Le deuxième semestre 2008 promet d’être chargé chez VW avec le lancement de modèles importants à commencer bien sûr par cette Passat CC mais surtout le retour de la Scirocco (à l’essai au début du mois de juillet) et la présentation de la 6e génération de Golf qui devrait être présentée à l’occasion du Mondial de Paris puis commercialisée dans la foulée.

Cette offensive-produits débute donc par la Passat CC, un modèle de niche qui vient se placer entre la Passat et la Phaeton. La firme basée à Wolfsburg emploie donc la même stratégie que Mercedes avec sa CLS qui était venue s’intercaler entre les Classe E et S avec le succès que l’on connaît.

Esthétiquement réussie

Pour bien différentier la Passat CC de la Passat traditionnelle et justifier l’écart de prix, Volkswagen se devait d’effectuer une montée en gamme. C’est chose faite avec une voiture plus large (3,5 cm), plus longue (+ 3 cm avec 4,80 m) et nettement moins haute ( - 5 cm avec seulement 1,42 m). Le résultat est probant puisque la distinction entre les deux versions de Passat est aisée.

Esthétiquement, la Passat CC se caractérise par une nouvelle face avant avec une calandre nettement plus massive, des optiques de forme inédite et un bouclier redessiné qui lui confère une image beaucoup plus dynamique. Des canons stylistiques que l’on devrait retrouver sur les futurs modèles de la marque. Toutefois, c’est bien la partie arrière qui concentre le plus de nouveautés avec un design propre à un coupé. On remarque donc des 4 portes sans encadrement et une chute de toit qui se termine en douceur au niveau du coffre, celui-ci étant agrémenté d’un aileron ; le tout monté sur des roues de 17 pouces. L’ensemble est plutôt bien né selon nous et apporte indéniablement une touche de sportivité bienvenue à la Passat. L’introduction de cette 3e version (après la berline et le break) de Passat qui est une première dans l’histoire de la marque est donc une belle réussite.

Si extérieurement, la Passat CC joue la carte de la sportivité, il en est de même de l’habitacle qui reçoit de multiples modifications. La planche de bord reste quasi similaire à celle de la Passat (on aurait pu espérer mieux). Heureusement, cela est compensé par les panneaux de portes repensés, la forme du volant, l’instrumentation et les commandes de climatisation qui font leur première apparition.

Coupé mais pratique ?

Quand on découvre pour la première fois le profil de cette Passat CC, on en vient forcément à se demander si elle ne serait pas « trop » coupée. Dans la pratique, nous dirons non mais il ne faut pas oublier de bien se baisser avant de s’installer aux places arrière au risque de percuter le toit.

Attention également, la Passat CC n’est pas une 5 places mais bel et bien une 4 places puisque la place centrale est remplacée par un coffre de rangement. Un choix déjà retenu récemment sur le BMW X6. Mis à part ce détail pratique, l’espace aux jambes et la largeur aux coudes ne manque pas. On n’en dira pas de même de la garde au toit très moyenne. Un passager d’un 1,80 m verra sa tête toucher le toit en raison de la descente de celui-ci. L’habitabilité AR est donc globalement satisfaisante pour une berline de ce gabarit.

Le changement de carrosserie a également eu comme conséquence la disparition du hayon au profit d’un coffre. On constate effectivement une diminution de la capacité de chargement avec 535 litres soit une perte de 30 litres (565 litres sur une Passat traditionnelle sans roue de secours), ce qui est raisonnable d’autant plus que son ouverture est de taille correcte.