblable, au niveau des prestations, à une voiture thermique. Insonorisation, confort, performances. Tout est au niveau des berlines compactes de l'époque, sauf que c'est sans émissions de CO2 locales.

Alors, la Leaf ? Une bonne occasion ensuite ? 

Il faut savoir qu'elle était vendue à l'époque soit complète, soit avec location de batterie. En occasion, on trouve des modèles batterie incluse à partir de 7 000 €. Avec la batterie en location, c'est à partir de 5 300 € environ, auxquels il faut ajouter minimum 79 € par mois. Donc ça calme un peu.

En 2015, une batterie de 30 kWh est apparue (250 km d'autonomie NEDC). Ces versions sont plus chères en occasion, à partir de 8 500 €/9 000 €, mais sans location de batterie le plus souvent. On commence à s'éloigner de ce que l'on peut définir comme "bon marché" en tout cas. Mais ce sont de meilleures affaires au final, grâce à l'autonomie supplémentaire.

Faut-il alors craquer ? Oui, mais il faut bien demander un rapport sur l'état de fraîcheur de la batterie avant de signer. Car elles ont tendance à perdre plus de capacité, plus rapidement que dans d'autres modèles.

 

La Smart Fortwo ED

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

Cette puce des villes a été proposée en version électrique en 2010 en expérimentation, puis en 2012 officiellement. Au menu 41 ch, 135 Nm, une autonomie théorique de 135 km avec une petite batterie de 17,6 kWh, et toujours 2 places et un coffre de 220 litres.

Et c'est une stricte urbaine, plus encore avec un rayon d'action de 45 kilomètres réels (90 km d'autonomie pas plus dans la vraie vie). Ses performances sont insuffisantes sortie de la ville (vitesse maxi de 100 km/h), et même en ville il faut avoir le pied lourd pour rester dans le flot de la circulation. Et contrairement à d'autres électriques, elle n'est même pas silencieuse, avec un moteur électrique qui turbine derrière le conducteur.

Bref, à moins d'adorer son look, d'avoir besoin d'une auto de moins de 3m, et de rester cantonné aux hypercentres, inutile d'investir au minimum 5 000/5 200 € pour cette version 0 émission de la plus courte des autos du marché.

 

D'autres offres exotiques peu intéressantes

On ne parlera que succinctement des autres propositions à "pas cher" du marché : Bolloré Bluecar et Renault Twizy. La première est indigne à tous niveaux pour faire office de voiture personnelle. Sa batterie doit tout le temps rester branchée pour maintenir sa charge, car elle doit rester en température. Ce qui fait qu'elle consomme plus si on ne roule pas souvent, que si on roule régulièrement. Un comble ! Elle manque de confort, d'équipement, et son entretien ne sera pas aisé. Elle était on s'en souvient au départ destinée à faire uniquement de l'autopartage en location courte durée. On la trouve cependant à pas cher, il est vrai, et pour cause ! À partir de 4 300 €.

Une voiture électrique d'occasion à moins de 5 000 € : possible ! Mais souhaitable ?

La seconde est un quadricycle lourd, qui plafonne à 80 km/h en version avec permis, et 45 km/h en version sans permis. Sans confort, sans équipement. Et à partir de 4 000 € dans un état correct. À ne réserver qu'à des utilisations très spécifiques, ou récréatives.

 

Quant aux Tesla, impossible d'en trouver à moins de 28 000 €, d'où leur absence ici. CQFD.

 

LE BILAN

Pas fameuses ces occasions électriques pas cher. Autour de 5 000 €, ou moins, on a affaire à des modèles anciens, avec des autonomies qui apparaissent aujourd'hui comme très faibles, vu l'amélioration des nouveautés sur ce point. Que faire en effet, à moins de cibler très clairement ses besoins, d'une auto capable de parcourir seulement 80 à 90 km ?

Une première Zoé fait certes mieux (150 km) mais les dernières versions doublent ce chiffre !

Une compacte Nissan LEaf, plus consistante en prestations, et presque au même prix que la petite Renault, pourra être une bonne option cependant, si la batterie est en bon état.

Pour le reste, soyons clairs, il vaut mieux patienter, se constituer un pécule plus important, et opter dans 2 ou 3 ans pour des autos qui afficheront une autonomie plus conséquente, dont la plupart auront aussi abandonné l'idée de faire louer la batterie, même pour un achat en occasion, et qui auront des possibilités de recharge plus rapides. Pour avoir cela aujourd'hui, il faut compter au minimum 12 000 €. Pas vraiment "bon marché"... 

 

La fiabilité des voitures électriques

Bien sûr, elle n'est pas parfaite. Oui, il y a eu des cas de remplacement de moteurs sur les Renault Zoé, oui il y a eu des remplacements de batterie ou de chargeurs intégrés. Pareil sur la Nissan Leaf, et sur les autres. 

Mais en proportion, c'est assez rare. Et au global, la fiabilité des voitures électriques est meilleure que celle des thermiques. Un phénomène qui s'explique très simplement. Les seuls organes qui peuvent défaillir sont les moteurs, les batteries et l'électronique de gestion. 

Avec une électrique on évite tous les soucis liés aux : boîtes de vitesses, système de dépollution, embrayage, volant moteur, turbo, démarreur, alternateur, échappement, etc.

Et la plupart des systèmes électriques sont garantis 8 ans ou 160 000 km. De quoi voir venir.

 

 

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire