C’est l’histoire d’une passion folle. Celle de Fritz Schlumpf, un homme qui se serait damné pour les plus belles autos du monde. Et qui, pour cela a sacrifié son entreprise. Ce fut le prix à payer pour ce qui est aujourd’hui l’un des plus extraordinaires musées du monde

L’histoire des frères Schlumpf débute près de Milan. Hans naît en 1904. Deux ans plus tard apparaît le cadet, Fritz. Très vite privés de leur père, négociant en textile décédé en 1919, ils suivent leur mère Jeanne en Alsace. C’est là qu’ils feront leurs premiers pas dans la finance.

Fritz devient un expert et un habile spéculateur. A la fin de la crise économique des années 30, il fait partie de l’élite de la finance française. L’argent amassé va servir à l’achat d’une filature. Pour gagner de l’argent Fritz est prêt à tout. Jusqu’à faire installer sur le toit de l’usine, pendant la guerre, un drapeau à croix gammée... N’étant jamais à court l’idée, il saura, le moment venu, faire allégeance aux Anglais.

Le groupe Schlumpf s’agrandit, il englobe à présent les filatures Erstein, Gluck & Cie de Mulhouse, les tissages Deffrenne & Cie de la région de Roubaix. Les Schlumpf possèdent également des caves à champagne, l’Hôtel du Parc à Mulhouse et plusieurs autres affaires immobilières. Maintenant que les industries Schlumpf sont prospères, Fritz peut laisser la garde de l’ensemble à son frère, pendant qu’il s’adonne à son passe-temps favori : la collection automobile.

Ce sont les Bugatti qui ont les primeurs de Fritz. Inconditionnel du créateur de la marque, Ettore Bugatti, qu’il a côtoyé vers 1930. Fritz est bien décidé à ramener les automobiles de Molsheim dans leur patrie d’origine.

Le fou de Bugatti

Il se met en quête et achète toutes les Bugatti qu’il peut se procurer et à n’importe quel prix. C’est ce qui est très mal vu des autres collectionneurs, qui n’apprécient pas que sa passion aveugle fasse monter ainsi les cours.

Fritz est partout, courant les ventes de par le monde, achetant toute collection qui posséderait ne serait-ce qu’une œuvre de Molsheim. Avec la vente des biens mobiliers de Bugatti, en 1963, la collection prend un nouvel essor. Etaux, outils divers et variés portant la griffe Bugatti changent de propriétaire, ainsi qu’une vingtaine de voitures plus ou moins complètes dont plusieurs prototypes, et la voiture personnelle d’Ettore Bugatti : une Royale (le Coupé Napoléon).

Moins d’un an plus tard, Fritz Schlumpf achète la collection américaine Shakespeare. Un train spécial chargé de trente Bugatti, dont un autre exemplaire des six Royale construites, arrive à Mulhouse.

Le sanctuaire des trésors

Dorénavant, Fritz et Hans Schlumpf possèdent la plus grande collection de Bugatti au monde.

Cependant, il faut un endroit pour ranger ces merveilles. C’est une ancienne filature désaffectée de Mulhouse qui servira de sanctuaire. On recrute jusqu’à trente ouvriers pour s’occuper de la restauration des modèles. Ils sont tenus de garder le silence sur leur activité.

Pour faire bonne figure, l’intérieur du musée à été aménagé. Cinq cents candélabres – répliques de ceux du pont Alexandre III – éclairent l’ensemble de la collection. Dans le hall d’entrée trône la photo de Jeanne Schlumpf, plus loin un monumental orgue d’aspect baroque donne le ton de l’ensemble de l’établissement. Les voitures, bien soigneusement rangées sur des plates-formes recouvertes de fin gravier, forment un ensemble impressionnant par la quantité.

En 1965, les Schlumpf organisent l’unique opération portes ouvertes. Le public est composé d’une douzaine de personnalités. Fritz autorise même la présence de la presse…mais le seigneur des lieux interdira la publication des photographies.

La descente aux enfers

Face à toutes ces dépenses, l’équilibre financier du groupe Schlumpf devient précaire. Hans doit user de son influence pour faire comprendre à son cadet que sa marotte peut les conduire tout droit à la faillite. Mais Fritz ne veut rien entendre. Dans sa folie, il retire tout investissement à ses usines pour le reporter sur sa monstrueuse collection qui se compose maintenant de plus de 400 véhicules dont 122 Bugatti.

Quand vient l’heure des bilans, les pertes sont considérables. Ce qui n’empêche pourtant pas Fritz de continuer ses achats. Cependant, sans doute lassé par les incessantes remontrances de son aîné, ou lassé de faire rentrer de l’argent pour sa collection, au printemps 1976 Fritz Schlumpf prend la décision d’ouvrir dans un avenir proche le musée. Malheureusement, il est déjà trop tard...

Forum :

Lire aussi :