Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

La DS 7 Crossback a été l’une des grandes vedettes du dernier salon de Genève. Après une première rencontre à cette occasion, Caradisiac vous propose de découvrir en détail celle qui doit marquer le retour de DS sur le segment du haut de gamme, comme à la grande époque de la marque.

Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines

Au-delà d’être la dernière nouveauté en date de DS, la DS 7 Crossback est surtout le premier modèle signé 100 % DS car il ne faut pas oublier que les DS 3, 4 et 5 étaient nées sous le blason Citroën. Afin de passer cette nouvelle étape essentielle, DS a choisi d’investir le segment tendance du moment, celui des SUV. Ce nouveau véhicule qui sera vendu dans le monde entier porte donc le nom de DS 7, une appellation logique après les trois modèles vendus en Europe mais également la DS 6 commercialisée en Chine.

Avec sa calandre béante entourée de chrome, ses projecteurs s’inspirant du concept E-Tense et ses nombreuses nervures sur le capot, la DS 7 Crossback impressionne et fait une entrée remarquée sur le segment des SUV premium. L’un des détails les plus marquants est la ligne de caisse qui part du projecteur avant pour mourir au début de la portière arrière et enfin renaître quelques centimètres plus loin afin de ceinturer tout l’arrière de l’auto. Malgré une identité affirmée, cette DS 7 Crossback partage tout de même quelques points de ressemblance, de profil ou d’arrière, avec d’autres SUV concurrents, comme par exemple les Infiniti QX70 ou Audi Q5. Avouez qu’il y a pire comme référence.

La planche de bord impressionne.
La planche de bord impressionne.

Le style extérieur impressionne mais ce n’est rien face à l’habitacle. En s’installant, on ne peut que remarquer le large écran multimédia 12,3 pouces au centre de la planche de bord, surplombé par une montre signée de l’horloger de luxe français BRM. Malheureusement, cet écran ne sera pas présent sur toutes les finitions. Certains devront se contenter d’un écran 8 pouces. Il en est de même de l’instrumentation 100 % numérique, pas disponible de série. Dommage car c’est le cas sur le Peugeot 3008.

La sellerie façon bracelet de montre est toujours d'actualité.
La sellerie façon bracelet de montre est toujours d'actualité.
La montre est signée du célèbre horloger français BRM.
La montre est signée du célèbre horloger français BRM.
L'instrumentation numérique n'est malheureusement pas de série.
L'instrumentation numérique n'est malheureusement pas de série.

À bord, on ne peut que saluer le soin apporté au choix des matériaux et à l'assemblage. Du bois, du cuir, de l’alcantara, de l’aluminium : les occupants sont flattés, d’autant plus que la présence est massive que ce soit sur les sièges, la planche de bord, les contre-portes ou la console centrale. C’est tout simplement digne de certaines marques de luxe.

Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines
Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines
Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines

Le traitement Art Leather, le point perle et le guillochage sont trois des points spécifiques de la DS 7.

D’autant plus que DS a travaillé les détails avec la mise en place de certaines exclusivités comme le traitement Art Leather (dessin et patine du cuir), le point perle (procédé remplaçant les traditionnelles surpiqûres, qui a demandé 4 ans de développement) et le guillochage (technique créée par Abraham-Louis Breguet, fondateur français des montres Breguet, qui introduisit la technique en horlogerie dès 1786). Cet ornement décore les surfaces de petits clous à tête pyramidale. À cela s’ajoutent certains détails comme les poignées de maintien en cuir, les surpiqûres sur le volant ou le design très particulier de tous les boutons de commande, appelés « Toggle switches » en interne. Tout cela renforce l’impression d’exclusivité et cette DS7 s’avère finalement nettement plus haut de gamme que les autres modèles concurrents. Bien joué.

