Lancé en 1984, le Renault Espace a initié la catégorie des monospaces. Plus de 20 ans après sa création et au bout de sa 4e génération, il reste toujours un véhicule incontournable du marché. Même si de nombreuses marques ont tenté de faire de l’ombre au losange, aucune n’ont vraiment réussi. Faisant partie de ces candidats potentiels à la couronne, Ford a décidé d’élaborer un nouveau monospace. Après la première génération mise en place en collaboration avec le groupe Volkswagen, Ford a œuvré seul pour le remplacement du Galaxy qui a abouti à la naissance de deux véhicules : l’un sportif : le S-Max et un plus familial, le Galaxy II. Aussi, avons-nous décidé de mettre aux prises les versions les plus familiales à savoir les déclinaisons 7 places. Le Galaxy affronte donc le Grand Espace. Le petit dernier-né de chez Ford a t-il toutefois assez d’arguments pour contrer la référence ?

Equipement

Pour notre comparatif, nous avons pris les versions haut de gamme. Initiale pour Renault et Ghia pour Ford. Autant le dire tout de suite, la dotation des deux modèles est très riche mais l’Espace prend un net ascendant.

De série, il propose 8 airbags, l’ABS, l’ESP, l’AFU, l’ordinateur de bord, le frein de parking électrique, les phares au xénon, les sièges AR coulissants et amovibles, le radar de recul AR, la sellerie cuir, le GPS couleur, le régulateur-limiteur de vitesse, la lunette AR ouvrante, les jantes aluminium, le capteur de pluie et lumière, la climatisation auto quadrizone, et l’accès et le démarrage sans clé.

Le Galaxy est bien pourvu mais moins bien que son rival. Il comprend de série : 7 airbags, l’ABS, l’ESP, l’AFU, les sièges arrière escamotables, l’ordinateur de bord, le frein de parking électrique, les phares au xénon, le régulateur-limiteur de vitesse, les jantes aluminium, le capteur de pluie et lumière, la climatisation automatique bizone, la radio CD 10 HP, etc.

Nos deux modèles d’essai étaient bourrés d’options. Ainsi, l’Espace était équipé du toit ouvrant panoramique, de l’aide au parking avant, des jantes alliage 18 pouces, des rails de toit et des rétroviseurs rabattables. Carton plein pour le Galaxy qui fait appel à une liste interminable comme par exemple l’aide au stationnement AV, l’air conditionné aux places arrière, les barres de toit, le cache-bagages, le toit panoramique, le frein à main électrique, les jantes alliage, les phares bi xénon directionnel, la sellerie cuir, le système GPS, les sièges avant climatisés. De quoi faire flamber la facture notamment pour le Galaxy puisque le montant global est supérieur à 8 500 €.

Au final, un Grand Espace 2.0 dCi 150 ch Initiale est facturé 48 050 € contre 34 700 € pour un Galaxy 2.0 TDCi 140 ch mais il faut ajouter 7 000 € pour obtenir un équipement équivalent. La note finale pour le Galaxy augmente énormément atteignant 41 000 € mais reste toutefois inférieure à celle de l’Espace.

Modularité et habitabilité

Le Renault Grand Espace et le Ford Galaxy sont deux modèles aux mensurations généreuses : 4,86 m de long pour l’Espace contre 4,82 m pour le Galaxy. 1, 88 m de large pour Ford contre 1,86 m pour le Renault.

Par rapport à la première génération, le nouveau Galaxy est 20 centimètres plus long. il a donc bien grandi mais cette croissance n’a pas profité au volume de chargement car celui-ci a même régressé. En cause, les trois sièges individuels du 2e et les deux du 3e rang ne sont plus amovibles, mais s’escamotent comme sur la plupart des monospaces compacts à 7 places. Ils laissent le plancher plat, mais prennent effectivement du volume. Cette solution enchantera les « petits bras » en comparaison des fauteuils amovibles, de plus de 20 kg de l’Espace. Pour le monospace de Renault, il faut également penser à un endroit où les stocker. Conséquence de ce choix, la capacité de chargement se situe en dessous de la moyenne de la catégorie dans presque toutes les configurations. Ainsi, l’Espace affiche une capacité de chargement comprise entre 456- 3 050 l contre 285 à 2 000 litres pour le monospace Ford.

Pour le rangement, les deux monospaces font jeu égal. La planche de bord de l’Espace déborde de petits coffres tandis que le Galaxy est chiche dans ce domaine avec une boîte à gants ridicule. Il compense cette lacune par des coffres de pavillon en option comme c’est le cas sur l’Opel Zafira.

Question habitabilité et confort, les passagers se sentiront plus à l’aise dans l’Espace. Les sièges sont plus larges, plus accueillants et les occupants ne manqueront pas de place que ce soit au niveau des jambes ou des coudes même à la 3e rangée. Point noir du Galaxy puisque nous la conseillons à des passagers mesurant moins d’1,70 m et plutôt minces en raison d’un espace au coude insuffisant mais également de l’impossibilité de faire coulisser cette 3e rangée ; chose possible sur le Renault. L’accès aux places arrière de nos deux modèles est bon mais pourrait être meilleur. Il est nécessaire de se contorsionner pour le Galaxy tandis qu’il faudra bien lever la jambe pour accéder à l’habitacle de l’Espace. Globalement, l’habitabilité du Galaxy est inférieure au Grand Espace, mais assez proche de celle d’un Espace. La sensation d’espace est nettement plus conséquente dans le Renault que dans le Galaxy. Même impression pour la luminosité. Les sièges disposent d’une bonne tenue et le conducteur n’aura aucun problème à trouver une position de conduite optimale grâce aux multiples réglages du siège et du volant, très typée berline alors que l’Espace possède une position plus monospace.

Nos mesures



Renault Grand Espace

Ford Galaxy

Garde au toit 2e rangée (place centrale)

95 cm

92 cm

Garde au toit 2e rangée

95 cm

102 cm

Garde au toit 3e rangée

94 cm

94 cm

Espace aux coudes 2e rangée

164 cm

161 cm

Espace aux coudes 3e rangée

142 cm

138 cm

Longueur assise sièges 2e rangée

47 cm

46 cm

Longueur assise sièges 3e rangée

47 cm

42 cm

Espace aux genoux 2e rangée

34 cm

34 cm

Espace aux genoux 3e rangée

26 cm

26 cm

Motorisations et comportement

Privilège de l’âge, l’Espace se caractérise par une très large palette de motorisations. En essence, vous avez le choix entre le 2.0 16v 140 ch, 2.0 T 170 ch et 3.5 V6 245 ch. En diesel, l’offre est encore plus conséquente avec le 1.9 dCi 117 ch, 2.0 dCi 150 & 175 ch, le 2.2 dCi 150 ch ainsi que le 3.0 dCi 180 ch. Dans ce domaine, le Galaxy ne peut que s’incliner avec seulement trois moteurs : un 2.0 de 140 ch et deux diesel : le 1.8 TDCi 125 ch et le 2.0 TDCi 140 ch.

L’agrément de conduite va également à l’Espace en raison d’un comportement très proche d’une berline avec un roulis parfaitement maîtrisé, ce qui est moins le cas sur le Galaxy où les mouvements de caisse sont moins contenus. L’Espace tire également son épingle du jeu avec une plus grande douceur de la boîte de vitesses mais aussi une direction moins lourde. Alors que l’Espace fait preuve d’un silence de fonctionnement exceptionnel, le Galaxy nous gratifie de claquements importants notamment à froid.