Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Subaru renouvelle l’un de ses principaux ambassadeurs en France et surtout dans le monde. Le XV, le crossover qui ne fait rien comme tout le monde, reçoit de sérieuses évolutions qui profitent principalement au confort et à la sécurité. Le japonais peut-il, enfin, susciter l’intérêt du public européen ? 

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

En bref

A partir de 27 990 €

4 roues motrices

4 cylindres à plat

Au même titre que Mazda, BMW ou Porsche, Subaru est une marque de puristes. Le constructeur japonais, spécialiste du moteur à plat et de la transmission intégrale, a bâti sa notoriété sur des véhicules performants, fiables et très polyvalents. 

L’un des principaux fers de lance de Subaru, aux côtés de l’Impreza, c’est sans conteste le XV, sa déclinaison crossover. Lancé fin 2012, il a su parfaitement s’intégrer dans le paysage américain avec près de 700 000 exemplaires vendus depuis ses débuts. Autrement dit, tout l’inverse de l’Europe où le XV, en raison de son architecture spéciale (4 cylindres à plat essence et transmission intégrale) et de l’important malus écologique subi, n’a pas jamais réussi à percer (40 000 exemplaires depuis 2012). 

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

Cette seconde génération reprend les grandes lignes de sa devancière, mais améliore de manière significative la recette. En effet, le XV est le second modèle de la marque à bénéficier de la nouvelle plateforme globale qui sera déclinée sur toute la gamme jusqu’en 2028. Ce nouveau châssis, en plus de recevoir des motorisations hybrides et 100% électriques, est équipé de série du système « EyeSight » qui lui a permis de remporter le titre de voiture la plus sûre du Japon cette année. En Europe aussi, le XV a décroché 5 étoiles au crash-test EuroNcap grâce à son très bon niveau de sécurité active et passive. 

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

Si extérieurement, il conserve son physique à mi-chemin entre un break surélevé et un crossover, la présentation intérieure, elle, évolue. En effet, la qualité perçue (cuirs et plastiques) fait un bond en avant, surpasse même certains de ses compatriotes (Nissan Qashqaï et Suzuki Vitara), et colle désormais aux standards européens. Cette seconde génération en profite aussi pour combler son retard en matière de connectivité avec l’intégration d’une compatibilité Apple CarPlay et Google Android Auto dans le système multimédia. A vivre, il n’est pas le meilleur mais pas le moins doué non plus, avec suffisamment d’espace aux places arrière pour offrir un confort digne de ce nom et un volume de coffre dans la moyenne basse de la catégorie (380 litres).

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent
Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

 

Son moteur, le 4 cylindres à plat atmosphérique, plus communément appelé « Boxer », a également été revu. Il s’allège d’une douzaine de kilos et est commercialisé en France sous deux niveaux de puissance : 1.6 de 114 ch et 2.0 156 ch. La transmission intégrale, l’autre spécialité de Subaru, conserve une répartition 60/40 sur les trains avant et arrière, et gagne de série l’aide à la conduite X-Mode spécifiquement dédiée au offroad.  Ce mariage, additionné à une garde au sol surélevée (22 cm) et des protections spécifiques, témoigne que le XV ne fait pas semblant. Sur le papier donc, le japonais a les arguments pour séduire ceux qui recherchent une grande polyvalence, malheureusement, la construction de sa gamme pour l’Europe et particulièrement la France risque de sérieusement freiner ses ambitions. Premièrement, au 1er janvier 2018, le XV essuiera au minimum un malus de 1 613 € sur le 1.6 (145 g de CO2/km) et 3 113 € sur le 2.0 (155 g de CO2/km)  qui représentera le cœur de gamme. Enfin, les deux motorisations seront exclusivement proposées avec la boîte « auto » CVT, la boîte mécanique disparaissant du catalogue.

 

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Subaru Xv

145 g/km - malus : 1613 €

Début de commercialisation du modèle :
Subaru Xv 2

Janvier 2018

A titre d'exemple pour la version II 2.0 156 EXCLUSIVE LINEARTRONIC AWD.

1,61 m1,80 m
4,46 m
  • 5 places
  • NC / 1310 l

  • Auto. à 7 rapports
  • Essence

Portfolio (17 photos)

Mots clés :

En savoir plus sur : Subaru Xv 2

Commentaires (144)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ils ont un ( très ) bon 2l turbo , dommage

Par

4m46 et un coffre de 380L, c'est une blague ?

Les voitures japonaises sont malheureusement souvent limite de ce coté, les japonais ne partant pas en vacances en voiture avec armes et bagage à l'autre bout du pays, les coffres sont faits pour les besoins quotidiens, pas plus.

Par

Les prix du 1.6 sont plutôt compétitifs, même avec le malus. Il y a la BVA et l'AWD de série. L'intérieur semble enfin au niveau, ça c'est bien. Bon après, le style est toujours douteux, et surtout, plus personne n'achète de 4x4 généraliste en France, particulièrement quand ils sont Essence CVT. Donc ...

Par

"La boite CVT, lente en passage de rapports"

Sans déconner, on est presque en 2018...il y a au mieux des positions de pignons simulant des rapports quand on passe la boîte en M sur les Lienartronic, surtout pour forcer du frein moteur plus que pour jouer à Vatanen, mais en D, c'est de la pure CVT sans autre chose qu'une montée linéaire...Il y a bien un jour où ça sera pigé qu'une CVT n'est pas une boîte avec des "rapports".

