Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Après un premier essai concluant réalisé avec le 180 ch diesel, nous nous intéressons maintenant à la version cœur de gamme diesel de 150 ch. Est-elle suffisante pour la nouvelle berline italienne ?

Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant

 EN BREF

Version diesel "coeur de gamme"

à partir de 32 900 €

 Impossible de ne pas dire que la Giulia était attendue. Et pour cause !, il y avait longtemps que le constructeur italien n’avait pas présenté une « vraie » nouveauté. Tous les tifosi étaient donc sur les dents et, pour leur plus grand bonheur, cette Giulia est une réussite si l’on se fie aux premiers essais. Cela ne veut pas dire forcément que les ventes suivent, mais les chiffres semblent encourageants. Du lancement en juin à la fin de 2016, le constructeur avait enregistré plus de 1 600 commandes (uniquement Diesel BVM au départ) pour un total de 1 328 immatriculations en France. La marque italienne annonce même que depuis septembre, « les performances commerciales sont très bonnes puisque la Giulia devance ses concurrentes – notamment les Jaguar XE, BMW Série 3 et Audi A4 (si l'on ne prend en compte que les berlines familiales 4 portes) – à l’exception de la seule Mercedes Classe C. » Les voyants sont donc plutôt au vert, notamment en France. Et ce n’est que le début puisque la gamme va progressivement se compléter par de nouvelles motorisations et transmissions.

 

Après un premier galop effectué lors de la présentation internationale avec le moteur diesel de 180 ch, c’est maintenant au tour de la version cœur de gamme, toujours en diesel, de passer entre nos mains. Quelques mots rapides concernant le design de cette Giulia. Même si certains puristes lui reprocheront une latinité pas assez affirmée et quelques ressemblances trop poussées avec des modèles concurrents (comme la Jaguar XE par exemple), il faut tout de même reconnaître que la Giulia est une réussite sur le plan esthétique. Un design salué lors des récompenses allemandes du Volant d’or, où elle a reçu le titre de "plus belle voiture de l’année", titre qu’elle pourrait remporter chez nous également puisqu’elle est toujours dans la course. Réponse le 31 janvier prochain lors de la soirée de révélation du Festival Automobile.

 

Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant

Moins de fantaisie dans l’habitacle avec une planche de bord agréable à regarder mais tout de même un peu triste. L’écran multimédia de 6,5 pouces de série (ou 8,8 pouces en option) semble bien petit au vue de la concurrence. Dommage de surcroit qu’il ne soit pas tactile et uniquement commandable par une molette qui oblige à quitter la route des yeux. Petit bémol aussi concernant la qualité de fabrication, en deçà de celle des rivales allemandes.

 

Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant
Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant

 L'habitabilité arrière et le volume de chargement sont corrects pour la catégorie

Pas de surprise au niveau de l’habitabilité, comme souvent dans la catégorie. Suffisante sans être extraordinaire, avec notamment une place centrale arrière quasi inexploitable en raison de l’important tunnel de transmission. Même constat pour la capacité de chargement, avec un bon volume de 480 litres, mais il s’agit d’un coffre et non d'un hayon, donc pas forcément très pratique dans certaines situations du quotidien.

Même si l’on n’en parle pas beaucoup, il y a 4 motorisations diesels sont disponibles. Dans cette carburation, l’entrée de gamme se compose du 136 ch, tandis que la gamme est chapeautée par la version Veloce forte de 209 ch.

Essai - Alfa Romeo Giulia 2.2 150 ch (2017) : largement suffisant

Comme constaté lors du premier essai, la Giulia propose un excellent compromis dynamisme/confort. Dès les premiers kilomètres, on retrouve le toucher de route qui a fait la réputation de la marque italienne. La direction est franche, précise, avec de très bonnes remontées d’informations, notamment en mode Dynamic. C’est un peu moins le cas en mode Normal. Pas de doute, cette Giulia aime prendre de la vitesse et les trajectoires au cordeau. Et cerise sur le gâteau, elle ne malmène pas ses occupants grâce à un amortissement de grande qualité.

