Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Essai longue durée : 25 000 km en Dacia - Jour 4: de Bucarest à Titu (4/7)

Dans Loisirs / Voyages

Après avoir rallié Bucarest depuis Paris dans des conditions souvent difficiles, rejoindre le centre technique de Titu, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale roumaine, aurait dû tenir de la formalité. C’était sans compter avec les éléments déchaînés.

AL'équipe Caradisiac au complet devant l'entrée du centre technique de Titu, à plus de 2 500 km de Paris. L'accueil y sera plus chaleureux que les conditions météo, proprement dantesques ce jour là.
L'équipe Caradisiac au complet devant l'entrée du centre technique de Titu, à plus de 2 500 km de Paris. L'accueil y sera plus chaleureux que les conditions météo, proprement dantesques ce jour là.

Allez hop, direction Titu pour ce quatrième jour de notre périple. C’est dans cette ville située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Bucarest qu’est installé le centre technique Dacia, endroit qui représente le point d’orgue de l’expédition de Caradisiac en Roumanie.

 

L'incroyable Palais du parlement de Bucarest, large de 270 mètres (!) et à côté duquel notre Palais Bourbon tient du cabanon.
L'incroyable Palais du parlement de Bucarest, large de 270 mètres (!) et à côté duquel notre Palais Bourbon tient du cabanon.

A trois membres de l’équipe près, joyeux drilles dont j’aurai l’obligeance de taire l’identité, tout le monde a bien dormi et s’est réveillé frais ce mercredi matin. Après un solide petit-déjeuner, nous quittons l’hôtel situé dans le centre-ville de Bucarest, à un jet de pierre de l’hallucinant palais du Parlement (plus grand bâtiment d’Europe avec ses 270 mètres de long sur 240 de large, le tout sur 12 étages et 350 000 m2, témoignage de la mégalomanie de Ceaucescu qui sera renversé avant que les  travaux ne soient achevés) et regagnons nos montures. Trois d’entre nous ont été contraints d’opter pour un parking très vaguement surveillé à une centaine de mètres de l’hôtel, où le vigile pratique des tarifs variables. L’un a ainsi dû s’alléger de dix euros pour la nuit, payables d’avance, alors qu’un autre ne sera ponctionné que de 5 € (de toute façon je n’avais pas plus !).

Image prise quelques instants avant que l'objectif ne manque de rendre l'âme.
Image prise quelques instants avant que l'objectif ne manque de rendre l'âme.

Et c’est parti. A nous les joies de la circulation matinale à Bucarest, trafic dense et pluie battante. Aux petites rues encombrées succèdent d’immenses avenues tout aussi encombrées, mais les indications de Waze nous permettent de nous extraire de la ville sans trop de difficultés. Les GPS de nos Dacia, dotés de la seule cartographie Europe de l’ouest, ont en effet capitulé à la frontière austro-hongroise. Il est tout de même malheureux que nos voitures soient pour ainsi dire « perdues » dans leur pays natal…

Avec le froid glacial qui règne, la pluie battante se transforme progressivement en gros flocons de neige. Le paysage se pare d’une couche blanche tenace en à peine plus de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, et même à vitesse maximale, les essuie-glaces peinent à remplir correctement leur office. Une vraie purée de pois qui, si elle a pour effet de ralentir le rythme de notre convoi, ne refroidit en rien les ardeurs des conducteurs locaux, manifestement accoutumés aux aléas hivernaux. Ils continuent de rouler comme si de rien n’était ou presque, et certains nous doublent comme des balles au volant de leurs véhicules hors d’âge. Au passage, on pense avec effroi aux conséquences qu’aurait un tel déchaînement météo sur les routes d’Ile-de-France, quelques jours après l’immense pagaille dont chacun se souvient…

Chasse-neige en action d'un côté, convoi de Dacia de l'autre. Béni soit l'inventeur des pneus hiver.
Chasse-neige en action d'un côté, convoi de Dacia de l'autre. Béni soit l'inventeur des pneus hiver.