Afin de renforcer l’identité française, la DS 7 Crossback proposera 5 ambiances intérieures (ou "inspiration" si on emploie le langage DS) portant les noms de Bastille, Rivoli, Performance Line (reprenant les codes couleurs de la DS 3 Performance par exemple), Faubourg et Opéra, qui viendront en complément des finitions classiques (Chic, Be Chic, So Chic et Grand Chic). La version de lancement s’appellera "La Première" en référence à la première classe d’Air France. Elle se différenciera par ses logos exclusifs sur le capot et les portières mais également la teinte « Art Ruby ».

Pour affronter BMW, Audi, Mercedes ou Lexus, DS a également misé sur de très nombreuses technologies et aides à la conduite. On peut citer par exemple la vision nocturne, la suspension adaptative avec lecture du relief de la route grâce à une caméra, la détection de fatigue, la conduite semi-autonome (une première chez PSA), le stationnement totalement automatique ou les projecteurs full LED pivotant à la manière de la DS de 1967.

Développée à partir de la plate-forme EMP2 qui a également servi au Peugeot 3008, la DS 7 Crossback diffère de son cousin par des dimensions supérieures. Elle mesure 4,57 m de long (contre 4,45 m pour le 3008), 1, 90 m de large (1,84 m) et dispose d’un empattement supérieur aux 2,68 m du Peugeot 3008. Cette DS 7 Crossback se positionne donc à mi-chemin entre le Q3 et le Q5 si on prend en exemple Audi.

Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines
Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines

 

Les places arrière sont très généreuses, tout comme le coffre.

Comme on pouvait s’en douter, cela a forcément des répercussions sur l’habitabilité. La place dédiée aux passagers arrière est particulièrement généreuse, que ce soit au niveau de l'espace aux jambes ou de la garde au toit. Et pas de tunnel de transmission imposant pour handicaper la place centrale. Comble du luxe, il est également possible d’incliner le dossier des sièges électriquement de 23 à 32°. Le volume de chargement atteint pour sa part 555 litres et semble facile à utiliser avec un hayon électrique. À noter tout de même que le seuil de chargement est haut perché.

Difficile de connaître les qualités dynamiques de cette DS 7 avant les essais qui se dérouleront au mois de novembre prochain mais on sait d’ores et déjà qu’elle profitera de voies élargies et d’un train arrière multibras. Sous le capot, on retrouvera 3 essence : le Puretech 130 et deux inédits Puretech 180 ch et 225 ch et 2 diesels : le tout nouveau 1.5 Bluehdi 130 ch qui sera inauguré sur la DS 7 et le Bluehdi 180 ch. La majorité de ces moteurs sera associée à une inédite boîte EAT8 à 8 rapports. Au printemps 2019 arrivera une motorisation hybride rechargeable dénommée E-tense 4x4, qui se composera d’un moteur électrique de 200 ch couplé à deux moteurs électriques de 80 kW chacun, soit une puissance totale de 300 ch. De quoi rouler 60 km en tout électrique et en 4x4.

Présentation vidéo - DS 7 Crossback : retour aux origines

Depuis le dernier salon de Genève, il est possible de réserver sur internet la série de lancement de cette DS 7 Crossback et ce, jusqu’à fin 2017. Cette déclinaison « La Première » sera la plus chère de toutes les versions. Elle est commercialisée à des prix allant de 53 400 (Bluehdi 180 ch) à 54 900 € (Puretech 225 EAT8). Des tarifs très proches du dernier Audi Q5 par exemple. La DS 7 Crossback débarquera en concessions le 10 janvier 2018. Vivement l’an prochain !

Portfolio (17 photos)

Mots clés :

En savoir plus sur : Ds Ds 7 Crossback

Commentaires (144)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ouah, impressionnant ! Je n'accroche pas du tout sur l'avant quelconque, mais l'arrière a de la gueule et cet intérieur sur la version haut de gamme, chapeau ! La il y a du boulot, bravo Ds, bel effort pour se construire une image cohérente !

