Quand bien même utilitaire, c’est par son esthétique que le nouveau Ford Transit Connect retient l’attention. Car ce nouvel utilitaire Ford de moyen gabarit plaît. Ses lignes sont réussies, soit modernes et travaillées. Ce nouveau Transit Connect ne déroge pas à la règle maintenant bien établie dans le monde de l’utilitaire : il s’agit de s’approcher le plus possible des standards esthétiques en vigueur pour les véhicules particuliers. Les détails sont donc « léchés », comme la découpe des vitres des portières avant ou encore l’intégration des rétroviseurs à l’extérieur. Un détail en particulier trahit la plateforme sur laquelle ce Transit Connect de nouvelle génération a été conçu, celui de l’emplacement du réservoir, côté droit… comme sur les Ford Focus et Kuga avec lesquels ce nouvel utilitaire Ford partage son soubassement. Cela pourrait constituer un handicap sérieux lors de l’ouverture de la porte latérale, mais le constructeur américain a su contourner cet écueil. Pour le reste, il faudra juste intégrer qu’il ne sera pas possible de faire son plein avec la porte latérale ouverte…

En bref

Empattements L1: 3,0 m et L2: 3,4 m

Charge utile de 625 kg à une tonne

Le nouveau Transit Connect débute sa carrière commerciale auréolée d’un titre de gloire, à savoir celui d’utilitaire de l’année (« Van of the year ») 2014. Son constructeur s’enorgueillit de décrocher pour la deuxième année consécutive cette distinction (le Transit Custom ayant décroché ce titre pour l’année 2013) et tient à ce que cela se sache. Il a donc choisi de disposer le logo officiel à l’arrière de son véhicule, l’une des plus conséquentes fautes de goût que l’on aura pu relever sur ce Transit Connect. Sans doute décrocher ce titre n’était-il pas prévu et n’avait-il même pas été envisagé par les designers de la marque… Passons.

La nouvelle génération de Transit Connect est proposée en deux empattements, logiquement dénommés L1 et L2. Les empattements des Transit Connect L1 et L2, qui autorisent tous les deux le chargement de deux europalettes, atteignent respectivement 3,0 mètres et 3,40 mètres. Attention toutefois, toutes les combinaisons (motorisations, finitions, empattements) ne sont pas possibles, Ford préférant viser au plus juste, en fonction des attentes par catégorie de professions les plus courantes. Ce choix est judicieux car il privilégie l’efficience et les logiques industrielles. En termes de carrosseries spécifiques, Ford France semble particulièrement déterminé à développer une offre de frigorifiques conséquente, ce genre de véhicule se prêtant par définition aux transformations réalisées par des carrossiers spécialisés. Gruau devrait ainsi être de la partie ; Petit Forestier sans doute également… Notez que le Transit Connect ne sera pas proposé en version surélevée, pas plus qu’en châssis-cabine.


Prendre place à bord du Transit Connect, c’est être prêt à se laisser impressionner. L’habitacle de ce nouvel utilitaire ressemble plus que jamais à celui d’une voiture particulière. Ford est allé bien loin sur ce plan. Le style est donc particulièrement aiguisé, notamment au niveau des aérateurs et de la console centrale. L’usager Ford habituel ne sera pas dépaysé. Un autre type d’usager trouvera tout de même rapidement ses repères, aidé par les différentes possibilités de réglage. Si l’emplacement de certaines commandes derrière le levier de vitesses peut déranger au premier abord et passer pour un défaut flagrant d’ergonomie, la pratique tendra à démontrer qu’il sera possible de s’en accommoder. En termes de rangement, Ford n’a pas oublié que le Transit Connect est un utilitaire et qu’il est nécessaire de pouvoir déposer ici ou là des documents… en bataille. Une très large plateforme accrochée au pavillon permet ainsi de « fourrer » ce que l’on voudra. On déplorera toutefois une boîte à gants peu pratique sur ce genre de véhicule, sans doute est-ce là aussi la trace de la filiation avec le monde du véhicule particulier.