Il nous faudra près d’une heure et demie pour gagner notre destination. Ouvert en 2010, le Centre technique de Titu est, avec le centre de design de Bucarest et l’usine de Pitesti, le troisième pilier de Dacia en Roumanie. Sur une surface de 330 hectares, on y soumet des prototypes à des situations extrêmes, qui comprennent aussi bien de la simulation de conditions météo dantesques que de la conduite sur circuit. 32 kilomètres de piste, bitumées ou non, permettent d’affiner les trains roulants et d’optimiser le comportement routier des futurs modèles Dacia.

Simulation de forte chaleur ou de grand froid, soleil de plomb, blizzard, neige... A Titu, on assume parfaitement la pratique de la torture.
Simulation de forte chaleur ou de grand froid, soleil de plomb, blizzard, neige... A Titu, on assume parfaitement la pratique de la torture.
Une Sandero en plein test à Titu. Des flaques de ce type apparaissent sur les routes roumaines en cas de forte pluie.
Une Sandero en plein test à Titu. Des flaques de ce type apparaissent sur les routes roumaines en cas de forte pluie.

 Nous garons nos voitures sur le parking attenant à l’établissement et sommes accueillis, en français et avec sourire, cafés et croissants par deux représentantes du service communication de la marque. « Pas de chance, c’est le code jaune sur les routes roumaines aujourd’hui ! » Bon, à vrai dire, c’est tout de même assez drôle d’évoluer dans ces conditions…

Des Duster un peu particuliers sont exposés devant l'entrée du centre technique de Titu. La version chenillée aurait facilement trouvé preneur ce matin là.
Des Duster un peu particuliers sont exposés devant l'entrée du centre technique de Titu. La version chenillée aurait facilement trouvé preneur ce matin là.
Trois journées de voyage à travers France, Allemagne, Autriche et Hongrie. La partie roumaine du périple ne sera pas la plus longue, mais la plus éprouvante.
Trois journées de voyage à travers France, Allemagne, Autriche et Hongrie. La partie roumaine du périple ne sera pas la plus longue, mais la plus éprouvante.

Est également présent Doru Coman, directeur de l’ingénierie de la marque. Dans un français impeccable, ainsi que vous le constatez dans la vidéo accompagnant cet article, l’homme va nous retracer les grandes étapes de l’aventure industrielle de Dacia depuis 1968, année de lancement de la Dacia 1100, sœur jumelle de la célèbre Renault 8 lancée six ans plus tôt sur le marché français. On sent chez lui un profond attachement à Dacia, dont il semble connaître les moindres détails de l’histoire. Ainsi, quand on lui demande ce que Dacia représente aujourd’hui pour la Roumanie, il évoque une « immense fierté ». A juste titre, si l’on considère que le succès du constructeur, qui a vendu plus d’un million d’exemplaires de ses modèles en France, s’apparente à un véritable phénomène de société.

Doru Coman, Directeur de l'ingénierie Dacia, devant une 1100 en état neuf. Lancée en1968, cette soeur jumelle de la Renault 8 sera la première concrétisation des accords signés avec Renault deux ans plus tôt.
Doru Coman, Directeur de l'ingénierie Dacia, devant une 1100 en état neuf. Lancée en1968, cette soeur jumelle de la Renault 8 sera la première concrétisation des accords signés avec Renault deux ans plus tôt.

La présentation achevée, il est maintenant temps de songer au retour dans nos pénates, plus de 2 500 kilomètres à l’ouest. Mais avant cela, nous procédons à un ultime tour du propriétaire. Nous nous attardons aussi – pas longtemps, tant il fait froid – sur les Duster un peu spéciaux garés devant l’entrée du site, notamment le modèle des pompiers doté d’une lame chasse-neige, ainsi que celui doté de chenilles. Deux équipements pour le moins utiles ce jour-là.

Bon courage pour retrouver votre voiture sur le parking...
Bon courage pour retrouver votre voiture sur le parking...