Par

On peut désormais rouler luxe et rouler français. Superbe auto.

Il reste plus qu'à pondre la berline équivalente et ça va casser de l'allemande.

Par

Plus bling bling qu'une Rebeauf, fallait le faire... Et désolé mais, même avec des matières nobles et un vrai travail de designer / artiste / artisan, ça reste un SUV. Ça n'a ni la classe d'une grande berline statutaire, ni d'un coupé convertible. On excusera la marque d'avoir besoin de ça pour se re-lancer sur le marché, mais ça reste douteux.

Par

Pour moi, ce style est un croisement entre une Audi et une Lexus... avec des surcharges en plus... c'est comme une pâtisserie trop grasse et trop sucrée... pour moi c'est "too much", mais je pense qu'elle a été conçue pour une clientèle "internationale" (notamment chinoise) qui raffole de ce genre de trucs bling-bling à souhait... je lui souhaite un grand succès... mais moi je préfère rester les pieds sur terre et opter pour une compacte bien motorisée et bien dotée (Mégane 4 ou Golf) lors de mon prochain achat.

Par

Ben faut espérer que dans 10 ans elle n'est pas bougé niveau qualité et ont pourra dire que c'est du prémium

Par

En réponse à lolonord

Pour moi, ce style est un croisement entre une Audi et une Lexus... avec des surcharges en plus... c'est comme une pâtisserie trop grasse et trop sucrée... pour moi c'est "too much", mais je pense qu'elle a été conçue pour une clientèle "internationale" (notamment chinoise) qui raffole de ce genre de trucs bling-bling à souhait... je lui souhaite un grand succès... mais moi je préfère rester les pieds sur terre et opter pour une compacte bien motorisée et bien dotée (Mégane 4 ou Golf) lors de mon prochain achat.

Oui surtout que ton Megane 4 tu va le toucher à -40% vu le carton que réalise les Rîno en ce moment !

On ne joue pas dans la même cours entre un DS7 et un Meg' !!! Tiens, moi par exemple je voulais acheter un Rolls-Royce Vraith mais finalement j'ai pris un Cacaputur parcequ'il y avait plus de coffre .... Bon allez on t'excuse, tu es du Nord !!

Par

La planche de bord, j'arrive pas...:bah:

Par

En réponse à lolonord

Pour moi, ce style est un croisement entre une Audi et une Lexus... avec des surcharges en plus... c'est comme une pâtisserie trop grasse et trop sucrée... pour moi c'est "too much", mais je pense qu'elle a été conçue pour une clientèle "internationale" (notamment chinoise) qui raffole de ce genre de trucs bling-bling à souhait... je lui souhaite un grand succès... mais moi je préfère rester les pieds sur terre et opter pour une compacte bien motorisée et bien dotée (Mégane 4 ou Golf) lors de mon prochain achat.

Sans compter que dans les deux véhicules cités (Meg' et Golf), je ne sais pas si c'est un choix judicieux par les temps qui courent .... :biggrin:

Par

En réponse à traxxas28

Oui surtout que ton Megane 4 tu va le toucher à -40% vu le carton que réalise les Rîno en ce moment !

On ne joue pas dans la même cours entre un DS7 et un Meg' !!! Tiens, moi par exemple je voulais acheter un Rolls-Royce Vraith mais finalement j'ai pris un Cacaputur parcequ'il y avait plus de coffre .... Bon allez on t'excuse, tu es du Nord !!

le mec qui compare une rolls avec une bouse de DS... ça devient grave

Par

En réponse à 20vtgt30

le mec qui compare une rolls avec une bouse de DS... ça devient grave

Tu n'as pas compris ... je donne la réplique au gars qui dit qu'il n'achètera pas un DS7 car il préfère un Meg' 4, plus pratique ... Qu'il me dise qu'il préfère un Q5 à la place, on est cohérent mais pas un Rîno !!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire