Il y a Macao et les autres circuits. En comparaison, Monaco, c’est de la rigolade, sinon du pain bénit…

Il est vingt-deux heures, dédions cet MC au circuit de Guia tracé dans Macao.

Moins connu, en Europe, que le circuit de Monaco, Macao est pourtant un temple du sport automobile. Ce week-end s’y dispute le 59e Grand Prix de Macao, qui réunit notamment des courses de F3 (avec les meilleurs représentants mondiaux de la spécialité), de GT (le français Romain Dumas y est avec sa Porsche) et de voitures de tourisme (la saison 2012 de WTCC y prendra fin et couronnera son champion).
(Minuit chicanes) Macao, le grand frisson
Les courses réservent toujours des surprises dans les rues de Macao et les pilotes qui s’y imposent en savent quelque chose. Notre pilote essayeur, Soheil Ayari, pourrait sans nul doute en témoigner lui qui fut, en 1997, le premier Français à remporter le GP de Formule 3. Les plus grands pilotes se sont d’ailleurs imposés à Macao. En Formule 3 toujours, c’est Ayrton Senna qui inaugura le palmarès, en 1983.

Ce circuit, dangereux, comprend une partie rapide avec de longues et larges lignes droites mais aussi une partie sinueuse avec des virages parfois extrêmement serrés voire aveugles. Pour vous faire un idée de la difficulté et du défi que représente ce tracé, je vous propose de visionner cette vidéo due à Tom Coronel, pilote d’une BMW en WTCC.