Face aux 180 ch de notre précédent essai, il y a bien évidemment 30 ch de moins sur ce modèle, mais cela ne se ressent pas trop car la valeur de couple reste identique avec 380 Nm dès 1 500 tr/min. Il en est de même des reprises. L’accélération est bien sûr plus forte avec le 180 ch avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,2 s alors que le 150 ch doit se contenter de 8,4 s, mais c'est largement suffisant. Si vous désirez encore plus de couple, vous pouvez choisir la transmission automatique BVA8 qui vous permet de bénéficier de 70 Nm supplémentaires, soit un total de 450 Nm. Il vous faudra toutefois débourser 2 100 € pour cette option, qui gomme un guidage relativement ferme de la boîte.

À l’usage, le 2.2 Mjt se révèle très souple en répondant présent dans toutes les situations. Il a également l’avantage d’être plutôt sobre avec une moyenne de 7,2 l/100 km relevée los de notre essai. Finalement, si on devait trouver quelques défauts concernant à cette Giulia, ils porteraient sur l’agrément et notamment sur l’insonorisation pas assez poussée. Un mal que nous avions déjà relevé lors de notre comparatif face à la Mercedes Classe C. Ainsi, le diesel vibre et claque. Pas très agréable, notamment en usage urbain en raison du Stop & Start. Heureusement, ces quelques défauts s’estompent à vitesse stabilisée sur route, qui demeure clairement le terrain de chasse favori de cette Giulia.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

109 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Juin 2016

A titre d'exemple pour la version II 2.2 150 SUPER.

1,43 m1,86 m
4,64 m
  • 5 places
  • 480 l / NC

  • Méca. à 6 rapports
  • Diesel

Portfolio (17 photos)

Vidéos populaires

Commentaires (165)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Diesoul Power on the Nurb :ange:

En fait elle et la version 136 diesel aussi fera quasi 90% des ventes :coucou:

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

Quel foudre de guerre ! :eek: Et après ils s’autoproclame concurrent BMW avec ca ? Mais ils vont au moins pouvoir concurrencer la ..... 318D ! :peur: La 335 D pack Performance de 313 cv peux dormir sur ses deux oreilles avec une concurrente aussi rude .... :dodo:

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

Pas mal sinon la liste des équipements dispo sur cette Guilia , des croix rouges partout ! :ptdr: Meme une Twingo Initiale est mieux équipée ! :ptdr: Ah elle peux être légère et taper des chronos sur le Nurb après ça ..... :ptdr::ptdr::buzz:

Par

Sinistrose avec cette combinaison "noir c'est noir". La gris clair/cuir rouge doit être plus parlante.

150 ch sont sans doute très largement suffisants pour se faire plaisir a moindre cout.

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

En réponse à rono kalamar

Sinistrose avec cette combinaison "noir c'est noir". La gris clair/cuir rouge doit être plus parlante.

150 ch sont sans doute très largement suffisants pour se faire plaisir a moindre cout.

C'est Alfa hein ... La Giulia QV qui présente bien en concept et en photo c'est pas pour la France , en France les Alfa sont grise , noir et blanche .... COMME LES ALLEMANDES :buzz:

Par

une caisse désirable désservie par une capacité de coffre qui ne ravira que les célibataires et couples sans enfant (ou guère plus d'1).

ou comment pénaliser les ventes d'une berline familiale... étonnant une telle erreur.

Par

150Cv et le couple du diesel sont effectivement tout a fait convenables pour un usage quotidien mais il y a quand même un point qui me choque, s'il est vérifié: pas d'emplacement pour une roue de secours! Autant l'absence de roue de secours peut être acceptée, l'impossibilité d'en avoir une reste une faute a mon avis. Tout le reste peu se discuter, y compris l'absence d'air bag rideau.

.

Par

Elle fait très classe cependant, à l'instar de Maserati

Par

Suis-je le seul qui trouve que le levier de vitesse casse la ligne du design intérieur?

Je trouve qu'il a mal était amené, cette grosse boule ronde manque de finesse vis à vis à la courbe de la console centrale. J'aime beaucoup le volant, il aurait été un poil plus petit ça l'aurait vraiment fait !

Par contre 150cv ça doit être confortable en usage quotidien, surtout grâce au couple du 2.2 mais pour se faire plaisir ça doit être limite, ça reste un diesel. Par contre je comprend pas trop la critique vis à vis du coffre, il a l'air vraiment bien pour sa catégorie.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire