;
X

Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Vous êtes ici : Accueil Caradisiac>Actualité>Guide fiabilité>Toutes les fiches fiabilité


Toutes les fiches fiabilité


Maxi-fiche occasion: que vaut le Renault Scénic 2 en seconde main ?

104 réactions

Renault fut LE précurseur en matière de monospace compact. Avec son Scénic de première génération, sorti en 1996, il invente ce nouveau segment automobile en mettant dans un gabarit compact tous les ingrédients du succès de l'Espace : habitabilité, modularité, volume de coffre et position de conduite surélevée. Le succès a été immédiat et le Scénic a caracolé dans le top des ventes pendant longtemps, avant l'arrivée du Citroën Xsara Picasso, qui n'a jamais vraiment réussi à l'en déloger. La seconde génération, à laquelle nous allons nous intéresser ici, a pris le relais en 2003. En gommant certains des défauts de son prédécesseur, comme la position de conduite de camionnette, la finition limite ou un équipement assez basique. Il garde cependant certains des défauts comme les sièges indépendants avec celui du centre plus étroit et qui ne sont pas rabattables dans le plancher (comme ceux des C4 picasso, Toyota verso arrivés au cours de sa carrière). Le style est lui plus affirmé, l'équipement plus technologique, le confort toujours remarquable. Malheureusement, remarquable aussi est son manque cruel de fiabilité. Les soucis, petits et gros furent légion tout au long de sa carrière. Seules les toutes dernières années se sont révélées moins problématiques. Il faut donc se montrer prudent lors d'un achat d'occasion. À noter qu'en arrivé en 2004 une version "Grand Scénic" 5 ou 7 places, pour les familles nombreuses, et en 2007 une finition Conquest au look baroudeur. Lire la fiche fiabilité



Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Nissan Micra 4 en occasion ?

15 réactions

La première génération de Nissan Micra date de 1982 (1983 pour l'Europe). Oui, cela fait donc déjà presque 32 ans que la citadine japonaise sillonne nos routes. La génération sur laquelle nous allons nous pencher, la quatrième, a quant à elle fait son apparition en toute fin d'année 2010. La "K13" comme la surnomment ses fans, a quelque peu abandonné le style atypique de la 3e génération, pour revenir à un design plus consensuel, que d'aucuns qualifient de fade… Elle abandonne également la motorisation diesel (du moins en Europe, on la trouve encore en Inde par exemple), pour ne se doter que d'un moteur essence 3 cylindres 1.2, en deux niveaux de puissance, 80 ch et 98 ch, ce dernier bénéficiant d'un compresseur volumétrique. L'absence de diesel semble toutefois la handicaper un peu dans l'hexagone, où ses ventes n'ont pas décollé, et sont restées très décevantes. Un peu plus grande que sa devancière (3,78 m contre 3,73 m), elle reste une "petite" citadine polyvalente, presque 30 cm plus courte qu'une Renault Clio. De la place comptée, cependant bien utilisée avec une bonne habitabilité et un volume de coffre correct. Ses autres qualités sont un confort appréciable, une maniabilité exemplaire et une fiabilité presque sans faute, qui compensent une finition légère (du mieux au restylage) et une insonorisation perfectible. Dernier point fort, des prix en occasion très amicaux. Lire la fiche fiabilité



Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Ford Fiesta 5 en occasion ?

40 réactions

La Fiesta est une véritable star en Europe dans la catégorie des citadines polyvalentes. En bataille avec la Polo, pour le leadership, elle a pour elle un design plus joyeux, un châssis plus dynamique et un équipement toujours intéressant. De plus, ses prix sont contenus. Sa qualité de fabrication n'est pas à remettre en question, les matériaux sont bons dans l'ensemble, pas de gros griefs sur ce point, et les assemblages corrects, sans atteindre la rigueur de ceux de la Polo ou même d'une ancienne Clio 3, grande rivale de l'époque de sa sortie. Par contre, l'ergonomie est toujours à pointer du doigt, avec une multitude de boutons sur la console centrale, ce qui oblige à une certaine gymnastique intellectuelle, avant de s'habituer parfaitement à toutes les fonctions. Et l'insonorisation est juste moyenne, surtout en diesel. Mais trêve de désagréments, la Fiesta est surtout une citadine agile au châssis affûté, plaisante à conduire, tout en restant confortable. Elle est dans la moyenne concernant l'habitabilité et le volume de coffre. Sa palette de motorisations est variée, et elle a adopté en deuxième partie de carrière les excellents EcoBoost 3 cylindres essence, très doués sur route. Elle existe également depuis le restylage en version ST, qui arrive à en remontrer à une Clio RS, c'est dire. Enfin la fiabilité n'est pas parfaite, mais pas non plus un frein à l'achat en occasion, marché sur lequel les prix sont attractifs. Lire la fiche fiabilité






Rechercher une fiche fiabilité :

Par marque / modèle

Donnez votre avis sur votre voiture

Publicité : Ne manquez pas

(Publicité)