EN BREF

Nouveau navire amiral de Maserati

530 ch

Sans en avoir l’air la Maserati Quattroporte vient de fêter son 50e anniversaire. La grande berline italienne n’a jamais connu un énorme succès en France mais Maserati souhaite désormais développer ses ventes et entame un nouveau cycle de vie. Ainsi, la firme transalpine vient de présenter, à l’occasion du dernier salon de Shanghai, sa nouvelle berline, la Ghibli qui viendra prendre place sous la Quattroporte dans la gamme. Suivra même ensuite dans les mois à venir un SUV. Cette volonté de diversification débute donc avec la nouvelle Quattroporte.


Stylistiquement, impossible de ne pas se rendre compte du changement. Alors que la précédente avait été dessinée par Pininfarina, celle-ci a été conçue en interne. La nouvelle génération reprend logiquement les codes stylistiques de la marque avec notamment les ouïes latérales et l’imposante calandre, au centre de laquelle figure le trident – symbole de la marque italienne. Mais la Quattroporte change en réalité du tout au tout : la transformation la plus radicale concerne en effet sa longueur, qui gagne 16 cm pour atteindre 5,26 m ! La Quattroporte cuvée 2013 rejoint donc les Mercedes Classe S, Audi A8, BMW Série 7 et autres Jaguar XJ, dans leurs versions longues et devient ainsi l’une des berlines les plus imposantes du marché. Ces centimètres auraient pu faire craindre une perte d’élégance, or il n’en est rien car le profil reste particulièrement fluide et agressif avec des portes sans encadrement façon coupé. Un modèle du genre.



Si l’extérieur évolue profondément, à l’intérieur, c’est une vraie révolution ! L’ancienne Quattroporte souffrait d’une planche de bord au dessin vieillissant et à la qualité indigne de la réputation de la marque. Aujourd’hui, cette époque est bel et bien finie, heureusement d’ailleurs ! En s’installant à bord, les progrès effectués et le soin apporté sautent aux yeux. La planche de bord est épurée et contemporaine. Certains détails n’ont toutefois pas été sacrifiés sur l’autel de la modernité puisqu’une montre est toujours implantée sur la partie supérieure de la planche. En son centre trône le large écran (8,4 pouces) du système multimédia qui regroupe radio, navigation ainsi que tous les réglages de la climatisation. L’ergonomie est bonne et les choix des matériaux quasi irréprochable avec du cuir, du bois et de l’alcantara. C’est presque un sans-faute, même si on peut s’étonner de trouver un commodo provenant de Mercedes.



C’est à l’arrière que l’on prend réellement conscience du changement de standing de la Quattroporte. Comme la longueur, l’empattement grandit de près de 11 cm. Cela se traduit par une habitabilité plus que généreuse digne d’une limousine avec une climatisation spécifique dédiée aux passagers arrière, ainsi que des rideaux pare-soleil électriques commandables avec les lève-vitres. Ambiance haut de gamme garantie notamment avec la teinte beige cuir intégral. Choyant particulièrement ses occupants, cette Quattroporte néglige un peu plus les aspects pratiques car les petits rangements sont rares. Heureusement le coffre est généreux et particulièrement profond avec une contenance de 530 litres.