Nos voisins helvètes seront certainement ravis de pouvoir mettre la main sur le XV. Pour une fois qu'un SUV compact n'a pas que le plumage et n'existe même pas en version "baroudeur des parkings"...

Reste que la version hybride manque cruellement au catalogue en Europe. Subaru la joue Honda sur ce coup là et c'est vraiment dommage...

Par

En réponse à GlobalGuillaume

4m46 et un coffre de 380L, c'est une blague ?

Les voitures japonaises sont malheureusement souvent limite de ce coté, les japonais ne partant pas en vacances en voiture avec armes et bagage à l'autre bout du pays, les coffres sont faits pour les besoins quotidiens, pas plus.

Faut voir l'habitabilité à coté. Et puis dans le cas du Sub', le 4WD est peut-être encombrant car efficace.

Par

On lit souvent que les boites CVT n'ont pas de rapports. C'est à la fois vrai et faux pour certaines boîtes, peut-être même pour la plupart des boîtes CVT actuelles. Sur ces boîtes toujours appelées CVT, la transmission est théoriquement à variation continue mais... en pratique, elle ne varie pas de manière continue. Le variateur utilise une série de paliers ou de ratios de démultiplication préfixés.

C'est le cas notamment des CVT Xtronic de Nissan (un des premiers à l'utiliser) qui comportent également un mode manuel de changement de "palier". On a alors la simplicité d'une boîte CVT classique et un bien meilleur agrément qu'avec une CVT classique.

D'ailleurs, depuis que ce type de CVT existe (ça fait maintenant une dizaine d'années !), je suppose que beaucoup de CVT fonctionnent de cette manière. Mais pas toutes encore.

D'où une certaine confusion du public qui pense que toutes les CVT sont les mêmes, faisant hurler leur petit moteur à la moindre accélération. Les constructeurs devraient davantage communiquer sur ce point.

Par

En réponse à EllePe

On lit souvent que les boites CVT n'ont pas de rapports. C'est à la fois vrai et faux pour certaines boîtes, peut-être même pour la plupart des boîtes CVT actuelles. Sur ces boîtes toujours appelées CVT, la transmission est théoriquement à variation continue mais... en pratique, elle ne varie pas de manière continue. Le variateur utilise une série de paliers ou de ratios de démultiplication préfixés.

C'est le cas notamment des CVT Xtronic de Nissan (un des premiers à l'utiliser) qui comportent également un mode manuel de changement de "palier". On a alors la simplicité d'une boîte CVT classique et un bien meilleur agrément qu'avec une CVT classique.

D'ailleurs, depuis que ce type de CVT existe (ça fait maintenant une dizaine d'années !), je suppose que beaucoup de CVT fonctionnent de cette manière. Mais pas toutes encore.

D'où une certaine confusion du public qui pense que toutes les CVT sont les mêmes, faisant hurler leur petit moteur à la moindre accélération. Les constructeurs devraient davantage communiquer sur ce point.

oui, il y a des CVT à palier pour faire plaisir aux clients etl eur faire croire qu'ils ont une DSG.

mais une vraie CVT qui fait hurler le moteur est bien plus efficace qu'un moteur qui grimpe dans les tours au fur et à mesure (puisque le moteur tourne à sa Pmax et c'est la boite qui ajuste la demultiplication)

Par

Par exemple, cette Subaru a 7 "paliers" dans sa CVT. Et on dit alors qu'elle a 7 rapports, ce qui n'est pas vraiment faux.

Evidemment, il y a un peu de patinage dans certaines conditions et le passage automatique des "rapports" peut s'avérer malencontreux ou pas très judicieux, comme avec une boîte automatique traditionnelle. Mais tout cela évolue avec les années. Pour chaque type de boîte, il y a des avantages et des inconvénients selon l'utilisation ou les goûts des conducteurs.

Par

En réponse à GlobalGuillaume

oui, il y a des CVT à palier pour faire plaisir aux clients etl eur faire croire qu'ils ont une DSG.

mais une vraie CVT qui fait hurler le moteur est bien plus efficace qu'un moteur qui grimpe dans les tours au fur et à mesure (puisque le moteur tourne à sa Pmax et c'est la boite qui ajuste la demultiplication)

Le but n'est pas de faire croire aux clients qu'ils ont une boîte DSG. Aux USA et tous les marchés friands de boîtes auto, les clients ne savent pas ce qu'est une DSG. Ils veulent juste une boîte auto la meilleure et la plus simple possible. Et pas trop de bruit. Car les autos avec CVT avec "rapports" sont beaucoup plus silencieuses que les autos avec CVT dites classiques qui sont vraisemblablement en voie d'extinction.

Et les boîtes CVT "classiques" ne sont pas si efficaces que cela puisqu'il y a un fort patinage dû justement à la puissance du moteur qui s'exprime toujours trop tôt. Du coup, ces anciennes boîtes n'ont absolument aucun avantage sauf pour les petites citadines pour lesquelles le moindre coût est primordial.

Par

Waw, le mélange Opel/Ford :blague:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire