Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière : la Cour des Comptes critique la politique de répression et ses conséquences

Dans Pratique / Sécurité

Sécurité routière : la Cour des Comptes critique la politique de répression et ses conséquences

La répression de plus en plus accrue mise en place par les différents gouvernements porte ses fruits… du moins sur le plan financier. Pour le reste, il existe bien des questions, comme le prouve le dernier rapport de la Cour des Comptes qui remet également en question l’utilisation de l’argent collecté.

Le montant global des amendes perçues par l'État au titre de la circulation et du stationnement routiers s'est élevé à 1 817,9 millions d'euros au lieu de 1 607,7 millions d'euros en 2015 soit une augmentation de 11,6 %. Sur cette somme, 920 millions d'euros (+ 131 millions qu'en 2015) proviennent directement des radars de vitesse et de ceux qui contrôlent aux feux rouges et aux passages à niveau. Comme ces recettes augmentent, on serait tenté de conclure que l’efficacité des radars s’améliore. Eh bien non ! Car le nombre de morts sur les routes est en augmentation depuis les trois dernières années. Pour la Cour des Comptes, si cette augmentation des recettes est "« positive pour le budget de l'État » et témoigne « d'une meilleure efficacité » des radars, elle doit être « analysée au regard de l'objectif gouvernemental de diminution de la vitesse sur les routes, première cause d'accidents mortels ».

La Cour des comptes soulève également un autre problème : l’argent collecté par les radars ne servirait pas à améliorer les infrastructures comme prévu. Ainsi, « les recettes [...] financent des dépenses diverses, ventilées sur cinq programmes distincts, dont la finalité est pour certains éloignée de l'objectif stratégique de diminution de la mortalité sur les routes », peut-on lire dans la note d'analyse. Cela a bénéficié à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France pour 119 M€, aux collectivités territoriales pour 51 M€, au désendettement de l'État pour 45 M€, mais également à d’autres domaines. Résultat, moins de 50 % de cet argent revient à la route. Et c’est justement ce dernier point qui prête le plus à contestation car on est très loin de la vocation originelle. Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, estime sur ce point « qu’à partir du moment où l'on utilise l'argent des radars pour désendetter l'État, on peut considérer que c'est devenu un impôt, et on comprend que le gouvernement défende le soldat radar jusqu'au bout ».

Sécurité routière : la Cour des Comptes critique la politique de répression et ses conséquences

Pour une fois, les associations de défense des victimes et des automobilistes sont d’accord pour contester l'augmentation incessante des amendes. C’est le cas de Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, qui préférerait des retraits de points « plus pédagogiques » au lieu des amendes.

Reste maintenant à connaître la politique du nouveau gouvernement en termes de sécurité routière mais il y a peu de chances que cela change.

 

 

Commentaires (36)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Qui en doutait encore? :hum:

Seulement 45M€/an pour le désendettement, ils font quoi du reste?

Je crois que la dette Française augmente de 230M€ par jour, soit environ 85Milliards/an, en clair, ils s'en tamponnent les guignolos du gouverne-ment, faites gaffe à vos épargnes.:peur::fleur::fleur::fleur:

Par

Merci Mr Migot de continuer à taper la ou ça fait mal.

Par

Maintenant que le parc est truffé de caisses toujours plus lourdes et surtout larges, qu'une part non négligeable des conducteurs sont occupés avec leur smartphone et que les surfaces vitrées deviennent inversement proportionnelle à l’augmentation générale des dimensions, quand elle ne sont pas obscurcies, ne pas s'étonner que sur notre réseau routier secondaire et urbain paramétré pour les caisses d'il y a 30 ans les conséquences des accidents soient plus graves qu'auparavant.

Avec cyclises et piétons qui en paient les tributs les plus lourds.

Par

On rappellera que c'es un impôt volontaire. Rien ne vous oblige à cotiser...

Par

Je ne savais pas que que les amendes sont distribués au hasard afin d'atteindre un objectif ? Sauf erreur de ma part, les amendes sont données uniquement quand il y a infraction. Pour faire simple, si on ne commet pas d'infraction, on ne paye pas.

Pour l'anecdote, j'ai un proche qui s'est fait prendre à 154 au lieu de 90 au volant d'une sportive compacte de plus de 200ch. Rétention immédiate du permis, jugement, 6 mois de retrait de permis, saupoudré d'une amende de 350 Euros et un suivi psychologique et 6 points en moins.