En deux heures, nos véhicules auront été recouverts d’une couche de neige de trois bons centimètres. Nous les garons devant la porte d'entrée du site, filmons et photographions de dernières images parmi lesquels les incontournables photos de groupe, puis saluons nos hôtes, qui ont le bon goût de ne pas montrer trop de commisération à notre endroit. Il y aurait pourtant de quoi. Traverser l'Europe en voiture est une chose, mais le faire en plein hiver au volant de modèles pas tous calibrés pour l'exercice en est une autre…

Pour autant, alors que je rédige ces lignes quelques jours après notre retour, ces moments me manquent car ils nous ramènent à une époque où l’automobile représentait encore une aventure. Circuler en Roumanie, pays qui représente une véritable catastrophe en matière de sécurité routière, nous transporte loin, bien loin de notre douce France et de ses interminables débats sur la limitation de vitesse à 80 km/h… Au pays de Dracula, le simple fait d’arriver à destination en un seul morceau constitue déjà un exploit en soi.

Midi approche, et le froid glacial aiguise les appétits. La tempête bat son plein, et nous comprenons rapidement combien est illusoire la perspective de traverser une partie de la Roumanie dans ces conditions pour gagner Timisoara, où nous avions initialement prévu de faire étape. Nous décidons donc de prendre notre temps et faisons tranquillement cap sur Bucarest, où il nous faut trouver un nouvel hôtel. Nous entamerons notre périple vers la France le lendemain et, pour la première fois depuis quatre jours, prendrons le temps de souffler un peu. Pas du luxe, croyez-nous bien !

Essai longue durée : 25 000 km en Dacia - Jour 4: de Bucarest à Titu (4/7)

 

Les différentes étapes de notre road-trip

Jour 1 : Paris-Munich

Jour 2 : Munich-Budapest en passant par Vienne

Jour 3 : Budapest-Bucarest par le Sud de la Roumanie

Jour 4 : Bucarest-Titu-Bucarest

Jour 5 et 6 : retour vers Paris

Essais longue durée - Les Dacia Logan, Logan MCV et Sandero testées entre Paris et Bucarest - 3 vidéos

 Essai longue durée : 25 000 km en Dacia - Duster dCi contre Duster TCe

Portfolio (34 photos)

Commentaires (24)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

punaise il en reste encore 3...:blague:

Par

En réponse à guzluck

punaise il en reste encore 3...:blague:

Plus :oui: elles sont toutes là et défient les éléments :love:

In Dacia We Trust :fleur:

Par

la vidéo la +pouuris désolé _)

Par

La ou Dacia passe les wurst bavaroises trépassent :coucou:

Par

....visiblement, ça vous change des séances de présentation de modèles nouveaux dans des endroits de rêve où tout est déployé pour ne surtout pas trop parler des insuffisances des modèles présentés.

Ben oui, en hiver, il peut faire froid et il peut neiger... surtout quand on se dirige vers les pays où vous avez chois d'aller....ben oui des dizaines de millions de personnes s’accommodent chaque année de ces conditions, et dans des bagnoles qui n'ont pas deux mois d'existence, ben oui ils n'ont pas forcément l'opportunité de reprendre des forces dans les plus sympathiques hôtels de la ville....

Juste la vraie vie quoi.....et comme vous le signaliez hier, avec un litre de coco à mettre dans le réservoir qui est plus ou moins au même tarif qu'ici.... mais certainement pas le même niveau de revenu.

Par

vous voulez pas leur demander comment réparer ma logan MCV explorer 2017 qui est au garage depuis le début de sont achat avec un défaut ABS

Par

En réponse à Profil supprimé

Commentaire supprimé.

C'est clair.. quelle perte de temps...

Par

En réponse à Profil supprimé

Commentaire supprimé.

Ça dépend ce que l'on attend d'une auto. Si l'on cherche un véhicule pour se déplacer au sec et au chaud, c'est Dacia qu'il vous faut, si l'on cherche une auto pour faire le beau et draguer la meuf devant le centre commercial, c'est sûr qu'il vaut mieux autre chose.

Par

En réponse à Sam S'agace

Ça dépend ce que l'on attend d'une auto. Si l'on cherche un véhicule pour se déplacer au sec et au chaud, c'est Dacia qu'il vous faut, si l'on cherche une auto pour faire le beau et draguer la meuf devant le centre commercial, c'est sûr qu'il vaut mieux autre chose.

Si tu peux draguer des roms au feu rouge :oui:

Par

pour faire le beau et draguer la meuf devant le centre commercial, c'est sûr qu'il vaut mieux autre chose.

Une MERCO de gitan

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire