Ferrari
Ferrari
Histoire du logo : le cheval d’orgueil
"Peins les couleurs de mon fils sur ta voiture, elles te porteront bonheur" aurait dit le comte Barraca à un jeune pilote nommé Enzo Ferrari. Nous sommes alors en 1923 et le cheval cabré qui figurait sur l’avion de Francesco Barraca, l’as de la chasse italienne disparu au combat, est encore dans toutes les mémoires. Enzo Ferrari adopte donc le " Cavallino rampante " (cheval cabré en italien), noir sur un fond jaune rappelant les couleurs de Modene. Ce blason où apparaît aussi S/F (pour Scuderia Ferrari) se retrouve d’abord sur les cockpits des Alfa Romeo alignées par Ferrari entre 1929 et 38, puis sur les Ferrari de course à partir de 1947. A la même date, Enzo Ferrari devenu constructeur (en petite série) reprend également le cheval cabré comme emblème officiel de la marque. Le "Cavallino" noir est alors inséré dans un rectangle jaune vertical surmonté des couleurs italiennes (vert/blanc/rouge) et portant le nom Ferrari dans sa partie inférieure.
Ferrari
Petit lexique Ferrari
Pendant les trois premières décennies de son histoire, Ferrari a baptisé ses modèles selon une méthode peu conventionnelle. L’appellation prenait en compte la cylindrée unitaire de chaque cylindre ; Exemple : la 166 à moteur V12 de 1992 cm3 tient son nom de la division (1992 : 12=166).
Par la suite, Ferrari adoptera d’abord pour ses monoplaces un autre système de numérotation. Exemple : 246 F1 signifie 2.4 litres et 6 cylindres. Cette systématique s’étendra ensuite pour les voitures de production. Exemple : 328 (3,2 litres/ 8 cylindres). Pour tout simplifier, Ferrari est revenu à la numérotation originelle à l’aube des années 90 avec notamment le modèle 456, puis à une simple ! référence à la cylindrée (550 pour 5.5 litres).
De plus, Ferrari fera suivre cette numérotation d’un certain nombre d’initiales faisant souvent référence à la course : MM pour Mille Miles, LM pour Le Mans, etc… Enfin, l’appellation Testa Rossa fait référence à une culasse peinte en rouge apparue sur les modèles compétition en 1956.
Ferrari
Ferrari et la course
La compétition est indissociable du nom "Ferrari" et les grands faits d’arme sportifs figurent ci-dessus dans le chapitre
"La saga Ferrari depuis 1898".
Toutefois, certains chiffres qui résument cette épopée sont éloquents.
Fidèle participant du championnat du monde de Formule 1 depuis sa création en 1950 (la seule équipe), Ferrari totalise 636 GP, 135 victoires, 10 titres pilote et constructeur.
En endurance, Ferrari a enlevé 13 titres mondiaux, 9 victoires aux 24 Heures du Mans et a inscrit son nom à de multiples reprises aux palmarès des épreuves les plus prestigieuses : Mille Miles, Targa Florio, Tour de France Automobile, 1000 km du Nürburgring, de Spa, Monza, 12 heures de Sebring, 24 heures de Daytona… etc…
Seuls les 500 miles d’Indianapolis n’ont pas été accroché au tableau de chasse.
Aujourd’hui, on peut estimer que Ferrari a remporté près de 3000 succès dans des épreuves internationales et sans doute autant dans des événements "mineurs".