Bilan 1 : Il a continué à rouler malgré la rétention de permis et le retrait de permis du tribunal de Police.

Bialn 2 : Aussitôt le permis récupéré, il vient raconter son histoire d'une bourre sur route contre une autre sportive compacte de plus de 200 ch......

La seule réponse valable à ce type de comportement, c'est taper très fort au portefeuille.

Par

bah! rien de nouveau au final, sauf éventuellement pour les quelques naïfs qui pensaient encore que c'était pour le bien de tous.

le plus amusant, c'est que le gouvernement adhère au principe de la future voiture autonome: la tueuse parfaite de la poule aux oeufs d'or...

Par

Si seulement cet argent pouvait être utilisé pour refaire les routes.

De plus en plus dégradées, de plus en plus de nids de poule etc...

D'autant que la majorité des accidents proviennent des routes secondaires et une partie de ces accidents pourrait être évitée en améliorant la signalisation, l'état des routes et la protection de divers obstacles par glissières (arbres, poteaux...).

Par

En réponse à roc et gravillon

Maintenant que le parc est truffé de caisses toujours plus lourdes et surtout larges, qu'une part non négligeable des conducteurs sont occupés avec leur smartphone et que les surfaces vitrées deviennent inversement proportionnelle à l’augmentation générale des dimensions, quand elle ne sont pas obscurcies, ne pas s'étonner que sur notre réseau routier secondaire et urbain paramétré pour les caisses d'il y a 30 ans les conséquences des accidents soient plus graves qu'auparavant.

Avec cyclises et piétons qui en paient les tributs les plus lourds.

l'idiotie des radars, c'est qu'ils sont souvent implantés sur les voies rapides, et généralement par ricochet moins dangereuses que les petites routes sinueuses, où il est possible de rouler à donf sans être inquiété, mais en prenant facilement de sérieux risques.

et même les radars mobiles empruntent généralement les grands axes routiers plutôt que les autres petites routes, ce qui ne fait que renforcer le sentiment d'impunité là où c'est le plus dangereux et où certains s'en donnent donc à coeur joie.

bref, oui, c'est bel et bien avant tout une pompe à fric, qui fait du mal aux finances de ceux qui ne font pas attention et dérapent sans le faire exprès momentanément de quelques kilomètres/heure...

Par

En réponse à geodemonia

Je ne savais pas que que les amendes sont distribués au hasard afin d'atteindre un objectif ? Sauf erreur de ma part, les amendes sont données uniquement quand il y a infraction. Pour faire simple, si on ne commet pas d'infraction, on ne paye pas.

Pour l'anecdote, j'ai un proche qui s'est fait prendre à 154 au lieu de 90 au volant d'une sportive compacte de plus de 200ch. Rétention immédiate du permis, jugement, 6 mois de retrait de permis, saupoudré d'une amende de 350 Euros et un suivi psychologique et 6 points en moins.

Bilan 1 : Il a continué à rouler malgré la rétention de permis et le retrait de permis du tribunal de Police.

Bialn 2 : Aussitôt le permis récupéré, il vient raconter son histoire d'une bourre sur route contre une autre sportive compacte de plus de 200 ch......

La seule réponse valable à ce type de comportement, c'est taper très fort au portefeuille.

Ton proche est un cas particulier, il entre dans la catégorie des imbéciles irresponsables.

Ça n'a rien à rien voir avec monsieur tout le monde qui se fait choper pour du 5-10-15-20km/h au-dessus de temps en temps.

Par

En réponse à mynameisfedo

l'idiotie des radars, c'est qu'ils sont souvent implantés sur les voies rapides, et généralement par ricochet moins dangereuses que les petites routes sinueuses, où il est possible de rouler à donf sans être inquiété, mais en prenant facilement de sérieux risques.

et même les radars mobiles empruntent généralement les grands axes routiers plutôt que les autres petites routes, ce qui ne fait que renforcer le sentiment d'impunité là où c'est le plus dangereux et où certains s'en donnent donc à coeur joie.

bref, oui, c'est bel et bien avant tout une pompe à fric, qui fait du mal aux finances de ceux qui ne font pas attention et dérapent sans le faire exprès momentanément de quelques kilomètres/heure...

Le problème étant que les radars ne fonctionnent pas en cas de virage.

Il y a des normes à respecter.

Sauf... s'ils utilisent un type de radar tronçon.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire