Dodge étoffe sa gamme en Europe. Son nouveau Crossover, le Journey est un mélange de berline, de SUV et de monospace. Un remplaçant crédible au Chrysler Voyager?

Essai vidéo - Dodge Journey : une Journey, pas deux

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Dodge Journey

165 g/km

Début de commercialisation du modèle :
Dodge Journey

Juin 2008

En tout juste 2 ans de présence sur le vieux continent, le constructeur américain Dodge ne chaume pas. Déjà 3 modèles commercialisés dont un joli succès enregistré avec le Caliber. C’est dans ce contexte que Dodge nous présente aujourd’hui son nouveau monospace, pardon son nouveau Crossover.
Un terme pour le moins galvaudé dans la gamme puisque chacun des modèles a semble-t-il du sang de Crossover dans les durits. Le Journey réunirait, d’où le terme Crossover, le meilleur de plusieurs segments : SUV, berline et monospace. Quoiqu’il en soit, ce nouveau modèle présente tous les aspects pratiques et esthétiques d’un monospace. 5 ou 7 places, une longueur qui avoisine les 5 mètres et une modularité bien pensée. Le constructeur ne le cache pas d’ailleurs, le Journey est une alternative à l’autre monospace compact du groupe, le Chrysler Voyager (court) qui a disparu en Europe.
Le constructeur compte bien profiter de ce créneau et de la synergie de groupe pour écouler son Journey à haute dose en France. « Au moins autant que le Caliber », concède Dodge.
Essai vidéo - Dodge Journey : une Journey, pas deux
Son physique exotique avec flancs élargis, calandre imposante et capot nervuré est sans conteste un atout dans ce segment où l’ensemble des modèles présents (hormis peut-être le C4 Picasso) affiche un mine triste et consensuelle. Le coloris Blanc nacré ou « Stone White » est d’ailleurs à recommander.
L’ambiance intérieure n’est malheureusement pas du même acabit. Les plastiques utilisés sont de bien piètre qualité et le niveau de finition nous ramène 10 ans en arrière. Une déception. De plus l’ergonomie de l’imposante console centrale a été bien mal pensée puisqu’une multitude de commandes y a été regroupée.
Essai vidéo - Dodge Journey : une Journey, pas deux
Mis de côté, ce désagrément est compensé par la modularité rayonnante de ce Journey. On pense notamment aux 5 ou 7 places proposées selon le niveau de finition, et à l’ingénieux système Tild’N Slide qui permet, d’un tournemain, un accès facile à ces dernières. L’espace de chargement est amplifié par le système de plancher plat et les nombreux bacs de rangement cachés dans le plancher ou sous les sièges (111litres). On compte au total 783 litres disponibles dans le coffre en configuration 5 places.
L’équipement proposé de série se situe dans la bonne moyenne du segment avec l’ESP, 6 airbags, le régulateur de vitesse, le control de la pression des pneus, la climatisation, l’autoradio MP3, les vitres électriques. On regrette le trop grand nombre d’équipements proposés en option. Généralement sous forme de pack à 1800 € en moyenne selon les niveaux de finition. Pack navigation : à partir de 1650 €, pack, Multimédia à partir de 1850 €, Pack Technologie partir de 2 800 €.

Caradisiac a aimé

  • Le look exotique
  • Le bon niveau d'équipement
  • La modularité et les nombreux rangements
  • Le volume disponible
  • Le confort général
  • Les tarifs accessibles

Caradisiac n'a pas aimé

  • La boite robotisée DCT lente et mal étagée
  • La consommation enregistrée avec cette boite
  • Le dynamisme absent
  • Une seule offre de motorisation
  • des tarifs accessibles, mais pas énormement compétitifs
  • La qualité des matériaux et l'ergonomie

Nos versions préférées

  • Dodge Journey 2.0 CRD BVM 7 places