De l’avis général, la boîte robotisée DSG de chez Volkswagen est la meilleure de toutes. Beaucoup de constructeurs ont tenté de la concurrencer mais peu y sont parvenus. Aujourd’hui, Ford semble avoir trouvé le bon compromis avec sa boîte Powershift. Essai sur une Focus 2.0 TDCi.

Essai - Ford Focus 2.0 TDCi Powershift : la meilleure boîte robotisée?

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Ford Focus

104 g/km

Début de commercialisation du modèle :
Ford Focus 2

Septembre 2004

Ford nous avait annoncé à l’occasion de la présentation de la Focus restylée la préparation d’une boîte à double embrayage. Quelques mois plus tard, nous avons enfin eu l’opportunité de découvrir cette nouvelle boîte.
Cette arrivée tombe à pic puisque le marché français semble apprécier de plus en plus ce genre de transmission. La preuve avec une augmentation des ventes de boîtes automatiques de 31% entre 2006 et 2007. Ford profite donc de ce contexte et de l’excellente réputation de la DSG pour lancer sa boîte robotisée.
Même technologie, même comportement
Autant le dire tout de suite, Ford n’a pas inventé une nouvelle technologie puisque le constructeur américain a tout simplement repris le savoir-faire de chez Getrag qui fournit également Volkswagen. La seule différence tient dans le fait que les deux embrayages ne sont pas parallèles l’un à l’autre mais implantés l’un derrière l’autre.
Pour le reste, tout est identique. Cette boîte à double embrayage est composée de 2 boîtes dotées d’un arbre intermédiaire fonctionnant parallèlement : l’une pour les rapports pairs (2e, 4e et 6e) et l’autre pour les impairs (1er, 3e et 5e).
Essai - Ford Focus 2.0 TDCi Powershift : la meilleure boîte robotisée?
Concrètement, comme c’est déjà le cas sur la DSG, leur passage est anticipé par la présélection des rapports inférieurs et supérieurs. Grâce à cela, les changements de vitesses s'effectuent sans le moindre à-coup et deviennent presque imperceptibles. Les passages se font à pleine puissance ce qui permet de ne plus constater de rupture de couple, d’avoir des changements plus rapides mais également de gagner en performances. On retrouve ainsi les principales caractéristiques de la boîte DSG et par conséquent le même plaisir de conduite. Une bonne surprise sachant qu’aucune marque n’avait réussi à faire de même.
Si le mode « automatique » est presque parfait avec une très bonne réactivité. Il en est de même du mode séquentiel qui est dirigeable uniquement par le levier. Voici l’un des rares griefs que l’on peut émettre à l’encontre de cette boîte car la DSG dispose de palettes au volant qui permettent d’adopter une conduite plus dynamique. Dans ce domaine, on notera également l’absence d’un mode sport et d’un 7e rapport, deux éléments disponibles sur la Volkswagen.
Si l’on compare une Golf 2.0 TDI DSG 140 ch à cette Focus 2.0 TDCi Powershift 136 ch, on constate que la Golf est plus performante (203 contre 200 km/h) accélère mieux (9.3 contre 9.6) mais la berline allemande consomme plus (6l/100 km/h contre 5.8) et rejette plus de CO2 (159 contre 154). Toutefois, il faut être conscient que cette boîte entraîne une légère surconsommation (+ 0,3 l/100 km), largement inférieure tout de même à une boite de vitesses traditionnelle.
Commercialisée à l’heure actuelle avec 2 déclinaisons du 2.0 TDCi (110 et 136 ch), la Powershift nécessite un surcoût de 1400 €, une somme importante mais largement compensée par le plaisir de conduite accru. A titre d’information, il faut compter 1700 € pour acquérir une DSG chez VW Conséquence, une Focus 2.0 TDCi 136 ch DSG est facturée 24 500 € contre 26 550 € pour une Golf.