Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La part des voitures diesels baisse pour la première fois en France

Dans Economie / Politique / Marché

La part des voitures diesels baisse pour la première fois en France

Est-ce un tournant historique dans l'histoire du marché hexagonal ? Pour la première fois depuis l'apparition des modèles abreuvés au gazole en France, la proportion de voitures diesels a décru en 2015.

Selon le Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA), au 1er janvier 2016, 19,9 millions de voitures diesels et hybrides diesels étaient immatriculées dans l'Hexagone, soit 62,2 % du parc roulant. En volume, il y a une légère hausse par rapport à l'année dernière (19,83 millions en 2015), avec à la clé le plus haut niveau historique. Mais en proportion du parc total, la part du gazole recule de 0,2 point.

C'est évidemment une baisse timide, mais c'est la première fois que cela arrive depuis l'apparition des voitures diesels ! La tendance de décrue devrait s'accentuer dans les années à venir, puisque les ventes de modèles brûlant du gazole ne cessent de chuter. En 2012, 73 % des voitures particulières neuves immatriculées en France roulaient avec ce carburant. Cette part n'était plus que de 58 % en 2015. Et sur les six premiers mois de 2016, elle a chuté sous les 53 % !

Évolution de l'offre et de la demande

Certains y verront les effets du scandale Volkswagen. Mais les conséquences de cette affaire sont difficilement quantifiables. Il faut plutôt regarder du côté de l'offre et de la demande pour expliquer cette chute. Les modèles diesels se font plus rares sur le segment le plus diffusé en France, celui des citadines. Le gazole est d'ailleurs devenu quasi inexistant chez les petits modèles de type Renault Twingo, une conséquence de l'instauration en 2014 des normes Euro 6. La mise en conformité des blocs était trop onéreuse pour ces véhicules.

Autre raison : l'émergence d'une nouvelle génération de moteurs essence turbo, dont les consommations sont mieux maîtrisées. Si celles-ci ne sont pas encore aussi basses que celles des diesels, elles mettent à mal la rentabilité de ces derniers. Il ne faut pas oublier aussi la hausse de la fiscalité sur le gazole, l'État souhaitant aligner les taxes sur celles du sans-plomb d'ici quelques années.

Près de 39 millions de véhicules sur nos routes

Le CCFA révèle également qu'au 1er janvier 2016 le parc automobile, tous véhicules confondus, en circulation en France était estimé à 38 652 000 véhicules, en hausse de 0,6 % sur un an. Ce nombre se décompose de la sorte : 32 millions de voitures particulières, 6,03 millions de véhicules utilitaires légers et 622 000 véhicules utilitaires (industriels, car, bus). L'âge moyen des voitures particulières en circulation dans l'Hexagone est de 8,8 ans, soit une hausse de 0,1 an.

Mots clés :

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (21)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

La mode est en ce moment Haros sur le diesel, mais ensuite viendra le tour des essences, ne nous inquiétons pas.....

Par

Ce n'est pas la première fois qu'il se vend plus d'essence que de diesel

Par

Nous en sommes probablement seulement au début de l'autophobie...

Par

L'article ne parle pas des ventes annuelles mais de la proportion de véhicules roulants au diesel sur le total des véhicules roulants. Supposons que depuis quelques temps les acheteurs aient mis à la casse leur diesoul pour une essence, alors petit à petit la proportion de diesel baisse légèrement

Par

Sur la route je vois toujours des boulets en citadine diesel...

Par

Fantastique, 30 ans après les japonais, les français ont enfin pigé que ce carburant c'est de la merde en barre!

Par

Une légère baisse due a la légère baisse des ventes VW?

Par

il faut mettre la fiscalité du diesel au même niveau de l'essence, c'est une question de santé publique et d'égalité devant l'impôt

Par

En réponse à captainkuru

Fantastique, 30 ans après les japonais, les français ont enfin pigé que ce carburant c'est de la merde en barre!

Sauf qu'il y a 30 ans les moteurs étaient pas les mêmes, je pense que les japonais avec les diesels actuels type blueHDI seraient nettement moins sévères

Par

En réponse à Zoulman

Sauf qu'il y a 30 ans les moteurs étaient pas les mêmes, je pense que les japonais avec les diesels actuels type blueHDI seraient nettement moins sévères

En attendant, il y a toujours un gros écart de prix entre le diesel et l'essence, et je n'ai pas l'impression qu'il a diminué ...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire